Vous souhaitez offrir une œuvre d’art ? Découvrez notre guide de Noël
  • € (EUR)
  • Besoin d'aide
Yvon Lambure

Yvon Lambure

France

Artistes Peintres

Artistes Français

Yvon Gilles Lambure (Anglet, France) n'a pas décidé de devenir peintre. Cette passion s'est imposée à lui, en lui, dès son plus jeune âge. Il vient d'Anglet, village coincé entre Biarritz et Bayonne où poussent les poivrons, non loin de la pourpre des montagnes basques et des vagues de l'océan.
La couleur a toujours été sa richesse, la matière son expression.
L'homme est généreux, sincère, droit. Il se consacre entièrement à son art, le figuratif d'expression, qu'il revendique. Ses mentors, Honoré Daumier, Chaïm Soutine, Georges Rouault ont accru sa sensibilité. Leur façon d'appliquer la matière le bouleverse.
Toute son authenticité et son tempérament en font un être captivant. Très tôt sensibilisé par les arts plastiques et la musique - son voisin est professeur de piano, il décore les poèmes de ses cahiers de classe à l'école municipale d'Anglet. Au retour, la sacoche en bandoulière, il s'arrête devant le studio d'un annonceur, Kremmer, ému par la simplicité de cette publicité peinte, à l'image des affiches de cinéma collées au cinéma La Féria de Bayonne. Jeune apprenti, il pense plus à la peinture qu'à la « carrière », au grand dam de son père.
Sa sensibilité sensible, son attirance pour la couleur le poussent à travailler à l'aveugle, en autodidacte. A trente ans, il peint régulièrement chez lui, dans les quelques heures qui lui restent après de longues journées de travail. Nous sommes dans les années 80. Yvon Lambure explore les galeries et se passionne pour les expositions dans la région. Il dessine peu, tant le désir de peinture expressive et matérielle grandit en lui. Il vit cette période comme un combat, frustré de ne pouvoir consacrer plus de temps à son art. Puis il peint dans sa tête. Et quand le coup doit passer, comme le poing d'un boxeur, il recouvre instinctivement ses toiles, de ses tripes.
La technique, il l'obtiendra plus tard ou plutôt, lui sera révélée grâce à un homme, une rencontre qui bouleversera sa façon de peindre : Louis-Frédéric Dupuis, l'un des derniers disciples de cette célèbre école de Bayonne qui a forgé des générations de peintres. Le maître trouve son travail intéressant et lui propose de prendre des cours de peinture à Bayonne. Le professeur la lancera : première exposition au Salon d'Automne du Grand Palais à Paris en 1991. Puis, la même année, il remporte le 1er prix au salon Boucau. Dupuis renforce cette voie : « il faut dessiner, mais pas trop » répète-t-il sans cesse à ses élèves. Sa façon de peindre va changer.
Son amitié avec Dupuis, la rencontre avec Maurice Verdier puis Raymond Thialier à Paris le poussent à devenir véritablement lui-même, à exacerber sa sensibilité. Il se consacre entièrement à son art, part à la découverte de la peinture parisienne, monte à Montmartre où il rencontre l'un des derniers peintres authentiques de la colline.
Libéré de sa créativité, il peut laisser son don s'exprimer à travers la matière qui donne vie à ses toiles. La mer sera toujours très présente dans son œuvre, celle du Pays Basque évidemment mais aussi celle de la Bretagne.

Son travail est sans concession. Sa peinture est sans artifice. Une peinture sans artifice, mais quelle explosion de couleurs !

Parce que la couleur est dans son cœur… Sa passion et ses gestes se reflètent dans ses œuvres. Et comme le « Don Quichotte » de Daumier, Yvon Lambure, rêveur et idéaliste, humble et pudique, est cet autre que nous ne pouvons pas être. C'est pourquoi nous l'aimons.
« La peinture doit faire rêver, pas pleurer », explique-t-il. Je savoure mes tableaux comme « je savoure mes enfants ».

