{}

Banksy

Né en 1974 - Angleterre

BIOGRAPHIE

Un bon magicien ne révèle jamais ses tours de magie dit-on, et s’il en était de même pour les acteurs du street art et leur identité ? C'est en tout cas de mise pour Banksy. Si tout le monde connait son nom d’artiste, son identité reste pour le mieux dissimulée et participe au mythe qui l’auréole. De nombreuses théories tentent de dévoiler son véritable nom au grand jour, mais rien n’a était encore avéré, et c’est tant mieux !

Pour aller contre ce mystère et lever le voile autant que possible sur cet anonymat plusieurs curieux mènent l'enquête. Des estimations permettent de dresser un certain profil du graffeur, le faisant naître en 1974 et grandir en Grande-Bretagne, non loin de Bristol. Il débute à l’adolescence dans la scène underground de la région et fait ses armes au sein d’un groupe de graffeurs du nom de Bristol’s DryBreadz Crew (allias DBZ).

C’est dans les années 80 qu’il développe son style, période propice au développement du milieu alternatif. Banksy s’inscrit dans la même veine que les artistes de rue émergents en France à la cette époque, à savoir Blek le Rat, dont le travail est similaire, mais aussi Ernest-Pignon Ernest, Miss Tic ou encore Jeff Aérosol.

Le pochoir, dont Banksy est devenu le véritable ambassadeur, va dans un premier temps s’imposer à l’artiste britannique pour des raisons pratiques. Il est souvent trop lent durant ses premiers graffs et se fait souvent surprendre sur le fait. Cette technique lui offre donc rapidité et efficacité, et ne va par la suite plus le quitter.

Il confectionne lui-même ses patrons et les accompagne quelque fois de slogans pour souligner ses propos. Artiste engagé et subversif, Banksy s’attaque aux injustices sociétales et cherche à la dénoncer. Anticapitalisme, antisystème, il défend son idéologie avec humour et lorsqu’il parle politique n’omet pas d’y insérer une certaine poésie. Deux, policiers qui s’embrassent, une petite fille qui perd son ballon, un militant s’apprêtant à dégoupiller un bouquet de fleurs, autant d’images qui ont mainte fois circulé pour leurs caractères symboliques et percutants. Banksy s’amuse à mettre en scène ce genre de personnages de façon récurrente, des policiers et des enfants, mais aussi des soldats, des personnes célèbres ou du troisième âge ou encore des animaux, en particulier les singes et les rats.

Mais comment rester anticapitaliste quand on devient un artiste bankable ? Pour répondre à cette problématique, Banksy a voulu défier le marché de l’art en 2013 en vendant ses œuvres en plein Central Parc pour des sommes dérisoires, de façon anonyme, bien sûr. Une opération qui n’a pas manqué de faire du bruit une fois révélée.

Banksy n’en était pas à son premier tour de passe-passe. Il a depuis longtemps fait de son art une réelle performance. Lors du festival du Nothing Hill en 2004, l’artiste a mis en circulation quantité de faux billets de 10 pound. Au lieu d’y voir le visage de la Reine Elisabeth II, c’est celui de Lady Diana qui s’est apposé sur cette nouvelle monnaie, n’étant plus la propriété de la « Bank Of England » mais celle de « Banksy of England ».

Il poursuit son ascension et se diversifie toujours plus, mais avec les mêmes intentions. En 2010, il réalise un docu-fiction "Faites le Mur !" filmé par Thierry Guetta, qui suit le quotidien des artistes Invader, Shepard Fairey, Mr Brainwash et Banksy et s’attaque aux clichés qui touchent le street-art. Puis en 2013, il investit la ville de New York avec ses pochoirs et des installations sous le titre "Better out than in". A la croisée des chemins entre le jeu de piste et la galerie éphémère à ciel ouvert, il ouvre un marathon artistique en dévoilant chaque jour une œuvre à découvrir dans la ville.

