Opaline et Vâyou

Du 8 janvier au 6 février 2016

PRÉSENTATION

Tel un passeur de mondes, Jérémie Paul cultive l’entre deux. Entre terre et mer, sacré et pro- fane, animal et humain, masculin et féminin, entre le même et l’autre, foisonnent des espaces im(pré)visibles, que Jérémie Paul explore. Jérémie Paul n’aime pas l’exotisme : celui ci tente de séparer l’ici et l’ailleurs, ce qui depuis toujours s’hybride.

Tel un Ulysse vagabond, Jérémie Paul a côtoyé les rives de plusieurs genres artistiques, expressionnisme, surréalisme, pop art, dessin satyrique, cartoons et les icônes de plusieurs civilisations. Il part à la rencontre de multiples techniques, installation, porcelaine, gravure, peinture, dessin. Mais la saturation des couleurs du lagon et la fluidité des espaces insu- laires, il les retrouve principalement dans l’usage du pastel et des encres sur soie. Et Jérémie Paul ne retient à chaque halte de sa traversée des styles, des cultures, des techniques et des mondes, que ce qui lui permet de construire un espace poétique aussi inattendu que celui de la rencontre d’une pastèque et d’un hippopotame, d’un condor et d’une casquette.

Les hybridations croissantes des cultures et de leurs images, les engloutissements, les ac- culturations, les survivances et les disparitions, les fabuleux syncrétismes des peuples, de leurs divinités et de leurs langues provoquent parfois ces instants de grâce inouïe, auxquels l’artiste est aux aguets. Aux aguets de temps improbables encore, comme ce calme intense après le passage du cyclone Hugo sur l’île de la Guadeloupe.
D’Haïti, Jérémie Paul retient la figure d’Erzulie, entre Madone et vaudou.

Du Mexique, où il séjourne à plusieurs reprises, le rouge incandescent des laines des tapis- siers des montagnes qui lui prêtent leur savoir faire pour tisser un tapis à l ‘effigie d’Erzulie, et dont la pointe s’achève dans une goutte de sang.

Du japon, la vague universelle d’Okusai, de l’hindouisme le dieu Vâyou, insaisissable, des USA, la pop culture, les boîtes de soupe d’Andy Warhol, remplacées par des tranches de cake tout aussi facétieuses qui forment comme autant d’écrans à images, les Clippers, héros du basketball, et l’étoile noire de star wars, enfin le fameux « yes we can » réapproprié par un Mickey transgenre.

De la Chine, il utilise les soies aux multiples brillances et textures. Crêpes, pongées et autres variétés soyeuses offrent des tombés ondoyants qui accueillent une vague qui se dessine et redessine à l’infini et que l’artiste peint selon des techniques traditionnelles.

Dans ce bruissement fluvial d’images et de formes, un nouveau continent advient, un conti- nent d’après la fin des vieux mondes engloutis dans le maelstrom de la mondialisation. Un continent fait d’îles et de passages entre les récifs. L’art de Jérémie Paul est un archipel.

Opaline et Vâyou de Jérémie Paul : à la rencontre du sixième continent Myriam Odile Blin, sociologue, décembre 2015.

Lire plus
Adresse
1-3 rue de Ramponeau
75020 , Paris
France
Horaires

Mardi : 12:00 à 19:00
Mercredi : 12:00 à 19:00
Jeudi : 12:00 à 19:00
Vendredi : 12:00 à 19:00
Samedi : 12:00 à 19:00

Nos Garanties

Livraisons garantiespar des transporteurs spécialisés
En savoir plus

Paiements securisés par carte bleue ou virement bancaire
En savoir plus

Retours gratuitsjusqu'à 14 jours
En savoir plus

Prix négociés auprès de nos galeries
En savoir plus

Leurs Expériences

"Artsper réunit le meilleur des galeries d’art du monde entier. Je peux ainsi faire mon choix depuis chez moi en toute sérénité."

Sébastien Robineau - Avocat

"Les conseillers sur Artsper m’ont guidé dans mon choix et ont été très réactifs à mes questions et dans le suivi de ma commande."

Vincent Dubois - Gestionnaire de fonds

"Artsper, c'est le choix le plus diversifié et le plus large d'oeuvres contemporaines accessibles. Mon JonOne, acheté sur Artsper, est un émerveillement quotidien."

Hubert de Brichambaut - Dirigeant d'entreprise