COVID19: Nos livraisons sont assurées et le service client est ouvert ! En savoir plus

Schönfeld Gallery

Schönfeld Gallery

Bruxelles - Belgique

Schonfeld Gallery @ Art Brussels 2020

Bruxelles 1 juin au 28 juin 2020

Présentation
Albert Pepermans - Le plaisir de peindre En 2020, Albert Pepermans ne ralentira pas. Énergique, brutal, direct, impulsif, opposé aux règles, non poli et une utilisation puissante de la couleur. Telles sont les caractéristiques qui ressortent de son travail, qu'il soit figuratif ou abstrait. Ce qui ne change rien au fait qu'il peut être mélancolique ou modéré en même temps. Sa peinture et ses performances sont ancrées dans les turbulentes années 60: pop art, événements anarchistes et rock 'n' roll. Il aimait aussi Dada, les dessins animés underground et plus tard la Neue Wilde comme Baselitz et Immendorf. Mais il a même plus craqué pour l'anarchie du punk, cette explosion éphémère de la fin des années soixante-dix. L'énergie brute du rock 'n' roll et la brutalité du punk qu'il n'a jamais vraiment perdue dans son art. Pour des raisons de commodité, on lui attribue régulièrement le prédicat / label «peintre» pour son nom, mais les pinceaux et les toiles ordinaires sont rarement, voire jamais, dans son arsenal de matériaux. La plupart du temps, il travaille sur papier. Dans les années quatre-vingt, il fait une percée internationale avec de grandes œuvres, souvent sur du papier à coudre très fin. Souvent une figuration brutale et une vision pointue de l'homme dans un environnement métropolitain. SERRIES PAINTER Le plaisir de peindre n'était plus «pas fini» avec l'émergence du néo-expressionnisme dans les années quatre-vingt. Dans les années soixante-dix, quand Albert Pepermans se lance dans son propre travail, il est assez révolutionnaire de jurer par lui. Il étudie les arts graphiques à Sint-Lukas Bruxelles et travaille comme illustrateur et designer pour l'hebdomadaire libre d'esprit Humo. En tant que graphiste, il réalise des annexes sur des musiciens tels que Bob Dylan et les Stones. Un emploi de 9 à 5 ne lui convenait pas. Pendant un certain temps, il a été pigiste, puis il est devenu professeur d'art. De cette façon, il avait la liberté de faire son propre truc. Après sa première exposition personnelle, en 1979 chez Camille von Scholz à Bruxelles, les choses allèrent vite. Il a exposé en solo au Musée des Beaux-Arts de Bruxelles (1987), à la Documenta Archiv de Kassel (1992), au Martin Gropius Bau à Berlin (1994), à Paris, New York, Suède et sur Art Basel (1989) avec Camille von Scholz, qui a fermé sa galerie à Bruxelles en 1997. En 2011, ses trois projets de collaboration avec Hugo Claus des années 90 ont de nouveau été salués par le très populaire Art Festival Watou. Le «peintre de série» Albert Pepermans avait ajouté soixante nouvelles peintures. EN DEHORS DES LIGNES L'artiste n'a jamais eu peur de se déchaîner. Dès le début, il aimait aussi montrer son travail en dehors de l'espace artistique. Ses performances étaient tout aussi réussies. La plus légendaire est «Rock-and-Roll party» (1882) dans les Halls de Schaarbeek. Le public a roulé dans des autos tamponneuses, une attraction avec des projections de ses peintures rupestres sur le mur. Dans le deuxième espace, l'artiste a dansé sur de la musique rock dans un ring de boxe aux parois en plastique, une cage faite maison. Ce fut une performance épuisante de 45 heures, alors que son cœur battait à travers les haut-parleurs. Tout pour l'art. Parfois à l'improviste et souvent en tant que peintre. Une galerie à New York en 1985 était temporairement un salon de coiffure où il peignait des mini-peintures sur la couronne de la tête. Celui qui voulait cela les avait découpés pour les accrocher au mur. Au Cirque d'Hiver à Paris et au Centre Pompidou (1982), le public / public tambourinait derrière des murs en plastique, sur lesquels il peignait des portraits en suivant les contours de personnes se tenant contre eux. Une autre façon très directe de peindre des portraits, mais avec plus de hardiesse, était une représentation dans un étang de château à Zaventem, alors sa ville natale. Un homme se tenait devant une toile blanche à l'étang. Armé de deux sacs de peinture, l'artiste est parti en costume avec des ailes d'eau autour des bras du toit du château. Il s'est précipité le long d'un câble et a éclaboussé dans l'étang. Mais pas avant d'avoir jeté les sacs sur la toile. Il a répété l'action jusqu'à ce que le modèle soit complètement recouvert de peinture. Le plaisir de peindre éclabousse également des performances. ORDRE ET CHAOS Albert Pepermans joue constamment avec les champs de tension. Ordre et chaos, cette dualité ne peut être supprimée de sa peinture. Il l'a