{}

YANNICK BOESSO

présentation

Urban art fair, première foire internationale dédiée à l’art urbain, s’installe au Carreau du Temple du 22 au 24 avril 2016. Nous avons eu l'occasion de rencontrer Yannick Boesso, fondateur de la foire, qui a accepté de répondre à nos questions.

{Artsper} : Pouvez-vous nous présenter rapidement votre parcours ?

{Yannick Boesso}: Il y a deux étapes majeures dans mon parcours, toujours liées à l’art. La première est l’industrie musicale: 5 ans chez Universal Music (3 mois chez Barclays, et 4 ans assistant de Pascal Negre). Puis j’ai monté un projet de plateforme de street art en ligne : j’ai donc contacté différents artistes et le projet a rapidement vu le jour. Un mois plus tard j’avais un lieu qui m’a permis de les exposer : la galerie Artkraft, une ancienne ébénisterie tenue par le génial Pierre-Henri Damour. On y a fait cinq expositions. Les 3 années qui ont suivies ont été consacrées à des projets hors les murs, l’idée était de créer un lien entre l’art et l’entreprise mais en travaillant avec des artistes toujours issus de l’art urbain. Dans cette continuité, j’ai monté avec mes associés Artvizor, dont la vocation est de faire des partenariats entre artistes et marques, des expositions, de la communication par l’art et de l’événementiel artistique au sens large.


{Artsper} : Pour la 1ère édition d’Urban Art Fair, quelle a été la démarche et comment s’est construit le projet ?

{Yannick Boesso}: La première motivation a évidemment été l’envie d’apporter une pierre à l’édifice de l’art urbain. Je suis parti de deux constats : il y a un besoin et à la fois une envie de continuer à consacrer ce mouvement, pas en tant que divertissement mais comme un des mouvements les plus importants de l’art contemporain. Les musées et les grandes foires l’ont totalement exclu et vont rapidement lui ouvrir leurs portes j’en suis certain.
Il y a aussi le besoin de partager une vision, de rappeler qu’à un certain moment il y a des histoires différentes : des histoires qui viennent du hip-hop, de la propagande, de mai 68, d’Europe, du Bronx... Il y a plusieurs courants dans ce mouvement et j’ai l’impression que si on ne les dissèque pas, on perd beaucoup de plaisir dans la découverte de cet art !


{Artsper} : Pourquoi avoir eu envie de se concentrer sur l’art urbain ?

{Yannick Boesso}: C’est un mouvement qui est totalement de notre génération, qui a permis à beaucoup de jeune de s’intéresser à l’art. Personnellement, je m’intéressais à l’art mais en m’intéressant au street art, je suis remonté à l’art en général, au cubisme, à l’époque moderne que je préfère par rapport à l’époque contemporaine (sauf en ce qui concerne l’art urbain donc). Ca ouvre des portes, ca m’a ouvert des portes.


{Artsper} : Pour vous, y a t-il un clivage à faire entre art urbain et art contemporain ? Faut-il le différencier de manière marquée de l’art conceptuel ou est-t-il dans la continuité de mouvements antérieurs (comme le cubisme par exemple)?

{Yannick Boesso}: L’art urbain est contemporain de fait ! Mais j’accepte volontiers que l’on me dise qu’Urban Art Fair lui offre une place à part. Ce qui est génial avec ce mouvement c’est qu’effectivement il y a différents courants, différents artistes, mais des codes et des racines communes. Il y a aussi des personnalités. Par exemple, j’aime beaucoup voir des artistes comme Kool Koor qui était là au début, qui a fait toutes les premières expositions dans les années 80 avec son voisin et ami Toxic, Basquiat, Keith Haring... Ce que j’adore particulièrement c’est de voir l’évolution et la réflexion de l’homme qui, très rapidement, est
exposé et donc reconnu en tant qu’artiste, ce qui lui donne la possibilité de s’exprimer, de raconter ce qu’il a envie de façon de plus en plus personnelle. Au début, cela a commencé avec de l’écriture, qui fait parti de sa culture, du hip hop. Mais au lieu de rester sur l’ego trip de la répétition de son propre nom, ce qui l’intéresse le plus a été l’architecture, l’univers, et dans ses toiles d’aujourd’hui, tous ces petits labyrinthes qui forment différentes dimensions sont des réminiscences d’écritures automatiques, abstraites. C’est de voir tous ces parcours qui m’intéresse, issus d’un mouvement commun, codifié, et qui finissent par emprunter différents chemins. Donc oui, certains ce sont inspirés de grands maitres du cubisme, d’impressionnisme, de complémentaire de couleurs, d’abstrait... Certains vont avoir un travail très technique voire scientifique, d’autres vont être davantage basés sur la culture populaire, d’autres vont faire du détournement, d’autres sont fans de musique...


{Artsper} : Aujourd’hui, on essaie d’élever l’art urbain à l’art contemporain, notamment via la validation des grandes institutions, avec des catalogues raisonnés, des revues spécialisées, etc. Quelle est votre opinion à ce sujet ?

