Doïna Vieru

Doïna Vieru

Equateur • Né(e) en: 1978

Artistes Peintres

Artistes Dessinateurs

Artistes Equatoriens

Doina Vieru est une artiste equatorienne d'origine moldave née en 1978 qui vit et travaille à Paris en France. Elle a toujours préféré pas/pas/passionnément l'image à la parole et tout cela malgré des crises de Bartlébysme. Entre « I would prefer not to », crayons, papiers, PVC ou métal et d'autres instruments pointus, le jeu reste son éternel préféré. Après des études à l'Académie d'arts de Chisinau et à l'ENSBA Paris, elle quitte l'Europe pour l'Équateur où elle développe son langage artistique propre entre montagnes et jungle. Son retour en 2019 à Paris est marqué par un accrochage-événement à la galerie de Nesle où elle présentera des dessins sur les trois niveaux de la galerie. Son travail qui a été exposé régulièrement en Équateur, au Mexique, en France, en Roumanie et en Moldavie traite toujours de l'indicible. 

C'est une sorte de jeu au cache-cache, de dire et de taire. Sa production est sérielle : elle peint sur elle-même, sur ses grossesses, au rythme de l'Opus 35 de Tchaïkovski ou à la recherche mélanomaniaque du noir. Dans la dernière série de dessins il s'agit de cacher et détruire de la poésie en jouant librement sur des grands papiers photographiques avec des couches-histoire – des palimpsestes - superposées où l'écriture inintelligible se mêle au fusain, à l'encre, aux acryliques blancs et à la pierre noire. C'est la ré-écriture du désastre, référence directe à l'œuvre de Maurice Blanchot : « Quand tout est dit, ce qui reste à dire est le désastre, ruine de parole, défaillance par l'écriture, rumeur qui murmure : ce qui reste sans reste. »

Lire plus

Dessin

Peinture

Suivant

Découvrez nos sélections d'œuvres d'artistes

Besoin d'un coup de pouce pour trouver votre coup de cœur ? Consultez nos pages de sélections faites pour vous.
Besoin d'en savoir plus ?

Qui est l'artiste ?

Doina Vieru est une artiste equatorienne d'origine moldave née en 1978 qui vit et travaille à Paris en France. Elle a toujours préféré pas/pas/passionnément l'image à la parole et tout cela malgré des crises de Bartlébysme. Entre « I would prefer not to », crayons, papiers, PVC ou métal et d'autres instruments pointus, le jeu reste son éternel préféré. Après des études à l'Académie d'arts de Chisinau et à l'ENSBA Paris, elle quitte l'Europe pour l'Équateur où elle développe son langage artistique propre entre montagnes et jungle. Son retour en 2019 à Paris est marqué par un accrochage-événement à la galerie de Nesle où elle présentera des dessins sur les trois niveaux de la galerie. Son travail qui a été exposé régulièrement en Équateur, au Mexique, en France, en Roumanie et en Moldavie traite toujours de l'indicible. 

C'est une sorte de jeu au cache-cache, de dire et de taire. Sa production est sérielle : elle peint sur elle-même, sur ses grossesses, au rythme de l'Opus 35 de Tchaïkovski ou à la recherche mélanomaniaque du noir. Dans la dernière série de dessins il s'agit de cacher et détruire de la poésie en jouant librement sur des grands papiers photographiques avec des couches-histoire – des palimpsestes - superposées où l'écriture inintelligible se mêle au fusain, à l'encre, aux acryliques blancs et à la pierre noire. C'est la ré-écriture du désastre, référence directe à l'œuvre de Maurice Blanchot : « Quand tout est dit, ce qui reste à dire est le désastre, ruine de parole, défaillance par l'écriture, rumeur qui murmure : ce qui reste sans reste. »

Quelles sont ses 3 principales œuvres ?

Quand est né(e) Doïna Vieru ?

L'année de naissance de l'artiste est : 1978