• € (EUR)
  • Besoin d'aide

Jochen Michaelis

1975 Suburb of Paris Banlieue, 1975

Peinture : Pigment naturel, techniques mixtes 44 x 58 x 0.5 cm

1 150 €

Proposer un prix

Ajouter à ma wishlist
LOADING NOT DISPLAYED BLUR TEXT
Second NOT DISPLAYED BLUR TEXT

Essayez gratuitement l’œuvre chez vous pendant 14 jours

Entreprises: Leasing à partir de 35 € / mois Une question? Contactez nos experts
Imaginez-la chez vous
Jochen Michaelis, 1975 Suburb of Paris Banlieue

À propos de l'œuvre

Œuvre vendue en parfait état

Cadre sur mesure en chêne avec un passe-partout papier fine art, par notre atelier d’encadrement professionnel. Jochen Michaelis est un fin observateur du théâtre de la vie du Paris d’Après-Guerre, des années 50 et 60. Jochen Michaelis est né à Postdam en 1938, il est le petit-fils de Georg Michaelis (1857-1936), Ministre Président de Prusse et, en 1917, Chancelier de l'Empire allemand. Il étudie la peinture à la KunstAkademie de Kassel, en Allemagne. A Paris, il vient étudier très jeune aux Beaux-Arts dans l'atelier de Chapelain Midy et pratique aussi l'art de la lithographie avec le professeur Clarin. Il continue à parfaire sa technique de l'estampe au Pratt Graphis Center de New York. Michaelis, en fin observateur et peintre des scènes du grand théâtre de la vie est un voyageur infatigable, son imagination nourrit les peintures de ses nombreuses expositions à Paris, New York, Berlin, Zurich ou Londres et de son voyage au Mexique. A Paris, il commence sa carrière fulgurante de peintre à seulement 20 ans et ses oeuvres sont bientôt dans toutes les collections qui comptent. Toute la presse et la Critique d'Art parisienne saluent la qualité de sa peinture dès 1958. OLYMPIADES DES ARTS PARIS En 1991 et 1992, lors des évènements internationaux sous l'égide du Président Mitterrand et du Maire de Paris, Jacques Chirac, MICHAELIS est sélectionné pour représenter l'Allemagne avec sa série sur Paris qui fait partie de son exposition lors des Olympiades des Arts organisées par la Galerie Lise Cormery, pour le CNOSF, Comité National Olympique et Sportif Français, à l'occasion des Jeux Olympiques de 1992 en France. Cet évènement international faisait suite aux Olympiades des Arts de Séoul où la ville fonde pour cette compétition un Musée de peintures internationales et le SOMA, un Musée de sculptures monumentales en plein air, avec des artistes invités venus du monde entier pour exposer et représenter l'art du XXe siècle.
Lire plus
À propos du vendeur
Galerie d’art professionnelle • PARIS, France

Vendeur Artsper depuis 2020

Vendeur certifié

Technique
Peinture: Pigment naturel, techniques mixtes
Dimensions cm inch
44 x 58 x 0.5 cm
Encadrement
Cadre avec vitre en verre en bois beige
Dimension de l'œuvre encadrée
46 x 60 x 1 cm
Tirage
Œuvre Unique
Authentification
Œuvre vendue avec facture de la galerie et certificat d’authenticité
Signature
Oeuvre signée à la main
Tags
Thèmes

Scène de vie

Figuratif

Livraison dans le monde entier

L'œuvre est disponible en retrait en galerie à PARIS, France ou peut être livrée à l'adresse de votre choix sous 3 à 4 semaines après validation de votre commande. L'œuvre est assurée pendant le transport, il n'y a donc aucun risque pour vous.
Provenance de l’œuvre: France En savoir plus sur la livraison

Retour gratuit

Les frais de retours sont gratuits et nous vous remboursons intégralement. En savoir plus sur les retours gratuits

Paiement et Garantie

Vous pouvez régler par carte bancaire, Paypal ou virement uniquement en Euros. Sachez que nous prenons les fraudes et le respect de vos informations confidentielles très au sérieux, c'est pourquoi tous les paiements sont sujets à une validation 3D Secure. En savoir plus sur le paiement
Artsper travaille uniquement avec des galeries professionnelles et vous garantit l'authenticité et la provenance des œuvres. En savoir plus sur la garantie Artsper
Jochen Michaelis

