Les garanties Artsper : paiements sécurisés, livraison dans le monde entier et retours gratuits ! En savoir plus

Jean Ribière, Chez le coiffeur

Jean Ribière Chez le coiffeur, 1952

Mise en situation Photographie 8.1 x 6.7 inch 1 exemplaire restant

1 030 $

Livraison : Quatre à cinq semaines

Faire une offre

Comment ça marche
Ajouter à ma wishlist 7 personnes visitent cette page
Jean Ribière, Chez le coiffeur
Description
Livraison

Artsper livre les oeuvres dans le monde entier via des transporteurs spécialisés.

L'oeuvre peut être livrée à l'adresse de votre choix sous 4 à 5 semaines après validation de votre commande. L'oeuvre est assurée pendant le transport, il n'y a donc aucun risque pour vous.


En savoir plus sur la livraison
Retour gratuit

Profitez de 14 jours d’essai pour trouver la place idéale de votre œuvre d’art. Et si vous changez d’avis, les frais de retours sont gratuits et nous vous remboursons intégralement.


En savoir plus sur les retours gratuits
Paiement

Vous pouvez régler par carte bancaire, Paypal ou virement uniquement en Euros. Sachez que nous prenons les fraudes et le respect de vos informations confidentielles très au sérieux, c'est pourquoi tous les paiements sont sujets à une validation 3D Secure.


En savoir plus sur le paiement
Garantie

Artsper travaille uniquement avec des galeries professionnelles et vous garantit l'authenticité et la provenance des oeuvres.


En savoir plus sur la garantie Artsper
Partagez cette oeuvre

Jean Ribière

Né(e) en: 1922 France
Biographie

Jean Ribière, photographe de renom, était vice-président national de l'A.N.J.R.P.C. (Association Nationale des Journalistes Reporters Photographes et Cinéastes), dont le Président était Robert Doisneau et les membre principaux Henri Cartier-Bresson et Raymond Depardon.

Né à Niort, le 9 février 1922, Jean Ribière débute sa carrière au service photo du journal L'Indépendant des Pyrénées Orientales en 1940. En 1944, il épouse Micheline Vialle, journaliste elle aussi. Jean, excellent photographe et Micheline, grand reporter, décident alors de créer leur propre agence de presse « Ribière Presse Photos. » Ils vendent bientôt leurs reportages à plus d'une centaine de journaux et magazines français et étrangers : L'Express, L'Aurore, Match, Keystone, BBC Londres…Reconnu par la profession pour son action constante de défense des droits d'auteurs, Jean s'investit alors beaucoup dans les principales associations professionnelles nationales de photographes.

Dans les années 40, ils consacrent leur travail à la France occupée puis libérée. L'agence prend alors de plus en plus d'ampleur et connaît une notoriété grandissante.

Dans les années 50, leurs sujets se diversifient encore pour s'orienter vers la vie quotidienne française. Ils possèdent notamment de nombreux documents exceptionnels et rares sur chacun des départements français qu'ils ont parcourus pendant plusieurs années afin de mettre en lumière les traditions, l'art roman, la vie rurale, les petits métiers.

Parallèlement à cette découverte du terroir, ils ont une activité de journalistes sportifs (rugby à XV et à XIII, cyclisme, sport automobile…) et de chroniqueurs judiciaires.

Durant les années 60, le talent de Jean Ribière est reconnu au travers d'expositions internationales de photographies où il reçoit de nombreux premiers prix, notamment en Andorre en 1962 : médaille d'or et prix spécial du jury.

Dans les années 70, ils donnent une orientation nouvelle à leur agence en proposant aux éditeurs européens et américains des illustrations sur des thèmes de la vie des régions françaises. Toujours en quête de la satisfaction de leurs clients, ils réalisent désormais des reportages hors de France (Espagne, Portugal, Belgique, Italie…)

Dans les années 80, le succès de l'agence et les trop nombreuses commandes émanant de l'étranger amènent Jean et Micheline Ribière à diminuer leurs déplacements. Ils se consacrent désormais uniquement à l'exploitation du fonds photo et à l'illustration de livres, revues et émissions TV.

En 1989, il décède, quelques années avant sa femme, et lègue à sa fille, Hélène Tabes, tout son travail : 120.000 documents photographiques (90.000 négatifs noir-et-blanc, 30.000 diapos et environ 2.000 tirages), ainsi que 150 textes de reportages documentaires, sur la période 1941-1989.

Hélène Tabes a, depuis, repris personnellement la gestion de ses archives photos, pour tout ce qui concerne les régions françaises, et a confié la diffusion nationale et internationale du fonds à l'agence SIPA PRESS, dans un premier temps puis à GAMMA-RAPHO aujourd'hui.

Le 21 août 2002, la Municipalité de Perpignan lui rend hommage en donnant son nom à une rue de la ville, dans un nouveau quartier dédié aux plus grand photojournalistes mondiaux.

Lire plus

Jean Ribière, Chez le coiffeur
Jean Ribière, Chez le coiffeur Jean Ribière, Chez le coiffeur