Présentation

Né dans l'est du Nigeria en 1965, Nnamdi est le premier de trois fils. Il réside actuellement à Fayetteville, en Géorgie, avec sa femme et ses trois enfants.

Nnamdi a toujours été attiré par l'art ; ses sensibilités artistiques s'exprimaient le mieux dans l'art tridimensionnel de la sculpture. Après avoir obtenu un diplôme en peinture au Nigeria, le basket-ball lui a permis de venir aux États-Unis. Il a été recruté par BYU-Hawaii où il a joué de 1989 à 1993 et a obtenu un BFA en sculpture.


Déclaration de l'artiste

Je suis né dans l'est du Nigeria en 1965. Je suis le premier de trois fils.

D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours été attiré par l'art. Plus tard, j'ai réalisé que mes sensibilités artistiques s'exprimaient mieux dans l'art tridimensionnel de la sculpture. À peu près à la même époque, j'ai été initié au basket-ball, ce qui me convenait bien puisque je mesure six pieds neuf pouces. Après avoir obtenu un diplôme en peinture au Nigéria, le basket-ball est devenu le moyen pour moi de venir aux États-Unis. J'ai été recruté par BYU-Hawaii où j'ai joué de 1989 à 1993 et obtenu un BFA en sculpture. 

Immédiatement après, je me suis inscrit au programme d'études supérieures de BYU-Provo, où j'ai obtenu une maîtrise en sculpture en 1997. Pendant mes études à Provo, j'ai rencontré et épousé ma femme, Deidra, originaire de l'Idaho et diplômée en 1996 d'une maîtrise en comptabilité. 

Mon travail est représenté dans des galeries à travers le pays, et mon travail monumental à grande échelle peut être vu dans des jardins de sculpture individuels et publics.

Les formes de mes sculptures sont simplifiées et stylisées pour mieux exprimer mes pensées et mes idées qui s'incarnent dans des lignes fluides et des formes simples. C'est un mode d'expression qui me vient naturellement, qui va droit au but et qui est dépourvu de prétention. La stylisation offre également une plus grande possibilité d'exprimer des thèmes et des émotions universels. Cela me permet d'élargir le champ d'expression en transcendant la simple représentation littérale de la figure, en provoquant des pensées et des idées différentes, et en donnant au spectateur l'occasion d'une introspection et d'une contemplation. 


L'une des rares lignes directrices que je suis est parfaitement illustrée par une déclaration de Michel-Ange : "La mesure doit être dans les yeux et non dans les mains, car si la main mesure, c'est l'œil qui juge". Mes proportions ne sont donc pas basées sur un principe rigide, mais plutôt sur un idéal personnel de beauté et d'équilibre. Je veux que mes figures soient plus symboliques que des copies littérales de la forme humaine. Ainsi, en sculpture, mes figures, au lieu d'être confinées à un modèle, deviennent un symbole de l'humanité.

Je simplifie également mes formes pour éviter les distractions de tout détail superflu, qui n'ajoute pas à la beauté de l'ensemble du dessin. Les attitudes, les gestes et la composition globale sont primordiaux pour moi. Le détail a bien sûr sa place dans la sculpture, mais je trouve que mon idéal de beauté est plus facilement atteint avec des lignes et des formes simples, qui transmettent mes pensées et mes idées sans être entravées par des détails. 

En outre, les grandes formes rondes symbolisent l'abondance de la vie. C'est une manifestation extérieure de la grandeur d'âme.

Le thème de la féminité est également prédominant dans mes sculptures. Je suis captivée par les nobles caractéristiques de la féminité, notamment l'empathie, l'amour, la résilience, la force, etc. Les femmes les plus proches de moi, mon épouse et ma mère, m'ont beaucoup influencé et sont des exemples de ces nobles attributs.

Dans ma culture indigène, ainsi que dans de nombreuses autres cultures, la féminité est vénérée. Il est entendu que les femmes partagent, même de manière infime, avec le créateur, l'acte sacré de donner la vie. Peut-être que cette compréhension de la dignité de la féminité m'inspire à chercher à honorer les femmes dans ma sculpture.

J'espère que tous trouveront dans mon travail une source d'inspiration pour transcender l'agitation et les inégalités de la vie. J'espère également que mes sculptures seront capables de susciter des réactions émotionnelles fortes chez le spectateur, indépendamment de son origine ou de sa race.


Lire plus
Toutes les œuvres de Nnamdi Okonkwo
Sculpture, Unity, Nnamdi Okonkwo

Unity

Nnamdi Okonkwo

Sculpture - 30.5 x 48.3 x 68.6 cm

10 026 €

Sculpture, Tranquility, Nnamdi Okonkwo

Tranquility

Nnamdi Okonkwo

Sculpture - 30.5 x 43.2 x 33 cm

6 915 €

Sculpture, Damsel-Life size - Cast bonze Ssculpture with patina and lacquer finish, Nnamdi Okonkwo