Jochen Michaelis

Allemagne • Né(e) en: 1938

Artistes Peintres

Artistes Allemands

Jochen Michaelis est né à Postdam en 1938, il est le petit-fils de Georg Michaelis (1857-1936), ministre-président de Prusse et, en 1917, Chancelier de l'Empire allemand. Il étudie la peinture à la KunstAkademie de Kassel, en Allemagne. A Paris, il vient étudier très jeune aux Beaux-Arts dans l'atelier de Chapelain Midy et pratique aussi l'art de la lithographie avec Clarin, technique de l'estampe qu'il continue à parfaire au Pratt Graphis Center de New York.

Michaelis, en fin observateur et peintre des scènes de vie est un voyageur infatigable, son imagination nourrit les peintures de ses nombreuses expositions à Paris, New York, Berlin et de son voyage au Mexique.

A Paris, il commence sa carrière fulgurante de peintre à seulement 20 ans et ses oeuvres sont bientôt dans toutes les collections qui comptent. Toute la presse et la Critique d'Art parisienne salue son talent dès 1958, quelques extraits de ces textes importants illustrent ici son talent et les éloges que son œuvre suscite.

Pour le critique d'art du journal "ARTS" "Michaelis fait preuve d'un beau talent. Une mise en page qui utilise toutes les ressources de l'affiche de Bonnard ou de Lautrec, fait saillir au premier plan des visages ambigus noyés dans d'immenses espaces terreux, un estompage de silhouettes mouvantes dispersées dans la grisaille. Michaelis reste fasciné par l'isolement des êtres dans les foules, par leur vulnérabilité, leur misérabilisme." Pour "Le Monde" "Michaelis réalise à vingt ans de grandes compositions énergiques et personnelles où l'humour ne perd pas ses droits." Dans "Combat", journal représentant la gauche française, alors media le plus puissant pour la critique d'art, avec des plumes prestigieuses comme Albert Camus, Raymond Aron, André Gide, on consacre à Michaelis en 1958 une demi page de texte "Michaelis, c'est un rêve parfois amer, parfois caricatural et plein de tendresse. Il y a un humour glacé mais aussi de la fougue et de la violence.  C'est une peinture de mœurs et de société, même si le monde est dérisoire." et "Combat" le photographie au milieu de douzaines de ses peintures jonchées au sol, parmi elles, on y voit "La Parisienne au faux cils" peinte à sa manière expressionniste. Pour "Hors-Côte", "Michaelis observe l'humanité d'un œil acerbe : le monde où l'on s'amuse, tristement au cabaret, la fille qui roule sa pauvre bosse à la Porte Saint Denis, les Belles et les Bêtes férocement inhumaines dans leur goût effréné de vivre, avec les têtes à gifles des noceurs qui baigne dans une atmosphère rose d'une tendresse infinie." Presque trente ans plus tard, en 1984, "L'amateur d'art" écrit : "Regarder Paris du haut des toits et le transmettre dans une interprétation poétique, Michaelis et ses compositions stylisées sont le reflet de la vie quotidienne. Des passants, des flâneurs, des enfants habitent ces œuvres dans lesquelles ses couleurs rejettent l'angoisse." Le critique d'art Gérard Weber écrit que "tout jeune étudiant aux Beaux-Arts il faisait la plonge au bistrot Moulin Rouge, son atelier place Saint André des Arts devient un rendez-vous artistique. Les tableaux de Michaelis, instantané d'émotion poétique, - je les connais depuis vingt-cinq ans, avec un dessin qui donne forme aux rêves de l'œil." Lise Cormery dans son livre "L'Art de L'Ecole de Paris d'Après-Guerre" écrit :  "Il ne fait pas bon être Allemand en France dans les années 50, Berlin est détruit, les plaies sont encore vives, pourtant Jochen Michaelis est si authentique, si charmant et si voué à la peinture qu'il devient l'artiste allemand favori du marché de l'art de L'Ecole de Paris d'Après-Guerre où il trouve vite sa place et apprécie sa vie, qu'il nomme "La Bohème" en citant l'Opéra et Charles Aznavour. Ce bel homme, après avoir été le compagnon d'une Grimaldi s'installe de longues années à Paris où il observe et peint les scènes de vie de Paris et les Parisiens, enfants, parents, travailleurs et noceurs dans un univers onirique à nul autre pareil et les galeries parisiennes exposent son œuvre, heureusement préservée, grâce à laquelle nous retrouvons ce Paris qui veut chasser ses idées noires, plein de joie et d'espoir durant les années 50, 60 et 70. Il peint ce Paris, aujourd'hui disparu, avec ses élégantes qui savaient à peu de frais s'habiller, ses marchés et ses personnages pittoresques, pris sur le vif dans leur quotidien, en marche vers leur labeur ou qui se retrouvent au bistro du coin pour refaire le monde. Mais si son œuvre est poétique et onirique elle n'est pas sans dénoncer les failles de nos sociétés, ce qui n'a pas échappé aux critiques d'art d'antan.

