{}

Said Ouarzaz

Né en 1965 - Maroc

BIOGRAPHIE

Biographie en cours de finition

Le génie de Said Ouarzaz

En 1996, Frédéric Damgaard, ce grand découvreur des talents souïris, avait exposé Saïd Ouarzaz. Il parlait à son propos d’une «peinture fulgurante, gestuelle», dans «l’immédiateté». Aujourd’hui, nous retrouvons cette force originelle. Ce peintre autodidacte a créé, à partir de représentations ancestrales, quasi animistes, un univers unique. Ouarzaz n’est pas dans le fil de l’histoire, il est en-deçà ou au-delà de l’histoire, tout comme ses pairs Tabal, Baki, Maimoun ou Ben Ali, mais avec quelque chose de bien à lui. Il n’est pas possible de parler d’art brut ou naïf.

Une école d’Essaouira ou des artistes singuliers ?

Ouarzaz est rattaché à un phénomène qui laisse perplexe nommé parfois l’école d’Essaouira. Selon Mickaël Faure, il n’y a pas d’école d’Essaouira mais « une communauté artistique d’Essaouira – celle des artistes qualifiés de « singuliers » : communauté informelle de créateurs étranges – insolites et fortement individués – et étrangers aux circuits habituels de l’art, comme à ses codes, arcanes et acteurs multiples ». Le même critique relève « quelques dénominateurs communs, par-delà une logique diversité des formes. Ainsi, par exemple, du point coloré, si caractéristique d’une manière picturale forte à Essaouira {…} une manière de peindre le point plus conforme, bien sûr, à l’art africain (ou aborigène) {…}, la couleur, aussi, si présente, variée, maîtresse {et les formes}, les rythmes et leurs motifs souvent répétés et audacieux : comme des entrelacs interrompus de courbes, de lignes ou de superpositions de figures qui se distordent ou s’enchevêtrent ». La peinture de Ouarzaz s’affirme bien dans ce mouvement avec ses figures animales et végétales inspirées par un univers paysan mais ne s’y réduit pas.

« L’art, c’est la terre ! »

Ouarzaz vient bien d’une terre au sud du Maroc et appartient à notre époque. Cependant il échappe à nos classifications. D’ailleurs, pour rejoindre la famille de Ouarzaz, il a fallu entrer dans l’arrière-pays d’Essaouira, là où les alizés ne parviennent pas. On a même quitté les arganiers pour rouler dans des paysages semi-arides. Les oueds sont à sec. La terre est ravinée. Au bout du chemin, sur ces confins berbères, nous sommes finalement allés à pied. La chaleur y était écrasante. Un âne est apparu. Il nous a montré le chemin, le balancement de sa queue, rythmait un temps qui n’était plus le nôtre. Du coup est tombée de nos épaules la contrainte de nos agendas, de nos rendez-vous.

Nous devions abandonner la ligne droite au profit d’un parcours sinueux et entrer dans un autre espace-temps. La maison de Ouarzaz est simple et âpre. Pour se protéger du climat, accueillir la famille, les amis et travailler. L’hospitalité y est infinie. Cette simplicité, la puissance des liens sociaux, la proximité d’avec la terre, l’absence d’éducation scolaire et artistique, en particulier, le rapprochent des aborigènes australiens auxquels on doit la formule « L’art, c’est la terre ! ».

Le temps du rêve

« À propos du peuple aborigène, Marcia Langton a dit que c’était un « peuple artiste ». « L’art pour {eux} est essentiel. Il fonde {leur} identité, {leur} relation à la terre : là est le secret de {leur} survie. {Leur} monde symbolique a toujours structuré {leur} société ». Le même auteur ajoute « La terre c’est les beaux-arts. Plus l’humanité en sera consciente, mieux elle maintiendra la société vivante en harmonie ». Ces oeuvres relèvent du « temps du rêve ». « Un « rêve » en terre aborigène, c’est le nom générique des peintures, des sculptures. Car tout « rêve est régulièrement peint ou sculpté ». Les objets qui accompagnent certaines expositions d’oeuvres aborigènes –boucliers, propulseurs, couteaux de pierre, coiffes et pendentifs en coquille de nacre- illustrent « le continuum entre passé, présent et futur, concept central à l’art et à la culture du désert de l’Ouest ainsi qu’au Tjukurrpa (le temps du rêve) ». Paysan-peintre, Ouarzaz peint aussi des rêves comme des transes et vit dans le temps de la terre. Seulement là où les aborigènes s’approprient un espace avec des codes partagés par les initiés, – leurs peintures valent titres de propriété et sont reconnues en justice au nom d’une tradition pluriséculaire -, Ouarzaz affirme une oeuvre personnelle.

