Nicole Wendel

Du 12 mars au 12 avril 2015

PRÉSENTATION

Un paysage classique, construit de façon fragile, est soumis à un processus de destruction visuelle : des lignes noires, épaisses, aux bords flous, traversent l'image de façon sinueuse. Ces lignes s’affirment telle une présence autonome sur le papier. Des empreintes de pieds à côté de ces lignes trahissent leur origine en tant que traces de mouvements corporels en partie désordonnés, souvent rythmiques, réalisés sur la feuille. Elles sont complétées par de grands cercles au crayon et par des traces de doigts qui effacent et surchargent la surface objective du dessin.

Au commencement de chacun de ces dessins, une feuille, posée sur le sol, qui recueille les traces des déplacements avec lesquels l'artiste, se livrant à une sorte de recherche contemplative, étudie la relation entre corps, espace et format de l'image. Ce n'est qu'à l'étape suivante qu'interviennent le contrôle visuel, l'association rationnelle des lignes abstraites, cercles, taches et empreintes de pieds avec les sujets de l'image et les paysages identifiables. L’artiste explore ainsi toute la panoplie des possibilités graphiques et confère aux paysages à l'aspect souvent surréaliste une illusion spatiale convaincante.

Celui qui regarde ces dessins de grand format est invité à comprendre intérieurement la création de l'image oscillant entre l’abstraction gestuelle et la réalité dessinée. Elles suscitent le mouvement chez le spectateur : le regard suit les pistes, il cherche à identifier, il reconnaît puis se perd à nouveau sur la feuille, trouve entre-temps un indice sur lequel s'appuyer, ici une chose identifiable et là un épaississement du trait d'un noir profond. A la différence des formats habituels, les Panoramas, les Leporellos, rendent presque impossible l'appréhension de l'image en question d'un seul coup d'œil. Celui-ci est plutôt invité à voyager - et avec lui le corps du spectateur, qui se trouve alors interpellé dans sa totalité.

Dans toute son œuvre, Nicole Wendel vise à dissoudre et à métamorphoser les frontières des genres. Elle laisse ses dessins prendre des allures d'installations dans l'espace, s'étendre dans le temps, tels des performances. Les principes exploratoires développés avec ces dessins, consistant à faire interférer les couches spatio-temporelles, sont poursuivis également dans ses travaux de vidéo et de photo.
Déjà, le titre de la série Staubfinger (doigt/poussière) renvoie à l'association progressive de la main qui dessine et du corps dans l'espace. Devenu abstrait grâce à une enveloppe de tissu élastique clair, le corps apparaît ici comme une sculpture vivante qui inscrit, pour quelques instants fugitifs, un alphabet singulier dans l'immensité du paysage.
Dans cette série, tel un réservoir d'histoires et d'événements, l'espace s’étend, et les éclairages multiples permettent à l'artiste de superposer les impressions laissées par différents lieux, choisis intentionnellement. Elle utilise pour cela les possibilités de la photographie en noir et blanc analogique : à l'aide de la peinture par la lumière, rappelant les photogrammes, elle peut rendre visible les superpositions d'impressions et de situations et, tel un palimpseste, créer par là même des images illustrant la façon dont nous construisons des souvenirs. Il y a ici également un jeu subtilement troublant de présence et d’absence, d’existence et de fragilité du corps.

Dans tous les travaux de Nicole Wendel, le corps apparaît nettement comme le centre gravitationnel des recherches artistiques. Mais au lieu de concevoir le corps comme objet dont elle dispose, elle dirige notre attention sur le corps en mouvement en tant que commencement incontournable de tout art. Elle nous fait participer au mouvement circulaire apparemment irrésistible de la création, de la transmission et de la destruction - on and on and on (sans arrêt) - et fait percevoir l'intuition du calme intense qui, comme lors du passage entre inspiration et expiration, peut se loger entre les oppositions.

Texte d’Almut Hüfler, extrait du catalogue « On and on and on », mars 2015.

Lire plus
Adresse
68 rue de charenton
75012, Paris
France
Nos Garanties

Livraisons garantiespar des transporteurs spécialisés
En savoir plus

Paiements securisés par carte bleue, paypal ou virement bancaire
En savoir plus

Retours gratuitsjusqu'à 14 jours
En savoir plus

Prix négociés auprès de nos galeries
En savoir plus

Leurs Expériences

"Artsper réunit le meilleur des galeries d’art du monde entier. Je peux ainsi faire mon choix depuis chez moi en toute sérénité."

Sébastien Robineau - Avocat

"Les conseillers sur Artsper m’ont guidé dans mon choix et ont été très réactifs à mes questions et dans le suivi de ma commande."

Vincent Dubois - Gestionnaire de fonds

"Artsper, c'est le choix le plus diversifié et le plus large d'oeuvres contemporaines accessibles. Mon JonOne, acheté sur Artsper, est un émerveillement quotidien."

Hubert de Brichambaut - Dirigeant d'entreprise