Dans son 'PARIS LA NUIT', Michaelis peint les oiseaux de nuit qui s'éparpillent dans la ville pour mieux jouir des night-clubs, des théâtres, de la vie nocturne,

Dans son PARIS BLANC qu'affectionnait dans une veine figurative et architecturale l'Utrillo des années 1910, Michaelis lui s'intéresse à l'humain, au social, il peint et dépeints deux mondes qui s'ignorent à l'aube, et son Paris Blanc joue sur la mélancolie de Paris, avec ses petits matins blafards, ses salles de café embrumées par l'alcool, le brouillard qui nimbe d'un voile pâle Paris tout au long de la Seine. Michaelis y observe deux mondes qui se croisent à l'aube, les fêtards ou "Fêt'Arts" "Les Couche-tard" qui sortent de boîte de nuit et s'engouffrent dans les bistros tout juste ouverts pour prendre un dernier café crème ou un dernier verre d'alcool, alors que les ouvriers s'engouffrent dans les bouches de métro et que les balayeurs invisibles commencent déjà leur longue journée de labeur. L'innocent, le solitaire "Le Rêveur éveillé", sans doute Michaelis lui-même observe, en un rêve éveillé le mouvement de ces deux mondes qui s'ignorent et se partagent le temps de Paris. Il y a ceux qui s'affairent déjà alors que Paris est tout juste éveillé. Sur les quais de Seine émergent des Parisiens, mais rentrent-ils pour enfin dormir ou sont-ils en route pour un travail matinal ? Tout un monde réel et retranscrit par l'imaginaire de Michaelis est circonscrit dans ce Paris énigmatique qui s'agite. Certains s'amusent friands de mode qui se démode, on y retrouve ces messieurs au couvre-chef alors très en vogue, la toque d'astrakan, ou qui danse le Kazatchok en boite. Tout ce petit monde interlope anime les cafés. Michaelis n'oublie pas les anonymes, la foule des Parisiens, qui se saluent puis disparaissent dans la pâleur du jour ou de la nuit. Michaelis nous questionne aussi avec sa peinture de 1966 "Deux clochards endormis dans l'espoir lorsque le jour se lève sur la Tour Eiffel", car hier comme aujourd'hui deux clochards sont endormis dans l'espoir d'un nouveau jour qui se lève enfin sur notre PARIS BLANC, le somnambule, le funambule, en attente de l'espérance d'une Renaissance. Hier, de même un clochard se cachait pour dormir la nuit dans l'église de Saint Germain des Près, peut-être Michaelis dans ses mauvais jours, assurément le grand maître de la Manière Noire Mario Avati ou Brancusi, venu à pied de Roumanie.

Dans son PARIS ORANGE, ou PARIS RIT et PARIS DETRUIT, c'est aussi Le PARIS de l'humble avec "La Pelleteuse et les géraniums" et Le PARIS de l'arrogant de "Cocktail Party". Paradoxal, dans ce Paris des Trente Glorieuses, deux mondes s'y affrontent, Le Paris de L'humble et le Paris de L'arrogant.

