• $ (USD)
  • Besoin d'aide

Partez à la rencontre de la fondatrice d’Attico Design avec Artsper !

Photos 1, 2 et 4 : intérieur de Cristina Celestino / Photo 3 : Vases de la collection "Deriva" pour Attico Design ©Cristina Galliena Bohman

Pour ce nouveau reportage, Artsper vous emmène en Italie, et plus exactement à Milan, à la rencontre de Christina Celestino. Chez cette talentueuse architecte et designer, rien ne semble être laissé au hasard. Elle nous parle avec passion de ses inspirations, ses projets et de son univers artistique. Partez à la rencontre de la fondatrice d'Attico Design avec Artsper ! 

1. Bonjour Cristina ! Tu es née à Pordenone, en Italie, et tu vis aujourd'hui à Milan, où tu as créé ton studio Attico Design. Penses-tu que ton héritage culturel et tes origines se retrouvent dans ton travail ? Retrouve-t-on toujours une « touche italienne » dans ton style ? 

Oui, après mes études universitaires à l'IUAV de Venise, et plusieurs collaborations avec des cabinets d'architecture et de design à Florence et à Rome, je me suis finalement installée à Milan en 2009 où j'ai fondé ma propre marque « Attico Design » puis en 2013 j'ai ouvert mon studio de design.

Je crois que la façon dont vous grandissez, ce que vous voyez et ce que vous apprenez pendant votre jeunesse, façonnent profondément qui vous êtes et influencent votre travail. Dans mon cas, mes longues expériences dans les plus belles villes italiennes, en particulier Venise, continuent d'affecter mon imaginaire, qui trouve ses racines dans l'architecture et le design italiens. Depuis l'université, je collectionne des chefs-d'œuvre de design que je trouve dans les marchés aux puces, sur le web et dans les ventes aux enchères, ainsi que des livres monographiques sur ceux que je considère comme les plus grands maîtres : Carlo Scarpa, Gio Ponti, Gino Sarfatti, Joe Colombo, Sottsass et Nanda Vigo.

Dans mes intérieurs et mes créations, je pense qu'il y a une « touche italienne » inévitable, cependant, j'essaie de faire en sorte qu'elle ne soit pas dominante. Je crois avoir trouvé ma façon de me distinguer. L'exemple le plus représentatif est peut-être mon projet d'intérieur du « Cocktail Club Expérimental » pour le Palazzo Experimental à Venise. La juxtaposition des couleurs et des matériaux renvoie à l'idée de stratification, un thème très important pour Venise. Une multitude d'interventions de tous âges, de matériaux et de couleurs créent une véritable harmonie. Le résultat final est un succès, c'est un projet unique.

L'idée était de faire un mélange de références. Elles vont d'un clin d'œil à Palladio (notamment les miroirs en forme de fenêtre, le mur avec une porte et un « oblò » qui rappellent le Palladio Serliana), à Carlo Scarpa (des panneaux muraux en Marmorino encadrés par des tiges métalliques noires), en passant par l'utilisation d'autres références vénitiennes. Par exemple, des marbres polychromes (sur le comptoir), des miroirs anciens ou encore le torchon (moulures en corde), élément décoratif présent sur de nombreux bâtiments historiques de Venise. J'ai utilisé le torchon dans différents matériaux, comme le verre pour le cadre des grands miroirs muraux qui rappellent les anciens miroirs « Venini » de Scarpa, et le bois laqué pour le cadre des meubles du fond.

Collection « Atomizers » pour Attico Design ©Cristina Galliena Bohman / Portrait de Cristina Celestino ©Simon171


2. Vous semblez toujours vous efforcer de brouiller les frontières entre la mode et le design, pourquoi ? 

Peut-être parce qu'avec mon design, j'essaie toujours d'instaurer un vent de fraîcheur et de faire évoluer mon style en permanence. Et cela en restant toujours cohérente avec moi-même et avec mes convictions personnelles. 

3. Quels artistes ou mouvements artistiques sont des sources d'inspiration pour vous ? 

Ce ne sont jamais les mêmes, ils changent toujours. En ce moment, je suis assez obsédée par Paolo Scheggi et sa recherche d'une nouvelle spatialité, ainsi que par l'étude du style des années 60 et 70.

4. Vous avez notamment collaboré avec la Maison Matisse pour une collection d'objets design en hommage à l'œuvre d'art « Intérieur aux aubergines ». Comment avez-vous été inspiré par l'œuvre de Matisse ? Pourquoi avez-vous créé ces objets ?

L'utilisation de la couleur par Henri Matisse a été l'élément « unificateur », qui a guidé l'ensemble de mon projet. Il a donc fallu aborder une approche complètement nouvelle de l'œuvre de Matisse afin de transformer une toile bidimensionnelle en un objet décoratif. Même s'il était un collectionneur d'objets et un amoureux des arts décoratifs en général, Henri Matisse n'a jamais dessiné un objet de design à proprement parler. Pourtant, beaucoup de ses peintures représentent des intérieurs. Aussi, Matisse a exprimé à travers ses tableaux une réelle vision spatiale et architecturale, allant au-delà du simple objet et traduite à travers son utilisation de la couleur, les espaces vides, ses intérieurs et ses extérieurs, ses textures et ses matériaux.

