Les garanties Artsper : paiements sécurisés, livraison dans le monde entier et retours gratuits ! En savoir plus

Francis Bacon, Portrait de John Edwards

Francis Bacon Portrait de John Edwards, 1986

Mise en situation Edition 31.9 x 23.6 x 0.4 inch 1 exemplaire restant

30 401 $

+150 $ de frais de livraison en Etats-Unis Livraison : Moins d'une semaine

Faire une offre

Comment ça marche
Ajouter à ma wishlist 8 personnes visitent cette page
Francis Bacon, Portrait de John Edwards
Description
  • Proposé par

    Galerie Dali Paris
    Paris - France

  • Authentification

    Oeuvre vendue avec facture de la galerie
    et certificat d’authenticité

  • Signature

    Oeuvre signée à la main

  • Technique

    Edition : lithographie

  • Thèmes

    Portrait

  • Support

    Edition sur papier Arches

  • Tirage

    Oeuvre numerotée et limitée à 150 exemplaires

  • Dimensions cm | inch

    31.9 x 23.6 x 0.4 inch

  • Encadrement

    Cadre avec vitre en verre en aluminium argenté

  • Dimension de l'oeuvre encadrée

    39 x 30.7 x 3.1 inch

  • Mouvement

    Expressionnisme
  • Guide du collectionneur

  • A propos de l'oeuvre

    Lithographie en couleur sur Arches, réalisée en 1986, d'après le panneau de droite du triptyque «Trois études pour un portrait de John Edwards ».

    John Edwards était le compagnon de Bacon à partir des années 70. De l'Est de Londres, Edwards a rencontré Bacon au Colony Club en 1974 par l'intermédiaire de son frère aîné, David Edwards, ami de Muriel Belcher. Edwards et Bacon sont devenus des amis très proches à partir de ce moment-là. John Edwards était l'unique héritier de Bacon et, en 1998, il a fait don de l'intégralité du contenu du studio Reece Mews à la Hugh Lane Gallery, à Dublin. Il est le sujet de certains des portraits les plus significatifs de Bacon tels que Portrait de John Edwards de 1988.

    Signée en bas à droite. Publiée par Yves Peuré pour la revue littéraire L’Ire des Vents, Paris et imprimée par la Galerie Lelong, Paris.
    Catalogue raisonné : Bruno Sabatier n°20 - Alexandre Tacou n°20.²

Livraison

Artsper livre les oeuvres dans le monde entier via des transporteurs spécialisés.

L'oeuvre est disponible en retrait en galerie à ( Paris, France) ou peut être livrée à l'adresse de votre choix dans moins d'une semaine après validation de votre commande. L'oeuvre est assurée pendant le transport, il n'y a donc aucun risque pour vous.


En savoir plus sur la livraison
Paiement

Vous pouvez régler par carte bancaire, Paypal ou virement uniquement en Euros. Sachez que nous prenons les fraudes et le respect de vos informations confidentielles très au sérieux, c'est pourquoi tous les paiements sont sujets à une validation 3D Secure.


En savoir plus sur le paiement
Garantie

Artsper travaille uniquement avec des galeries professionnelles et vous garantit l'authenticité et la provenance des oeuvres.


En savoir plus sur la garantie Artsper
Partagez cette oeuvre
Contacter nos experts

Une question sur l'oeuvre ? L'artiste ? La livraison de l'oeuvre ?

* Champs obligatoires

Francis Bacon

Né(e) en: 1909

Royaume-Uni

Artiste célèbre

Francis Bacon est né en 1909 à Dublin, en Irlande, dans une famille anglaise.

Il est mort en 1992 à Madrid.

Rejetant l'abstraction, à une époque où elle triomphait, Francis Bacon rompit tout aussi radicalement avec la tradition occidentale de la figuration en transposant son obsession du corps humain dans des visions qui sont l'expression de forces vitales invisibles.