Dans le Paris de L'humble de "La Pelleteuse et les géraniums", La pelleteuse orange des promoteurs fait son oeuvre comme un parisien tente de survivre dans son Montparnasse en cours de destruction, dans l'espoir d'épargner ses joyeux géraniums orange, comme un acte de résistance pacifique, ponctuant de graines de vie le balcon de son modeste logis.

Le Paris de L'arrogant, dans le même temps, avec "Cocktail Party" et "Le Maître d'Hôtel", "Danser en boîte" s'amuse et tout est permis aux étudiants nantis. Paris vibre de joie de vivre, dans les années 60 et 70, la vie y est encore légère et pas chère, quelques étudiants, "fils à papa", font de la "provoque" et jouent aux grands en faisant croire à une Révolution, même si "68" n'est qu'une Révolution d'enfants gâtés petits bourgeois, tout leur est permis et ils veulent le pouvoir. C'est ainsi qu'ils le capteront et plus jamais ne le lâcheront.

Pendant ce temps Michaelis, humble parmi les humbles, choisit la couleur Orange pour la dominante de ses peintures, il a sorti l'orange des placards de l'Académie dès 1958 et bientôt les artistes, les designers, la haute couture, le prêt-à-porter s'emparent de la couleur orange, qui telle un étendard, devient comme un hymne à l'énergie, pour croit-on, une vie meilleure.

Les dons d'observateur de Michaelis nous invitent dans cette époque aujourd'hui oubliée où Paris était en lutte dans l'effervescence orangée. Des combattants urbains saignaient d'un sang orangé, se heurtant à la nostalgie et à la défense d'un Vieux Paris quelque peu délabré. Et Paris Lumière luttait pour la Renaissance de son passé des Lumières, se heurtant violemment contre ses pourfendeurs, amoureux des univers bétonnés, en faveur d'un Paris Ville Poussière. Les promoteurs et les bailleurs sociaux de la Ville de Paris sont les nouveaux maîtres de la ville de Paris et se la partage, tel un énorme gâteau dont ils vont se repaître, détruisant les ateliers d'artistes du Montparnasse et les immeubles du passé frappés d'alignement du Quartier Latin, où l'art fleurissait plus que les billets, où les artistes à l'œuvre, méconnus, demeurent les oubliés et doivent déménager. La Défense inhumaine et tentaculaire dresse ses immenses ergots. Pendant ce temps Michaelis, patiemment en fin observateur peint l'accouchement d'un nouveau Paris, encore plein d'espoir et de désespoir aussi."

Quelques International solo shows

1958 Galerie de la Maison des Beaux-Arts Paris 1959 Galerie Glaser-Cordier, Paris 1962 1963 En permanence Galerie d'art J. Montana 124, rue du faubourg Saint Honoré, Paris 1964 1967 Galerie Jacques Casanova, Palais-Royal, Paris 1971 Galerie Fischbacher, 33, rue de Seine, Paris 1979 Galerie Raesfeld, Cologne, Allemagne 1979 Galerie Nonson, 133 Wooster Street, Soho, New York 1982 Profile Gallery, 113 James Street, New York 1984 Galerie Raspail Rive Gauche, 221, blvd Raspail, Paris 1985 Profile Gallery, 113 Jane Street, New York 1985 1986 Galerie du Marais, 33, rue des Francs Bourgeois, Paris 1986 Galerie Raspail Rive Gauche, 221, blvd Raspail Paris 1987 Galerie du Marais, 33, rue des Francs Bourgeois, Paris 1988 Galerie Tullagasse 2, 7814 Breisach am Rhein, Allemagne 1989 Reece Gallery, 24 West 57 Street, New York 1991 1992 Galerie Lise Cormery Olympiades des Arts 1992 Montserrat Gallery, 584 Broadway, New York 1992 The Emerging Collector Gallery, 62, 2nd Avenue, New York 1992 Galerie Bassler Merzhauserstrasse 76, Freiburg, Allemagne 1992 Galerie Tullagasse 2, Breisach am Rhein, Allemagne 1993 Montserrat Gallery, 584 Broadway, New York 1993 Galerie Lise Cormery 1993 1994 1995 1997 Galerie Museum Egon Von Kameke, Postdam, Allemagne. Lukacs Gallery Toronto & De Silgahi Gallery, Burlington, Canada.