Enfin, c’est en 2015 que l’on a pu assister au plus grand tour de force du street artist. Pour aller toujours plus loin dans sa critique de la société consumériste, il ouvre les portes de Dismaland ! Un Parc d’attraction grandeur nature où tout semble nauséabond. Pour l’occasion, 57 artistes se sont retrouvés et ont mené à bien ce projet. Une action de plus qui participe à écrire l’histoire de bansky et à l’inscrire dans les mémoires du street-art et bien au-delà, de l'art en général.

Lire plus
EXPOSITIONS

SOLO SHOWS

2014
“Beyond melancholia”. Sammlung Reinking, Museum für Völkerkunde, Hamburg (Germany)

2009
“Banksy Versus Bristol Museum”, Bristol's City Museum and Art Gallery, Bristol (UK)
Blek Le Rat, GALERIE HENRIK SPRINGMANN, Dusseldorf (Germany)
Banksy, From the collection of Andipa Gallery, Andipa Gallery, London (UK)

2008
Banksy, Keszler Gallery , Southampton, NY (US)
“Banksy, THE WORLD´S MOST CONTROVERSIAL STREET AND STENCIL ARTIST”, Schoeni Art Gallery, Hong Kong
Banksy, Solo Exhibition, Fabrik Contemporary Art, Hong Kong

2007
Banksy New York: A Bankrobber crime, Vanina Holasek Gallery, New York City, NY (US)
BANKSY, Andipa Gallery, London (UK)

2006
Barely Legal, LA Warehouse, Los Angeles, CA (US)

GROUP SHOWS

2014
The Brask Collection, Munkeruphus, Dronningmølle (Denmark)
Wall to Wall, Hang-Up Gallery, London (UK)

2013
“Freedom Not Genius, Works From Damien Hirst's Collection”, MAMM, Multimedia Art Museum, Moscow (Russia)
“Economics in Art”, Museum of Contemporary Art in Kraków (MOCAK), Krakow (Poland)
‘At home I´m a tourist”, Colección de Selim Varol, CAC Centro de Arte Contemporáneo Málaga, Málaga (Spain)
Vandals Valentine Pop Up, Reed Projects gallery, Stavanger (Norway)

2012
“Au-Dela du Street Art,” Musee de la poste, Paris (France)
“Emulate”, 34FineArt, Cape Town (South Africa)
“This is London”, Shizaru Gallery, London (UK)
“Contemporary Print Making”, Jealous Gallery, London (UK)
Urban Fine Art, Group Exhibition, 99 Mount Street, London (UK)
“At home I'm tourist”, me Collectors Room Berlin, Berlin (Germany)
“Toykio Loves Gol”, Toykio Gallery, Dusseldorf (Germany)
“Outside In”, Masur Museum of Art, Monroe, LA (US)
“Mit sofortiger Wirkung, künstlerische Eingriffe in den Alltag”, Kunsthalle Wien project space karlsplatz, Vienna (Austria)

2011
Collection Platform 2: Circulation, PinchukArtCentre, Kiev (Ukraine)
“Faith”, Sims Reed Gallery, London (UK)
“Dangerously Young”, Museum Dr. Guislain, Ghent (Belgium)
“The Best Of Fabrik”, Fabrik Contemporary Art, Hong Kong
Traffic, Traffic, Dubai (UAE)
“Personal Effects”, Gallery Aferro, Newark, NJ (US)
Urban Art Show 2011, Belgrave Gallery St Ives, St. Ives, Cornwall (UK)
“Outside In”, Reed Projects gallery, Stavanger
“West End Rebellion”, Scream London, London (UK)
“Playing Field”, Carmichael Gallery of Contemporary Art, Culver City, CA (US)
“Banksy | War Boutique”, Andipa Gallery, London (UK)
“Untagged (the white wall show)”, IKON Ltd, Santa Monica, CA (US)
“NO GOVERNMENT NO CRY”, A Project by Kendell Geers, CIAP, Hasselt
“Street”, Robert Berman Gallery, Santa Monica, CA (US)

