Worldwide shipping and free returns! Find out more

Solomon Jamy Brown, A letter to my lost childhood

Solomon Jamy Brown A letter to my lost childhood, 2017

Ask more pictures

$3,242

Make an offer

Have a question? Ask a specialist
COVID19 : Deliveries are still taking place but delays may occur. Packages are handled in accordance with health regulations. Our customer service is available and will contact you to inform you of the progress of your order.

Add to my favourites
Solomon Jamy Brown, A letter to my lost childhood
View in a room

simulator

simulator

Informations about this artwork
  • Medium

    Photography : platinum/palladium print, fine art print, photogravure

  • Dimensions cm | inch

    39.4 x 27.6 inch

  • Support

    Photography on baryta paper

  • Framing

    Black wood frame with glass

  • Artwork dimensions including frame

    41.3 x 29.5 inch

  • Type

    Numbered and limited to 5 copies
    1 remaining copy

  • Authenticity

    Work sold with an invoice from the gallery
    and a certificate of authenticity

  • Signature

    Signed artwork

  • Offered by the gallery

    Professional art gallery
    Paris - France

  • About the artwork

    Artwork sold in perfect condition

    Serie: Les Enfants Du Paradis Perdu

    Un parfum, une saveur, une mélodie, un mot, un objet, pourraient nous ramener en enfance comme vers un paradis perdu.
    Nos mémoires, sont à la fois des souvenirs de bonheur, de chagrins et de frayeurs. Une expérience à peine acceptée, qu’elle reste associé à notre personnalité.
    Nous sommes tous, quelque part, très attachés à notre enfance. Soit parce qu’elle laisse de merveilleux souvenirs que nous préférons à la réalité, soit parce qu’elle a été si terrible qu’elle continue de nous hanter. Mais cela n’empêche pas de devenir adultes, ou même de rester de grands enfants.
    Restons-nous de grands enfants, par peur de la mort? Ou le restons-nous, tel un Peter Pan pour essayer d’échapper à notre destin d’adulte?

    -

    Imaginer un projet antagoniste reviendrait à évoquer ces enfants qui, penseurs le soir dans leur lit, se font une idée de leur vie future.
    Ici, Les Enfants du Paradis Perdu présente des adultes tourmentés par leurs souvenirs d’enfance.
    Les mises en scène en noir et blanc sont le témoin d’un passé oublié, chaque élément visuel faisant référence à un souvenir.
    L’adulte vieillit mais l’objet demeure intacte, c’est ainsi qu’une commode joue son rôle de boîte de Pandore, comme un trésor intouchable et éternel.
    L’imagination est donc la seule clé laissée au spectateur pour comprendre les images.
    L’étape de prise de vue apparaît ici comme une rencontre, un échange humain, nostalgique et précieux.
    La lumière choisie devient le synonyme d’une certaine douceur, considérée par Solomon Jamy Brown comme la meilleure manière de délivrer un message.
    Au sein de ce projet, le savoir, jugée comme étant un acquis, laisse place à la réflexion et à l’insouciance.
    Le paradis perdu ferme les yeux sur la réflexion et l’expérience pour privilégier une pensée, et un agissement instinctif.
    Mais quel est ce paradis perdu ? Il s’agirait d’un «réceptacle», un jardin secret, gorgé d’imaginaire, de plaisirs et de naïveté.
    Que l’enfant soit heureux ou non, il possède cette petite boîte personnelle. Cependant, en grandissant, l’enfant apprend la vérité, sa vision de la vie devient troublée, altérée par une réalité trop difficile à accepter.
    Au premier abord, Les Enfants du Paradis Perdu semble présenter un sujet du passé. Pourtant ces convictions demeurent actuelles et interrogent l’humain sur sa place dans la société, ses ambitions et son avenir.
    Centré sur la représentation de cette inquiétude, le travail de Solomon Jamy Brown fonde le rêve d’un monde plus authentique.
    Les modèles de ce projet sont les acteurs de cette renaissance. Le travail photographique vient figer, le temps d’un instant, cette vie qui passe trop vite.
    Read more
Delivery
Artsper's galleries deliver artworks worldwide and using specialised carriers. The artwork can be delivered to the address of your choice within 2 to 3 weeks after validation of your order. The work is insured during transport, so it's risk-free.
Find out more about delivery
Free return
You have 14 days to find the perfect spot for your artwork. If you change your mind, you can send it back free of charge and we'll reimburse you.
Find out more about free return
Payment
You can pay by credit and debit card, PayPal or bank transfer only in euros. We take fraud very seriously and respect your confidential information, which is why all payments are subject to 3D Secure validation.
Find out more about payment
Guarantee
Artsper's pledge of quality: We only work with professional galleries and guarantee the authenticity and provenance of our artworks.
Find out more about Artsper guarantee
Go further

Solomon Jamy Brown

France Born in: 1979
Translation in progress

Born in Togo, Solomon Jamy Brown spent his early years there, becoming fascinated by the black and white photography that was his biologist father’s passion. 

Moving to Paris to train as a software engineer, Solomon was drawn to photography as a way of understanding and representing people. 

Solomon uses the techniques of film photography and the possibilities of a studio setting to create images that while rooted in emotion and experience are unconstrained by naturalism.

Read more


Solomon Jamy Brown, A letter to my lost childhood
Solomon Jamy Brown, A letter to my lost childhood Solomon Jamy Brown, A letter to my lost childhood Solomon Jamy Brown, A letter to my lost childhood Solomon Jamy Brown, A letter to my lost childhood Solomon Jamy Brown, A letter to my lost childhood