PARIS OLYMPIADS Michaelis sera exposé par la Galerie Lise Cormery en 1991 et 1992, lors des Olympiades des Arts de Paris, Michaelis faisant partie de la délégation d'Allemagne. En 1991 et 1992, lors des évènements internationaux sous l'égide du Président Mitterrand et du Maire de Paris, Jacques Chirac, il est sélectionné pour représenter l'Allemagne avec ses peintures de "Paris", lors des Olympiades des Arts organisées par la Galerie Lise Cormery, pour le CNOSF, Comité National Olympique et Sportif Français, à l'occasion des Jeux Olympiques de 1992 en France. Cet évènement international faisait suite aux Olympiades des Arts de Séoul où la ville fonde pour cette compétition un Musée de peintures internationales et le SOMA, un Musée de sculptures monumentales en plein air, avec des artistes invités venus du monde entier pour exposer et représenter l'art du XXe siècle.

Presse Critique D'Art Internationale

1958 "Arts" 14.10. 1958, "Le Monde" 17.10.1958, "L'Amateur d'Art" 25.10.1958, "Le Figaro" 10. 1958, "Combat" 27.10.1958, "Masques et Visages" Septembre 1958, "L'information" Octobre 1958. 1962 "Echos des Arts" 10. 1962, "Le Hors-Cote" Mars & Avril, "Combat" Avril. 1963 "Les Arts", "Combat" 8 & 23 mars, "ARTS", "Les Echos", "Pariser Kurier", "Die Welt", "Carnet des Arts". 1964 "Combat", "ARTS". 1967 "Santé Publique". 1968 Couverture Cover "La Légion Violette, Revue de La Légion d'Honneur, des Palmes Académiques Arts et Lettres". 1979 "Manhattan East" New York. 1982 1984 "Art Speak" New York. "ART New York". 1994 "Spiegel", "Der Welt". 1984 "L'amateur d'art" 1986 "L'amateur d'art".

Quelques Publications

Gerhard Werner Weber, Solange Lemaire, Gérard Weber, Catherine de Hulewicz, François Pluchart, Cate Miodini, Phyllis Lee, Palmer Poroner, Elvira Kühn, Claude Lesuer, Claude Dorval, Lise Cormery.

Lire plus
Autres œuvres de GALERIE LISE CORMERY
Besoin d'aide

Comment Artsper vous protège ?

Protégez votre achat avec Artsper

Nous sommes là pour vous aider à collectionner des œuvres d'art en toute confiance. Lorsque vous naviguez et achetez sur Artsper, vous bénéficiez de nos protections spécifiques.

Achetez les oeuvres en provenance des meilleures galeries.

Nous travaillons en partenariat avec les meilleures galeries d'art. Tous les vendeurs sur Artsper ont été soigneusement examinés et approuvés par notre équipe. Toutes nos galeries partenaires respectent notre charte de déontologie.

Sachez ce que vous achetez

Chaque oeuvre présente sur Artsper fait l'objet d'une étude puis est validée par notre équipe de modération avant d'apparaître en ligne.

Bénéficiez d'un accompagnement personnalisé.

Des spécialistes en art contemporain sont à votre disposition par téléphone et par email pour répondre à toutes vos questions sur les oeuvres d'art. Obtenez des conseils et des sélections personnalisés pour vos acquisitions.

 

Faites des offres avec Artsper

Négociez les prix

Vous avez la possibilité de proposer une offre de prix sur vos oeuvres. Comme en galerie, cela vous permet d'ouvrir une discussion puis d'acquérir vos oeuvres à des prix préférentiels.

Obtenez de l'aide dans les négociations

Notre équipe peut prendre en charge les négociations et revenir vers vous une fois que l'offre la plus intéressante est proposée. N'hésitez pas à faire appel à eux.

 

Passez commande en toute Sécurité

L’assurance satisfaction d’Artsper

Artsper vous offre la possibilité de retourner gratuitement une œuvre sous 14 jours après réception si celle ci ne vous convient pas, qu’elle qu’en soit la raison. Vous êtes ensuite remboursé intégralement de votre commande.