Damsel-Life size - Cast bonze Ssculpture with patina and lacquer finish

Nnamdi Okonkwo

Sculpture - 91.4 x 106.7 x 114.3 cm

51 860 €

Sculpture, Damsel, Nnamdi Okonkwo

Damsel

Nnamdi Okonkwo

Sculpture - 25.4 x 30.5 x 25.4 cm

5 186 €

Sculpture, Friends, Nnamdi Okonkwo

Friends

Nnamdi Okonkwo

Sculpture - 43.2 x 55.9 x 25.4 cm

12 677 €

Sculpture, Joy, Nnamdi Okonkwo

Joy

Nnamdi Okonkwo

Sculpture - 48.3 x 68.6 x 22.9 cm

10 314 €

Sculpture, Joy in Green, Nnamdi Okonkwo

Joy in Green

Nnamdi Okonkwo

Sculpture - 48.3 x 68.6 x 22.9 cm

10 314 €

Sculpture, Jubilation, Nnamdi Okonkwo

Jubilation

Nnamdi Okonkwo

Sculpture - 17.8 x 30.5 x 45.7 cm

8 163 €

Sculpture, Contemplation, Nnamdi Okonkwo

Contemplation

Nnamdi Okonkwo

Sculpture - 22.9 x 30.5 x 22.9 cm

Vendue

Découvrez nos sélections d'œuvres d'artistes

Besoin d'un coup de pouce pour trouver votre coup de cœur ? Consultez nos pages de sélections faites pour vous.
Besoin d'en savoir plus ?

Qui est l'artiste ?

Né dans l'est du Nigeria en 1965, Nnamdi est le premier de trois fils. Il réside actuellement à Fayetteville, en Géorgie, avec sa femme et ses trois enfants.

Nnamdi a toujours été attiré par l'art ; ses sensibilités artistiques s'exprimaient le mieux dans l'art tridimensionnel de la sculpture. Après avoir obtenu un diplôme en peinture au Nigeria, le basket-ball lui a permis de venir aux États-Unis. Il a été recruté par BYU-Hawaii où il a joué de 1989 à 1993 et a obtenu un BFA en sculpture.


Déclaration de l'artiste

Je suis né dans l'est du Nigeria en 1965. Je suis le premier de trois fils.

D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours été attiré par l'art. Plus tard, j'ai réalisé que mes sensibilités artistiques s'exprimaient mieux dans l'art tridimensionnel de la sculpture. À peu près à la même époque, j'ai été initié au basket-ball, ce qui me convenait bien puisque je mesure six pieds neuf pouces. Après avoir obtenu un diplôme en peinture au Nigéria, le basket-ball est devenu le moyen pour moi de venir aux États-Unis. J'ai été recruté par BYU-Hawaii où j'ai joué de 1989 à 1993 et obtenu un BFA en sculpture. 

Immédiatement après, je me suis inscrit au programme d'études supérieures de BYU-Provo, où j'ai obtenu une maîtrise en sculpture en 1997. Pendant mes études à Provo, j'ai rencontré et épousé ma femme, Deidra, originaire de l'Idaho et diplômée en 1996 d'une maîtrise en comptabilité. 

Mon travail est représenté dans des galeries à travers le pays, et mon travail monumental à grande échelle peut être vu dans des jardins de sculpture individuels et publics.

Les formes de mes sculptures sont simplifiées et stylisées pour mieux exprimer mes pensées et mes idées qui s'incarnent dans des lignes fluides et des formes simples. C'est un mode d'expression qui me vient naturellement, qui va droit au but et qui est dépourvu de prétention. La stylisation offre également une plus grande possibilité d'exprimer des thèmes et des émotions universels. Cela me permet d'élargir le champ d'expression en transcendant la simple représentation littérale de la figure, en provoquant des pensées et des idées différentes, et en donnant au spectateur l'occasion d'une introspection et d'une contemplation. 


L'une des rares lignes directrices que je suis est parfaitement illustrée par une déclaration de Michel-Ange : "La mesure doit être dans les yeux et non dans les mains, car si la main mesure, c'est l'œil qui juge". Mes proportions ne sont donc pas basées sur un principe rigide, mais plutôt sur un idéal personnel de beauté et d'équilibre. Je veux que mes figures soient plus symboliques que des copies littérales de la forme humaine. Ainsi, en sculpture, mes figures, au lieu d'être confinées à un modèle, deviennent un symbole de l'humanité.

Je simplifie également mes formes pour éviter les distractions de tout détail superflu, qui n'ajoute pas à la beauté de l'ensemble du dessin. Les attitudes, les gestes et la composition globale sont primordiaux pour moi. Le détail a bien sûr sa place dans la sculpture, mais je trouve que mon idéal de beauté est plus facilement atteint avec des lignes et des formes simples, qui transmettent mes pensées et mes idées sans être entravées par des détails. 

En outre, les grandes formes rondes symbolisent l'abondance de la vie. C'est une manifestation extérieure de la grandeur d'âme.

Le thème de la féminité est également prédominant dans mes sculptures. Je suis captivée par les nobles caractéristiques de la féminité, notamment l'empathie, l'amour, la résilience, la force, etc. Les femmes les plus proches de moi, mon épouse et ma mère, m'ont beaucoup influencé et sont des exemples de ces nobles attributs.

Dans ma culture indigène, ainsi que dans de nombreuses autres cultures, la féminité est vénérée. Il est entendu que les femmes partagent, même de manière infime, avec le créateur, l'acte sacré de donner la vie. Peut-être que cette compréhension de la dignité de la féminité m'inspire à chercher à honorer les femmes dans ma sculpture.

J'espère que tous trouveront dans mon travail une source d'inspiration pour transcender l'agitation et les inégalités de la vie. J'espère également que mes sculptures seront capables de susciter des réactions émotionnelles fortes chez le spectateur, indépendamment de son origine ou de sa race.

Quelles sont ses 3 principales œuvres ?

Quel est le mouvement artistique de Nnamdi Okonkwo ?

Les mouvements artistiques sont les suivants: Esthétique africaine

Quand est né(e) Nnamdi Okonkwo ?

L'année de naissance de l'artiste est : 1965