2010
Summer Show, Andipa Gallery, London (UK)
“Viva la Revolucion: A Dialogue with the Urban Landscape”, Museum of Contemporary Art San Diego, MCASD Downtown, San Diego, CA (US)
“Street and Studio, Von Basquiat bis Séripop”, Kunsthalle Wien (Museumsquartier), Vienna (Austria)
ROUND ONE: GREAT EXPERIMENT, Driesch:Klonaris, Palma de Mallorca (Spain)
“Fourth Element II”, The Watermill, Aberfeldy, Perthshire, Scotland (UK)
“The Great British Show”, Fabrik Contemporary Art, Hong Kong

2009
“DiedieDieDie verdammte gesamte Scheisse” KÜNSTLERBÜCHER, White Trash Contemporary, Hamburg (Germany)
“The Urban Legends”, Collectors Contemporary (Singapore)
“The Future of Street Art: From Jamie Reid to Banksy”, Bunkamura, Tokyo (Japan)
Urban Art, Werke aus der Sammlung Reinking, Weserburg | Museum für moderne Kunst, Bremen (Germany)
“Get Rich Quick”, Carmichael Gallery of Contemporary Art, Culver City, CA (US)
“With You I Want to Live: Gordon Locksley & George T. Shea Collection”, Museum of Art Fort Lauderdale, Fort Lauderdale, FL (US)

2008
“OFF THE WALL – From Vandalism to Urban Art”, Wilde Gallery, Berlin (Germany)
“Change America”, Robert Berman Gallery, Santa Monica, CA (US)
“Call it what you like”, Collection Rik Reinking, Kunst Centret Silkeborg Bad, Silkeborg (Denmark)
“The Cans Festival”, The Cans Festival, London (UK)
HERE and NOW. PART II, REGINAGALLERY, Moscow (Russia)

2007
“Warhol vs. Banksy”, The Hospital, London (UK)

2006
“In the darkest hour there may be light”, Brandler Galleries, Brentwood, Essex (UK)
“In the darkest hour there may be light, Works from Damien Hirst’s murderme collection”, Serpentine Gallery, London (UK)
“There is a U in Us”, V1 Gallery, Copenhagen (Denmark)
“Damien Hirst & His Contemporaries”, Andipa Gallery, London (UK)
“Spank the Monkey”, BALTIC Centre for Contemporary Art, Gateshead (US)
“Minimal Illusions”, Arbeiten mit der Sammlung Rik Reinking, Villa Merkel, Galerien der Stadt Esslingen, Esslingen (Germany)

2004
V1 One, A Celebration of Rebellion, V1 Gallery, Copenhagen (Denmark)

2003
Backjumps, The Live Issue #1, Kunstraum Kreuzberg / Bethanien, Berlin (Germany)
Longlife, Spacex, Exeter (UK)
Banksy vs. Eine, V1 Gallery, Copenhagen (Denmark)

2002
“Urban Discipline 2002: Graffiti-Art”, Urban Discipline, Hamburg (Germany)
“Viva la Republique!”, the centre of attention, London (UK)

Lire plus
Nos Garanties

Livraisons garantiespar des transporteurs spécialisés
En savoir plus

Paiements securisés par carte bleue, paypal ou virement bancaire
En savoir plus

Retours gratuitsjusqu'à 14 jours
En savoir plus

Prix négociés auprès de nos galeries
En savoir plus

Leurs Expériences

"Artsper réunit le meilleur des galeries d’art du monde entier. Je peux ainsi faire mon choix depuis chez moi en toute sérénité."

Sébastien Robineau - Avocat

"Les conseillers sur Artsper m’ont guidé dans mon choix et ont été très réactifs à mes questions et dans le suivi de ma commande."

Vincent Dubois - Gestionnaire de fonds

"Artsper, c'est le choix le plus diversifié et le plus large d'oeuvres contemporaines accessibles. Mon JonOne, acheté sur Artsper, est un émerveillement quotidien."

Hubert de Brichambaut - Dirigeant d'entreprise