Protégez votre achat grâce aux partenaires de paiement d'Artsper

Tous les paiements par cartes bancaires sont traités par Paybox, le leader de confiance dans le traitement des paiements pour les entreprises internationales. Les outils de sécurité de Paybox répondent au niveau de certification le plus strict.

Recevez un soutien spécifique d'Artsper en cas de problème.

Dans les rares cas où une œuvre d'art arrive avec un résultat différent de celui décrit, nous nous efforcerons de vous obtenir un retour, un remboursement, une restauration ou un échange. Notre équipe vous tiendra toujours informé de l'avancé de votre demande et fera tout son possible pour vous proposer les solutions qui vous conviennent le mieux.

Pour bénéficier des protections Artsper vous devez:

  • Passer votre commande en utilisant l'une des méthodes de paiement d'Artsper.

  • Signaler le problème à Artsper dans la semaine suivant la réception de l'œuvre.

  • Fournir toute preuve photographique demandée concernant le problème (y compris l'œuvre et l'emballage d'origine).

Les garanties Artsper couvrent les problèmes suivants :

  • Vous recevez une oeuvre avec une caractéristique décrite manquante (par exemple une signature ou un cadre)

  • Vous recevez une oeuvre dont les caractéristiques sont différentes de celles décrites lors de votre achat (par exemple une couleur)

  • Vous recevez une oeuvre endommagée

  • Une oeuvre est déclarée perdue ou endommagée par le transporteur

  • Une oeuvre a une couleur différente de celle que vous avez commandé

  • L'oeuvre est retardée

Pourquoi acheter sur Artsper ?

Artsper vous donne accès au plus large catalogue d’oeuvres d’art contemporain, en provenance des meilleures galeries européennes (150 000 oeuvres, 15 000 artistes, 2 000 galeries partenaires), et à des sélections d’oeuvres personnalisées selon vos préférences.

À la différence de la plupart des acteurs du secteur, nous sélectionnons les galeries avec qui nous collaborons. Cette sélection exigeante, opérée par notre équipe d’experts, vous offre plusieurs garanties :

  • une double expertise professionnelle sur les artistes et les oeuvres présentées : celle des galeries et celle d’Artsper.
  • un accès à l’ensemble du catalogue d’oeuvres de nos galeries partenaires, vendues au même prix qu’en galerie.

Nous vous facilitons aussi la recherche d’oeuvres d’après vos préférences : vous pouvez consulter des sélections d’oeuvres créées par nos experts et découvrir du contenu de qualité sur vos artistes préférés

 

Comment sélectionnons-nous nos galeries partenaires ?

Un comité d’experts est en charge de la sélection de nos galeries partenaires, avec un objectif précis : trouver un équilibre entre une offre riche et diversifiée et un catalogue d’œuvres de qualité.

Plusieurs critères entrent ainsi en jeu, dont entre autres la démarche générale de la galerie, les artistes qu’elle représente, les foires auxquelles elle participe, ou encore sa façon de promouvoir les artistes

Où puis-je me faire livrer ?

Vous pouvez être livré partout dans le monde. Cependant, attention, pour l’achat d’une oeuvre à l’étranger des frais de douanes peuvent s’appliquer (cela est indiqué sur la première étape de votre panier). Vous pouvez vous faire livrer à l’adresse de votre choix :  vous pouvez être livré à votre domicile, chez une ami, sur votre lieu de travail … Attention, vous devez être présent lors de la livraison, ou à défaut quelqu’un de confiance devra être présent pour vous représenter. Choisissez la meilleure option pour vous. Votre adresse de facturation est différente de l’adresse de livraison ? Aucun problème, Artsper vous propose de préciser ces deux adresses lors de votre commande !

Comment négocier les prix ou faire une offre ?

Pour certaines oeuvres, vous pouvez négocier leur prix. Restez donc vigilant, les oeuvres concernées bénéficient d’une option « faire une offre » sous le bouton « ajouter au panier ».

Pour proposer votre prix, vous devez vous acquitter de son paiement par carte bancaire. Votre offre est enregistrée et transmise à la galerie. Celle-ci se réserve le droit de l’accepter ou de la refuser. En cas de refus, nous procéderons immédiatement au remboursement. Pour plus d’informations, n’hésitez pas à prendre contact avec nous : serviceclient@artsper.com.