Le daimôn de Ouarzaz

Dans les tableaux de Ouarzaz, on distingue souvent des figures de démons, au sens d’un génie familier, mi-homme mi-animal, un esprit qui nous accompagne. Socrate avait son daimôn qui lui soufflait des réponses. Platon, dans Le Banquet, revient sur ces êtres intermédiaires entre les hommes et les dieux grâce auxquels la divination et la magie sont possibles. On voit certains de ces êtres danser chez Tabal. Le daimôn de Ouarzaz est plus grand, plus fort. Il peut envahir toute une toile et entraîner le spectateur avec lui. La force de l’oeuvre de Ouarzaz tient à ce génie tellurique. C’est lui qui nous conduit vers un monde que l’on dirait proche de celui de Jackson Pollock. Quand Pollock part de l’art occidental pour rejoindre la cosmogonie des Amérindiens, Ouarzaz part de sa terre pour rejoindre une abstraction qui joue du dripping et de techniques renouvelées (dilutions, taches et superpositions).

Dans sa cosmogonie, il y a de la place pour les génies et une certaine modernité. Les traces d’une tradition s’estompent et se noient dans un tourbillon vertigineux de couleurs mais l’énergie initiale ne se défait pas. Ce génie dionysiaque est parfois figuré mais toujours présent.

C’est le génie de Ouarzaz qui mène la danse.

- Alexandre Pajon

Lire plus
EXPOSITIONS

2017 Spain, Malaga, Galeria Samet
2015 France, Paris, Exibition Le Maroc Contemporain, Institut du monde arabe
2013 Morocco, Tanger, Galerie Delacroix, Institut français de Tanger
2013 Morocco, Tanger, Galerie Conil
2011 Venlo, Pays Bas, Centre des arts
2009 Singapour, SG Private Banking Gallery, Galerie Conil
2007 France, Paris, Galerie Conil
2002 Switzerland, Manoir de Martigny
2001 Morocco, Essaouira, Agenda 21
2001 Londres, GB, 25 exibitions London Print Studio
1999 France, « Le temps du Maroc », Strasbourg – Barbizon – Bourges –
La Rochelle – Lyon – Pezenas – Saint-Etienne et Paris
1998 Morocco, Asilah, Galerie Aplanos
1997 Belgium, Musée Royal d’Anvers
1997 Morocco, Marrakech, Le Jacaranda
1996 Morocco, Essaouira, Galerie Frédéric Damgaard

Lire plus

Said Ouarzaz

Asfar

36 x 40 x 3 Cm
Peinture

850 €

Said Ouarzaz

Ahmar

36 x 40 x 3 Cm
Peinture

850 €

Said Ouarzaz

Yad

60 x 40 x 3 Cm
Peinture

950 €

Said Ouarzaz

Asar

150 x 150 x 3 Cm
Peinture

5 800 €

Said Ouarzaz

Wardi

120 x 120 x 3 Cm
Peinture

3 900 €

Said Ouarzaz

Alhob

120 x 120 x 3 Cm
Peinture

3 900 €

Said Ouarzaz

Amal

180 x 120 x 3 Cm
Peinture

5 400 €
Nos Garanties

Livraisons garantiespar des transporteurs spécialisés
En savoir plus

Paiements securisés par carte bleue, paypal ou virement bancaire
En savoir plus

Retours gratuitsjusqu'à 14 jours
En savoir plus

Prix négociés auprès de nos galeries
En savoir plus

Leurs Expériences

"Artsper réunit le meilleur des galeries d’art du monde entier. Je peux ainsi faire mon choix depuis chez moi en toute sérénité."

Sébastien Robineau - Avocat

"Les conseillers sur Artsper m’ont guidé dans mon choix et ont été très réactifs à mes questions et dans le suivi de ma commande."

Vincent Dubois - Gestionnaire de fonds

"Artsper, c'est le choix le plus diversifié et le plus large d'oeuvres contemporaines accessibles. Mon JonOne, acheté sur Artsper, est un émerveillement quotidien."

Hubert de Brichambaut - Dirigeant d'entreprise