Livraison dans le monde entier et retours gratuits ! En savoir plus

Nicolas Moulin

France Né(e) en: 1970 Artiste émergent
Depuis le milieu des années 1990, le travail photographique, vidéo, et d’installation de Nicolas Moulin est engagé dans une lecture de l’architecture et du paysage urbain, ceux-ci étant à la fois présents comme indices de la mémoire et de la faillite du telos né de la révolution industrielle, mais aussi de ce que l’artiste appelle notre « relation oblique » au réel et à la temporalité historique. Qu’elle puise sa matière dans le réalisme achronique des ruines industrielles, des vestiges de l’architecture moderniste et dans le gigantisme des grands plans de planification, dans l’imaginaire du désastre écologique et des projections post humaines des récits de science fiction, l’œuvre de Nicolas Moulin édifie des espaces à la temporalité paradoxale, réversible. L’architecture s’y définit d’abord comme une zone de transit de la perception, un réservoir fictionnel convoquant la subjectivité moderniste à travers certaines de ses incarnations aujourd’hui frappées d’obsolescence. Elle confronte la relation symptomatique que notre hyper modernité entretient avec son paysage, la mémoire de ses monuments, les idéologies et utopies urbaines s’y référant.

Initialement axée autour d'un rapport photographique, la démarche de Nicolas Moulin prend ainsi pour point de départ un enracinement dans le territoire, et le réel (fusionné avec son image), à partir duquel, les opération de montages, d'hybridation, et de greffes entre sources, viennent imposer une distorsion d'ordre fictionnelle. Plus récemment, et ce depuis Vider Paris en 2001, Nicolas Moulin est sorti d'un rapport purement représentatif à l'architecture en intégrant une dimension constructive et un rapport d'échelle jusque là absent. D'abord expérimentée à travers des outils numériques, comme lorsque l'artiste a « muré », laborieusement, image par image, les bâtiments qui bordent les avenues de Paris, ou lorsqu'il a reconstitué des villes de « synthèse » à partir d'une altération de bâtiments existants, cette orientation constructive a donné lieu à plusieurs séries de sculptures, mettant en jeu des principes d’ingénierie.

Dans sa dernière exposition, présentée à la galerie Nicolas Moulin a concrétisé, en termes sculpturaux et architecturaux ,certaines de ses interrogations qui restaient jusque là, techniquement et conceptuellement liées à la photographie et à l'image. Steppterm pourrait ainsi se résumer à un "document architectural", une "photographie architecturée". Au croisement entre le fragment architectural et la sculpture, cette série reprend de manière littérale, des principes de constructions de bâtiments existants, emblématiques du brutalisme ( le centre IBM de la Gaude dessiné par Marcel Breuer et le Boston City Hall). En partant d'un rapport de "façade", "photographique" à ces architectures, l'artiste reconstitue une intériorité en conservant un rapport d'échelle (1/6). A la fois prolongement et interruption, ces sculptures évoquent ainsi un état d'inachèvement, ou de "ruine", qui met en écho le statut contemporain des utopies modernes, de leur extinction programmée, sorte d’éléphants blancs flottant dans une interzone qui continue pourtant à peupler le monde des vivants. Reléguées aux statut d' « abstractions », elles font aussi prévaloir leur radicalité, non réconciliée avec le monde.

- Clara Guislain
Lire plus

Aucune œuvre disponible de Nicolas Moulin

Nous sommes désolés mais il n'y a actuellement plus d'oeuvre de disponible de Nicolas Moulin.
Soyez averti par e-mail de la mise en ligne de nouvelles oeuvres en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Nicolas Moulin n'a pas d'exposition.

Nous sommes désolés mais l'artiste n'a actuellement pas d’exposition à proposer.
Suivez Nicolas Moulin afin de recevoir une notification dès que des expositions sont ajoutées.

Vous êtes une galerie et souhaitez vendre des oeuvres de cet artiste ?

Rejoignez-nous !