Francis Bacon, né en Irlande, a des parents anglais. Il découvre son homosexualité à 15 ans et, à 16, part seul vivre à Londres. Dans les années 1926-1928, il séjourne à Berlin, où il a la révélation de l'expressionnisme, et à Paris, où l'exposition Picasso qu'il visite déclenche en lui un choc esthétique. De retour à Londres en 1929, il travaille d'abord comme décorateur d'intérieur, puis il commence à peindre (aquarelles, huiles). En 1933, il passe au grand format en abordant le thème de la Crucifixion, qui restera central dans son œuvre – tout en s'éloignant des canons de la peinture religieuse. Cependant, il détruit en grande partie son travail : en 1944, il n'en reste qu'une dizaine de toiles. Les Trois Études de figures au pied d'une Crucifixion, exposées à Londres en 1945 (et conservées aujourd'hui à la Tate Modern), lancent définitivement sa carrière de peintre hors du commun.

Relativement marqué à ses débuts par le surréalisme (Painting, 1946), Bacon fait ensuite figure d'indépendant dans la peinture contemporaine ; il déclare lui-même œuvrer "hors tradition". La plupart de ses tableaux représentent des personnages isolés, groupés par deux, ou plus rarement par trois, immobiles ou en mouvement, parfois enfermés dans une cage ou associés à des carcasses. Un thème iconographique préexistant lui sert souvent de point de départ : le portrait du pape Innocent X par Velázquez (1953), les autoportraits de Van Gogh « sur la route de Tarascon » (1956-1957), l'image de la nurse hurlante dans le Cuirassé « Potemkine » d'Eisenstein (1957), ou encore la photo, extraite d'un journal, d'un homme politique gesticulant.

Très inspiré par la technique cinématographique, fondée sur le découpage, Bacon utilise aussi à ses propres fins les procédés plastiques et émotionnels issus d'esthétiques contemporaines, de l'expressionnisme à l'art minimal. Mais l'essentiel de son apport consiste en une interprétation inédite du corps et du visage humains, restitués en des attitudes ramassées mais vivantes, ou en des expressions hagardes mais d'une "vérité criante" pour reprendre une expression de Michel Leiris. Le pinceau, toujours souple, fouette une couleur mate et légèrement grenue, aux nuances chatoyantes et acides. Les personnages de Bacon, à la limite de la désagrégation ou de la déformation comme sous l'effet d'un phénomène optique, sont paradoxalement peints dans des postures quotidiennes : assis, couchés, vautrés, endormis ou faisant l'amour, et même déféquant (Deux Figures dans l'herbe, 1954). Une analogie d'attitudes et de situations rapproche l'homme de l'animal, notamment du chien ou plus souvent du singe (Chimpanzé, 1955).

Installé dans son atelier londonien définitif en 1961, Bacon explore le visage humain, soit en travaillant l'autoportrait, soit en prenant ses compagnons pour modèles (Portrait of George Dyer Talking, 1966), soit encore en s'inspirant de photographies d'artistes réputés ; il se livre alors à des variations saisissantes entre le jeu des couleurs et celui des expressions. Cherchant à frapper le spectateur jusqu'au plus intime de lui-même, l'œuvre de Bacon sera qualifiée d'"existentialiste" dans la mesure où l'individu est saisi au cœur de son isolement (dans une chambre, un lit ou un espace presque totalement abstrait), qu'accentue la fréquente présentation en triptyque, dont les personnages juxtaposés ne communiquent guère (Études du corps humain, 1970 ; Corps en mouvement, 1976). Sa dernière manière se fait carrément épurée (Sang sur le plancher, 1986). L'œuvre de Francis Bacon se déploie en grands triptyques mettant en scène sa vie, ses amis, son admiration pour Vélasquez, van Gogh ou Picasso, ou par des portraits torturés, comme pliés dans la texture de la toile, de ses amis Michel Leiris, Mick Jagger, etc.

Asthmatique depuis son enfance, Bacon meurt d'une pneumonie au cours d'un séjour à Madrid. On voit en lui le peintre qui a prolongé avec le plus d'originalité les intuitions picturales de Van Gogh sur la couleur. Dans les années 1950-1960, son influence s'est surtout exercée en Grande-Bretagne, où on lui reconnaît la paternité du pop art (Hockney), puis en Italie et enfin sur les développements ultérieurs de la figuration libre.

Lire plus

Francis Bacon, Portrait de John Edwards
Francis Bacon, Portrait de John Edwards Francis Bacon, Portrait de John Edwards Francis Bacon, Portrait de John Edwards Francis Bacon, Portrait de John Edwards

Nous livrons en Etats-Unis

Toutes les oeuvres sont emballées et envoyées par des professionnels.