Découvertes hivernales

Du 4 décembre au 24 janvier 2015

Arielle d'Hauterives Galerie

Arielle d'Hauterives Galerie

Brussels - Belgique

Présentation

Du 4 décembre 2014 au 24 janvier 2015, Arielle d’Hauterives galerie présente cinq artistes au travers de l’exposition "Découvertes hivernales" : Anne de Harlez, Marlène Chombart, Hélène Goddyn, Irène Philips et Pascale Lander. Un travail de recherche et d’introspection du corps et de l’esprit est commun aux oeuvres de ces cinq artistes. Tea Time dimanche 11 janvier de 16h à 19h.

"La face féminine du monde", le travail d’Anne de Harlez, est tout un questionnement sur le féminin/masculin, sur la perception du temps, sur l’élément de la nature que nous sommes mais aussi de la nature qui est autour de nous. Anne de Harlez travaille les formes courbes, ovoïdes ou les séries sans fin. Ses matériaux sont aussi fragiles que la posidonia ou aussi forts que le bronze. La taille de ses pièces va du petit au monumental. Le sujet peut être intime ou très public. Mais la recherche est constante, tenter de trouver le cœur de l’âme féminine.

Pour sa série "Chimères", Marlène Chombart, romancière-professeure de lettres et artiste autodidacte, a utilisé ses stylos à bille et son aquarelle habituels à des fins d’introspection comique. Les chimères de l’Antiquité sont devenues des personnages polymorphes, à deux têtes où plumes et vêtements se côtoient dans un chatoiement de couleurs. L’absurdité du paraître, l’hypocrisie de l’image de soi étalée autour du globe à l’époque de la mode des "selfies" et autres autoportraits changeants, avatars vides, sensés nous représenter, voilà ce que Marel a choisi de souligner, non sans humour.

Artiste plasticienne, Hélène Goddyn utilise l’art numérique et le promeut auprès du public comme un média artistique à part entière. Elle fait partie du mouvement Wonderful Art : un art positif, spirituel, qui recherche l’essence même de la création. Sa signature "Créer pour vivre et faire un monde meilleur !" C’est la vie et son quotidien qui a amené Hélène à se pencher sur l’imagerie médicale au travers de sa série "Les Mandalas humains". Le mandala est un objet de culte sacré. Symbole fort, le mandala créé à partir d’imagerie médicale, forme une parfaite harmonie. Parallèlement aux mandalas, elle développe un travail sur la mémoire collective en réinterprétant des tableaux ou iconographies connus, avec des sujets contemporains. Elle mélange la technique du dessin numérique, associé à celle de la photo et le scan de matières dans un même tableau. Par son travail, elle amène le public vers une recherche et vers un changement d’angle de vue et de perception sur des sujets actuels. Poésie et énergie positive se dégagent de ses œuvres.

Les travaux d’Irène Philips en 2 et 3 dimensions, aussi bien miniatures que monumentaux, sont habités par des figures féminines et masculines. Celles-ci traduisent de manière poétique, autant des événements doux, intimes et méditatifs que des épisodes douloureux de la vie. Ces personnages sont des acteurs et jouent différents rôles inspirés par notre société fragile et contradictoire. Les relations humaines, l’évolution contemporaine entre l’homme et la femme, l’homme et la nature, la surpopulation, la religion, etc. sont des thèmes récurrents dans son travail.En 2012, elle commence à créer un alphabet avec ses figures humaines. Elle a illustré ‘Holoversum’ de Claude van de Berge paru chez Uitgeverij P de Leuven en 2007 et ‘Sérénade’ d’André Doms paru chez L’herbe qui tremble à Paris en 2013. En 2014 la publication du ‘Philips Human Alphabet’ sort chez Medusa Publishing de Tervuren.

Pascale Lander, ancienne élève à l’école de théâtre Jacques Lecoq à Paris, elle a suivi les cours de morphologie à l’école des Beaux Arts, ainsi qu’une formation d’eurythmie. Elle est diplômée de la langue des signes. Entre nudité et pudeur, secret et révélation, littéralité et poésie le travail de Pascale Lander nous donne à voir par le corps et dans le corps le dévoilement infini de la féminité. Si son style flirte avec la peinture académique, elle s’en affranchit par une forme à la fois libre et exigeante que lui confère un parcours singulier. C’est en qualité de peintre que elle aborde la photographie dans sa série "Corps & Canevas". Elle résulte d’un travail d’atelier, où elle a déplacé l’acte pictural de la surface du tableau à la peau du modèle. Le corps n’est plus objet de représentation. Il devient outil et matériau vivant.

Lire plus
Adresse

    Détails

  • 69 quai des Péniches
    1000, Bruxelles
    24E
    Belgique

Partager cette exposition

Pascale Lander, Là , Photographie

Pascale Lander

Là , 2014
70 x 50 x 2 cm
Photographie

1 200 €

Pascale Lander, Flo (Corps et Canevas), Photographie

Pascale Lander

Flo (Corps et Canevas), 2014
70 x 50 x 2 cm
Photographie

1 200 €

Irène Philips, Entre marée haute et marée basse, Peinture

Irène Philips

Entre marée haute et marée basse, 2013
42 x 30 x 3 cm
Peinture

550 €

Hélène Goddyn, Les 3 garces, Edition

Hélène Goddyn

Les 3 garces, 2013
40 x 40 x 3 cm
Edition

1 000 €

Anne de Harlez, Les Valseuses, Sculpture

Anne de Harlez

Les Valseuses, 2011
50 x 103 x 15 cm
Sculpture

1 700 €

Marlène Chombart, Canard Joueur, Dessin

Marlène Chombart

Canard Joueur, 2013
40 x 30 x 3 cm
Dessin

230 €

Irène Philips, Human Recycling 1, Peinture

Irène Philips

Human Recycling 1, 2013
61 x 52 x 3 cm
Peinture

900 €

Marlène Chombart

France

Hélène Goddyn

France

Irène Philips

Belgique

Pascale Lander

France

Anne de Harlez

Espagne

  • Expositions à Bruxelles