Lire plus

St Jean Pied de Port sous la neige, Yvon Lambure

St Jean Pied de Port sous la neige

Yvon Lambure

Peinture - 50 x 61 x 3 cm

1 140 €

Le rocher de la vierge, Yvon Lambure

Le rocher de la vierge

Yvon Lambure

Peinture - 50 x 61 x 3 cm

1 140 €

Pêche au Pays Basque, Yvon Lambure

Pêche au Pays Basque

Yvon Lambure

Peinture - 60 x 73 x 3 cm

1 840 €

Déchargement du thon à Saint Jean, Yvon Lambure

Déchargement du thon à Saint Jean

Yvon Lambure

Peinture - 100 x 81 x 3 cm

2 880 €

Découvrez nos sélections d'œuvres d'artistes

Besoin d'un coup de pouce pour trouver votre coup de cœur ? Consultez nos pages de sélections faites pour vous.
Besoin d'en savoir plus ?

Qui est l'artiste ?

Yvon Gilles Lambure (Anglet, France) n'a pas décidé de devenir peintre. Cette passion s'est imposée à lui, en lui, dès son plus jeune âge. Il vient d'Anglet, village coincé entre Biarritz et Bayonne où poussent les poivrons, non loin de la pourpre des montagnes basques et des vagues de l'océan.
La couleur a toujours été sa richesse, la matière son expression.
L'homme est généreux, sincère, droit. Il se consacre entièrement à son art, le figuratif d'expression, qu'il revendique. Ses mentors, Honoré Daumier, Chaïm Soutine, Georges Rouault ont accru sa sensibilité. Leur façon d'appliquer la matière le bouleverse.
Toute son authenticité et son tempérament en font un être captivant. Très tôt sensibilisé par les arts plastiques et la musique - son voisin est professeur de piano, il décore les poèmes de ses cahiers de classe à l'école municipale d'Anglet. Au retour, la sacoche en bandoulière, il s'arrête devant le studio d'un annonceur, Kremmer, ému par la simplicité de cette publicité peinte, à l'image des affiches de cinéma collées au cinéma La Féria de Bayonne. Jeune apprenti, il pense plus à la peinture qu'à la « carrière », au grand dam de son père.
Sa sensibilité sensible, son attirance pour la couleur le poussent à travailler à l'aveugle, en autodidacte. A trente ans, il peint régulièrement chez lui, dans les quelques heures qui lui restent après de longues journées de travail. Nous sommes dans les années 80. Yvon Lambure explore les galeries et se passionne pour les expositions dans la région. Il dessine peu, tant le désir de peinture expressive et matérielle grandit en lui. Il vit cette période comme un combat, frustré de ne pouvoir consacrer plus de temps à son art. Puis il peint dans sa tête. Et quand le coup doit passer, comme le poing d'un boxeur, il recouvre instinctivement ses toiles, de ses tripes.
La technique, il l'obtiendra plus tard ou plutôt, lui sera révélée grâce à un homme, une rencontre qui bouleversera sa façon de peindre : Louis-Frédéric Dupuis, l'un des derniers disciples de cette célèbre école de Bayonne qui a forgé des générations de peintres. Le maître trouve son travail intéressant et lui propose de prendre des cours de peinture à Bayonne. Le professeur la lancera : première exposition au Salon d'Automne du Grand Palais à Paris en 1991. Puis, la même année, il remporte le 1er prix au salon Boucau. Dupuis renforce cette voie : « il faut dessiner, mais pas trop » répète-t-il sans cesse à ses élèves. Sa façon de peindre va changer.
Son amitié avec Dupuis, la rencontre avec Maurice Verdier puis Raymond Thialier à Paris le poussent à devenir véritablement lui-même, à exacerber sa sensibilité. Il se consacre entièrement à son art, part à la découverte de la peinture parisienne, monte à Montmartre où il rencontre l'un des derniers peintres authentiques de la colline.
Libéré de sa créativité, il peut laisser son don s'exprimer à travers la matière qui donne vie à ses toiles. La mer sera toujours très présente dans son œuvre, celle du Pays Basque évidemment mais aussi celle de la Bretagne.

Son travail est sans concession. Sa peinture est sans artifice. Une peinture sans artifice, mais quelle explosion de couleurs !

Parce que la couleur est dans son cœur… Sa passion et ses gestes se reflètent dans ses œuvres. Et comme le « Don Quichotte » de Daumier, Yvon Lambure, rêveur et idéaliste, humble et pudique, est cet autre que nous ne pouvons pas être. C'est pourquoi nous l'aimons.
« La peinture doit faire rêver, pas pleurer », explique-t-il. Je savoure mes tableaux comme « je savoure mes enfants ».

Quelles sont ses 3 principales œuvres ?