Les garanties Artsper : paiements sécurisés, livraison dans le monde entier et retours gratuits ! En savoir plus

João Luiz Bulcão, Brasil 9

João Luiz Bulcão Brasil 9, 2003

Mise en situation Photographie 15.7 x 23.6 inch 9 exemplaires restants

1 127 $

Livraison : Une à deux semaines

Faire une offre

Comment ça marche
Ajouter à ma wishlist Parmi nos dernières oeuvres de l'artiste 7 personnes visitent cette page
João Luiz Bulcão, Brasil 9
Description
  • Proposé par

    Galerie Jean-Denis Walter
    Paris - France

  • Authentification

    Oeuvre vendue avec facture de la galerie
    et certificat d’authenticité

  • Signature

    Oeuvre signée

  • Technique

    Photographie : jet d'encre

  • Thèmes

    Scène de vie

  • Support

    Photographie sur papier d'art

  • Tirage

    Oeuvre numerotée et limitée à 9 exemplaires

  • Dimensions cm | inch

    15.7 x 23.6 inch

  • Encadrement

    Non encadrée

  • Guide du collectionneur

  • A propos de l'oeuvre

    C’était au Brésil, au début des années 70. J’avais sept ans et nous vivions sous la dictature du Général Médici.
    Ma première émotion visuelle est liée à un souvenir d’enfance. Un match de « futebol » mythique opposait le Brésil et l’Italie, pour la finale de la Coupe du Monde au stade Aztecs, au Mexique. Ces images retransmises à la télévision, en directe et en noir et blanc, contrastaient avec celles de la foule vêtue aux couleurs de mon pays : jaune, verte et bleue qui ont envahi les rues et aux feux d’artifices multicolores qui ont explosé à la fin du match sur les places de mon quartier. La « Seleção » avait conquis son troisième titre de Champion du monde.

    La junte militaire s’est appropriée de cette victoire qui a stimulé la fierté nationale. Elle l’a utilisée comme élément de propagande pour insuffler l’idée que grâce à elle tout était possible. C’est ainsi que chez moi le ballon rond a été pris en otage.

    Vingt-quatre ans plus tard, j’ai participé, comme photographe à ce même rituel alors que notre équipe nationale ramenait pour la quatrième fois ce trophée tant désiré. Je me souviens des moments de folie qui ont entouré leur retour victorieux. Je me souviens d’avoir vu défiler ces héros, les bras ouverts dans les avenues de Rio de Janeiro. Le pouvoir politique avait changé de mains et nous consolidions alors l’usage de la démocratie.

    Que la balle soit en plastique, en caoutchouc, en cuir, en carton, en chiffon, aucune importance. L’essentiel est que, quelque soit le terrain, elle puisse rouler. Pour nous, les Brésiliens, le ballon est synonyme de respiration.

    Constituer des équipes est une invitation à la fraternité. Autour d’un ballon, il n’y a ni riche, ni pauvre. Nous nous défions tous genres et tous âges confondus. Nous jouons du nord au sud et de l’est à l’ouest dans ce pays de taille continentale.

    J’ai photographié des joueurs sur les plages, dans les favelas, dans les rues, dans les prisons et même sur des plateformes pétrolières. À côté des joueurs, dans les stades, j’ai rencontré des supporters passionnés par leurs clubs, leurs équipes, leurs idoles.

    Victoires et défaites sont des moments où tristesse, joie et foi s’expriment en une chorégraphie instinctive et spontanée. Chaque pas, chaque drible, chaque but raté ou réussi, me rappellent le talent d’une de mes idoles telles qu’elles emplissent l’imaginaire de millions de joueurs anonymes.

    Porter le t-shirt jaune de l’équipe nationale… où qu’ils vivent, des gamins survivent grâce à cette quête du Graal : contribuer à la victoire collective en faisant oublier leurs défaites personnelles. Combien ont vu changer leur vie? Un sur un million, diront les plus réalistes. Pelé, Zico, Romario, Ronaldo, Ronaldinho, Raï, Neymar… la plupart d’entre eux ont surgi de ghettos misérables et le talent leur a ouvert les portes du monde!

    Rêves des gamins ordinaires, le football est le reflet de l’enthousiasme que les Brésiliens ont pour la vie. Même après la défaite humiliante face à l’Allemagne (7-1) lors de la dernière Coupe du Monde en sa propre maison, le rêve perdure.

    Oeuvre vendue en parfait état

    • Tags
    • football

    • foule

Livraison

Artsper livre les oeuvres dans le monde entier via des transporteurs spécialisés.

L'oeuvre est disponible en retrait en galerie à ( Paris, France) ou peut être livrée à l'adresse de votre choix sous 1 à 2 semaines après validation de votre commande. L'oeuvre est assurée pendant le transport, il n'y a donc aucun risque pour vous.


En savoir plus sur la livraison
Retour gratuit

Profitez de 14 jours d’essai pour trouver la place idéale de votre œuvre d’art. Et si vous changez d’avis, les frais de retours sont gratuits et nous vous remboursons intégralement.


En savoir plus sur les retours gratuits
Paiement

Vous pouvez régler par carte bancaire, Paypal ou virement uniquement en Euros. Sachez que nous prenons les fraudes et le respect de vos informations confidentielles très au sérieux, c'est pourquoi tous les paiements sont sujets à une validation 3D Secure.


En savoir plus sur le paiement
Garantie

Artsper travaille uniquement avec des galeries professionnelles et vous garantit l'authenticité et la provenance des oeuvres.


En savoir plus sur la garantie Artsper
Partagez cette oeuvre

João Luiz Bulcão

Né(e) en: 1968 Brésil
Biographie
João Luiz Bulcão, photographe brésilien de 42 ans, a commencé sa carrière comme reporter pour le magazine Manchete. Il a voyagé pendant trois ans au Brésil et dans d'autres pays d'Amérique latine où il a travaillé sur différents thèmes, aussi bien environnementaux que socio-culturels. Sa découverte de l'Amazonie l'influença beaucoup et le travail qu'il réalisa à ce sujet lui ouvrit les portes de Gamma, dont il devint le correspondant brésilien en 1990. L'année suivante, il fonde l'agence Contexto avec Carlos Humberto TDC, qui travaillait comme correspondant au Brésil pour l'agence Contact.

En 1992, il entre au Veja, le plus grand hebdomadaire d'actualité brésilien. Mais pour lui la photographie journalistique signifie plus que la simple couverture de sujets politiques et sociaux ou encore les vies des célébrités de Rio. En 1993, il décide de se mettre à travailler seul sur des sujets sociaux qui marquent pour lui une sorte de "retour aux sources".

En 1994, il quitte le Brésil pour les États-Unis où il reste deux ans et demi pendant lesquels il travaille comme photographe pour l'agence Gamma Liason. Il s'installe à Paris en 1997 et travaille pour le magazine de la Gamma Presse Agency. Il se met à travailler en free-lance en 2003 et commence une collaboration avec l'agence Corbis. Après de nombreux voyages en Amazonie, il travaille actuellement sur un projet de livre sur la région.
Lire plus

João Luiz Bulcão, Brasil 9
João Luiz Bulcão, Brasil 9