Cette collection d'objets a été développée autour de trois thèmes. Premièrement, les textures dessinées par Matisse sont une combinaison de formes géométriques et de formes organiques, de couches de signes et de références qui jouent avec les effets d'échelle, l'orientalisme et les motifs floraux abstraits.

Ensuite, la fenêtre est également un thème qui soulève la question de la relation entre l'intérieur et l'extérieur. Nous sommes dans un intérieur, mais nous respirons l'air du paysage qui est représenté. L'extérieur idéalisé devient une partie intégrante de la composition. Dans certains tableaux célèbres, on a l'impression d'être dans un jardin, tant par le type d'éléments décoratifs représentés que par la présence de verdure (souvent des bouquets de fleurs colorées ou des plantes grimpantes).

Enfin, les traits doux et le contour du décor introduisent une idée de féminité et d'intimité, qui se reflète dans les arrangements de fruits, de légumes et de poteries, dans la création d'une coiffeuse aux bords arrondis, ou encore d'un paravent qui juxtapose son motif avec celui que l'on trouve du sol au plafond.

Intérieur de Cristina Celestino ©Helenio Barbetta Chiara Dal Canto Living et ©Cristina Galliena Bohman

5. Vous avez également fait de multiples collaborations dans le monde de la mode, notamment dans la haute couture. Pourquoi ce domaine qui vous inspire particulièrement ?

Mon design s'inspire toujours des recherche que j'entreprends dans les domaines qui me passionnent : l'architecture, l'histoire du design, la nature (pour mon catalogue de couleurs et de textures), les bijoux (pour trouver un haut niveau d'esthétisme), et la mode (pour ma recherche de couleurs et d'attitude). 

En effet, je suis fascinée par le monde de la mode. Il va très vite, en termes de recherche, d'originalité mais reste toujours cohérent. Je suis fière d'avoir collaboré avec des icônes italiennes, comme Fendi et Sergio Rossi.

6. Quel genre de collectionneur d'art êtes-vous ? Quelles sont les œuvres d'art que l'on peut trouver chez vous ? 

Principalement des objets de décoration et des meubles. J'aime particulièrement collectionner les lampes : j'en ai beaucoup dans ma maison et dans mon bureau. Elles sont toutes conçues par de grands designers italiens. Une de mes préférées est « Chiara » conçue par Mario Bellini pour Flos, récemment remise en production.

7. Quel est le lieu artistique ou le centre culturel qui vous inspire le plus ? 

Une visite à la Fondazione Prada vaut toujours le coup. Je trouve les expositions très inspirantes et bien étudiées, en termes de contenu et de soin apporté aux détails de la mise en place. À Milan, un autre grand espace de culture que j'aime, en particulier dans mon domaine, est la Triennale di Milano ! Vous en ressortez toujours avec un bagage culturel enrichi. 

8. Et enfin, quel conseil donneriez-vous à quelqu'un qui veut apporter une touche de fraîcheur à son intérieur sans tout changer ?

Parfois, quand j'ai le blues et besoin d'un peu de changement, j'aime bien peindre certains murs de ma maison. C'est à la fois rafraîchissant pour vous, votre esprit et pour votre maison, tout en restant une chose simple à faire. Ou alors, achetez des fleurs et des plantes, c'est toujours une bonne idée !

Intérieur de Cristina Celestino - Cabinet « Les Volières » par Seletti décoré par la collection « Atomizers » d'Attico Design -  ©Cristina Galliena Bohman


Sélection d'oeuvres d'art

Nos recommandations Martina Merlini, Untitled, Sculpture

Martina Merlini

Untitled, 2019
25.6 x 15.7 x 11.8 inch
Sculpture

2 953 $US

Fausto Melotti, La Vacca Lunatica, Sculpture

Fausto Melotti

La Vacca Lunatica, 1961
16.1 x 8.7 x 2.8 inch
Sculpture

72 318 $US

Giorgio Morandi, Grande Natura Morta Circolare con Bottiglia e Tre Oggetti, Edition

Giorgio Morandi

Grande Natura Morta Circolare con Bottiglia e Tre Oggetti, 1946
13.8 x 20.5 x 0.1 inch
Edition

77 139 $US

Henri Matisse, La Danseuse sur un Tabouret, Edition

Henri Matisse

La Danseuse sur un Tabouret, 1927
25.4 x 18.3 x 0 inch
Edition

31 941 $US

Nos recommandations Go Segawa, Goutte bleue, Sculpture

Go Segawa

Goutte bleue, 2017
3.5 x 6.2 x 6.2 inch
Sculpture

1 687 $US

Ronald Hunter, Traffic #D – Incl. Frame, Peinture

Ronald Hunter

Traffic #D – Incl. Frame, 2020
31.5 x 31.5 x 0.8 inch
Peinture

Vendu

Nos recommandations Pablo Picasso, Nature Morte au Pot de Grès, Edition

Pablo Picasso

Nature Morte au Pot de Grès, 1947
19.7 x 25.6 x 0.1 inch
Edition

11 450 $US

Nos recommandations Aimee Hillman, Sidney, Photographie

Aimee Hillman

Sidney, 2019
42 x 32 x 0.5 inch
Photographie

2 823 $US

Richard Heeps, Utopian Foyer II, Milan, Photographie

Richard Heeps

Utopian Foyer II, Milan, 2020
24 x 29.5 x 0 inch
Photographie

840 $US