{Yannick Boesso}: Il y a certains sujets que l’on va aborder lors des conférences qui en parleront évidemment. C’est intéressant de voir, dans les différents courants comme le muralisme qui consacre des artistes historiques pour certains, et d’autres fois des gens qui, on ne sait pas trop comment, sont très bon là-dedans, qui arrivent à faire énormément de murs, qui ont énormément de posts et de likes et voient la cote de leurs œuvres monter. Donc en fait, il y a plusieurs questions que l’ont peut se poser : « est ce qu’il faut être pionnier pour être un bon artiste ? Est ce qu’il faut avoir fait le plus de murs possibles pour être un bon artiste ? »
Est-ce que les nombres de likes sur Internet fait monter la côte des œuvres ? Tout ca est intéressant aussi parce que comme c’est très contemporain, le facteur communication est très important, la rue est un media très viral, très populaire.
Donc oui, c’est extrêmement important d’être précis quand on parle d’art urbain et de multiplier les expertises sur le sujet.


{Artsper}: Que pourra t-on trouver à Urban Art Fair ?

{Yannick Boesso}: 33 galeries, de superbes galeries. Il en manque quelques unes à l’international mais vous pourrez apprécier une très belle curation d’oeuvres sélectionnées par Magda Danysz, de grandes galeries françaises comme la galerie du jour agnes b., Brugier-Rigail, David Pluskwa, des galeries de Berlin et d’Amsterdam passionnantes, un solo show de Blek Le Rat, de Banksy, des conférences, une projection en avant première du premier documentaire sur les femmes dans le graffiti : Girl Power.


{Artsper}: Comment les galeries et intervenants ont-t-il été sélectionnés ? Pourquoi eux ?

{Yannick Boesso}: Quand on s’intéresse à l’art urbain, on connait forcément les galeries qui comptent : on a donc contacté toutes celles qui nous intéressaient et approfondie notre connaissance de certaines galeries européennes et émergentes françaises.
Je suis fier de tout ce qui va être exposé, on est vraiment dans l’art urbain de A à Z. Je suis content d’avoir pu sélectionné les galeries que l’on voulait, d’avoir pris le temps et d’y avoir mis beaucoup de coeur.
Nous espérons que l’année prochaine nous aurons davantage de galeries américaines. Cette année, beaucoup on failli venir et n’ont finalement pas pu pour une question de calendrier.


{Artsper}: Pourquoi avoir décidé d’établir une sorte d’hommage à Agnès B ?

{Yannick Boesso}: Ce n’est pas forcément un hommage techniquement parlant, car il n’y aura pas de banderoles. C’est plutôt un hommage personnel, car il s’agit d’une des premières personnes à avoir montrer de l’art urbain en France. C’est aussi une personne qui a soutenu l’art underground de façon générale. Je lisais des articles quand j’étais plus jeune sur le PS1 à NY, agnès b. participait (sauf erreur de ma part) à l’émergence d’artistes de musique électronique et a toujours été tournée vers l’avenir. C’est une grande collectionneuse, l’une des premières personnes par qui j’ai connu l’art urbain.
L’idée de cet hommage était dans un premier temps de présenter des œuvres historiques de sa collection, mais finalement, la galerie du jour va présenter de nouveaux artistes coup de coeur, et c’est encore mieux !
En réalité, celle elle qui nous rend hommage en nous faisant le plaisir d’être à nos côtés pour cette première édition.


{Artsper}: Pour l’exposition de Magda Danysz, en quoi consiste t-elle ? S’agit t-il de sa propre collection ou de prêts d’artistes ?

{Yannick Boesso}: L’idée est de montrer des oeuvres majeures d’artistes d’art urbain. Il n’y aura pas forcément de très vieilles pièces, mais je peux vous dire qu’il y en aura 10, de 10 artistes différents, que tout le monde connait !


{Artsper}: Que pensez-vous de la vente d’art en ligne et des projets comme Artsper ?

{Yannick Boesso}: J’étais au début d’Artsper. Je trouve que c’est une plateforme très fluide, très pratique qui manque encore à mon sens de visibilité à l’international, sans doute du à sa jeunesse. Artsy, par exemple, propose ce contenu plus international. En revanche, lorsque je vais sur Artsy, je suis moins à l’aise qu’en naviguant sur Artsper... Je pense qu’Artsper est une bonne plateforme et qu’il est important d’avancer ensemble sur des projets comme celui-ci.


{Artsper}: Quels projets pour les futures éditions ?

{Yannick Boesso}: L’idée pour nous est vraiment de rester la foire de référence en art urbain, de l’améliorer d’année en année. Nous aimerions également nous étendre à l’international, nous pensons déjà à une édition New Yorkaise, qui arrivera rapidement et permettra aux galeries et collectionneurs d’être en lien sur les deux continents.

Lire plus
Nos Garanties

Livraisons garantiespar des transporteurs spécialisés
En savoir plus

Paiements securisés par carte bleue ou virement bancaire
En savoir plus

Retours gratuitsjusqu'à 14 jours
En savoir plus

Prix négociés auprès de nos galeries
En savoir plus

Leurs Expériences

"Artsper réunit le meilleur des galeries d’art du monde entier. Je peux ainsi faire mon choix depuis chez moi en toute sérénité."

Sébastien Robineau - Avocat

"Les conseillers sur Artsper m’ont guidé dans mon choix et ont été très réactifs à mes questions et dans le suivi de ma commande."

Vincent Dubois - Gestionnaire de fonds

"Artsper, c'est le choix le plus diversifié et le plus large d'oeuvres contemporaines accessibles. Mon JonOne, acheté sur Artsper, est un émerveillement quotidien."

Hubert de Brichambaut - Dirigeant d'entreprise