interprété en direct en 1994. Dans une galerie en Suède, il a tamponné des feuilles de papier sur le sol avec un motif noir, à égale distance les unes des autres. Les yeux bandés, il a essayé d'estamper ce motif en rouge au même endroit, ce qui a abouti à un fouillis / enchevêtrement de noir et de rouge. Il utilise souvent des tampons faits maison dans ses peintures. Il choisit des sujets dans son environnement, partout dans le monde. Il est devenu célèbre / connu avec des peintures `` rock 'n' roll '': portraits d'icônes pop et rock, dans lesquels il cherchait la personne derrière la personnalité publique. Il était occupé avec des dessins animés comme Tarzan et Mickey Mouse, et il adorait les dessins animés underground de Crumb. En 1985, il a été énormément impressionné par Berlin et New York. La dynamique des villes du monde est entrée dans son travail, la solitude de l'homme dans la métropole, les gratte-ciel, les voitures et les avions. Enfant, il jouait à l'aéroport militaire et plus tard, quand il vivait près de l'aéroport de Bruxelles, il aimait passer la nuit dans le grand hall des départs à partir de l'Expo 58. PARIS Dans les années 80 et 90, Albert Pepermans a fait de nombreuses expositions et performances à Paris. Cela lui a valu le surnom de «le fou belge», «le fou belge». Il sentait que la ville dégageait quelque chose d'agressif à ce moment-là. Ce qui est encore le cas en raison des récentes émeutes et manifestations. Lorsqu'il reçut un livre avec des photographies anciennes de Paris, une série de grands ouvrages sur la ville débuta en 1987, tous peints sur du papier à coudre mesurant 1,5 mètre sur 2. Il aime utiliser ce papier jaunâtre pour découper des patrons de couture comme support. Il a été vendu plié dans les supermarchés. Les plis jouent un rôle, et lorsque l'œuvre est montée sur toile, elle se plisse et se plisse. Il avait l'habitude d'épingler des peintures sur ce papier fragile lors d'expositions avec des épingles sur le mur, et même de les transporter pliées. «Notre Dame» (1987) est le portrait d'une dame avec l'emblématique façade ouest de Notre-Dame au loin. Quel est cet ovale moucheté rouge-noir derrière la tête? Les bateaux à vapeur naviguent en cercles sur les contours. Tout en haut, «une belle hispano» est écrit. «Place de la belle-Hispano», c'est le nom d'une place parisienne. Les personnages avec une grande tête et un petit corps sont presque devenus une marque de commerce de Pepermans à cette époque. La perspective désordonnée et les lignes noires sont également typiques, de sorte que l'œuvre ressemble en partie à une gravure sur bois ou à une linogravure. Encore une sorte de travail graphique, réalisé de manière beaucoup plus rapide. Les autres scènes métropolitaines de 1987 sont pour la plupart des vues nocturnes. DEUX FLEURS «Deux fleurs dans un vase» (1997) est une œuvre sur papier à coudre mesurant 2 mètres sur 2. Une moitié est principalement peinte avec un motif en damier noir et blanc dans les plans des plis, avec des motifs en dessous. Dans l'autre moitié, des avions blancs recouvrent en partie un grand vase à deux fleurs. Il est peint avec de l'huile de cuisine, qui a pénétré dans le papier fin. Abstraction et figuration vont de pair dans une peinture sur la décoloration du passé, des souvenirs, du bonheur aussi. Au milieu, deux petits motifs sont estampés de peinture rouge. L'un est le vase avec deux fleurs et l'autre ressemble à une tour Pepermans. L'artiste fait ses propres symboles et il y a des motifs qui reviennent. En 1991, il tamponne un vase avec deux fleurs sur des feuilles de papier de 4 mètres sur 8. Ces œuvres étaient suspendues aux fenêtres de la chapelle Campo Santo à Gand. En finissage, Albert Pepermans a allumé un feu à l'intérieur et brûlé toute la série de «The Burning Performance». Surtout pour démontrer qu'un artiste reste toujours maître de son propre travail. - Christine Vuegen
Lire plus

Ce contenu a été traduit par Google Translate.

Adresse

    Détails

  • Online Exclusive Only
    1180, Brussels
    Belgique
    +32475244404


Albert Pepermans, Hands, Peinture

Albert Pepermans

Hands, 1992
9.4 x 7.1 x 0.8 inch
Peinture

1 581 $

Albert Pepermans, Boulevard de La Chapelle, Peinture

Albert Pepermans

Boulevard de La Chapelle, 1987
78.7 x 59.1 x 1.2 inch
Peinture

15 205 $

Albert Pepermans, Portrait, Peinture

Albert Pepermans

Portrait, 1992
9.8 x 7.4 x 0.8 inch
Peinture

1 581 $

Albert Pepermans, Et voila le travail White, Peinture

Albert Pepermans

Et voila le travail White, 1998
14.6 x 14.6 x 0.8 inch
Peinture

2 676 $

Albert Pepermans, Et voila le travail Bleu II, Peinture

Albert Pepermans

Et voila le travail Bleu II, 1998
14.6 x 14.6 x 0.8 inch
Peinture

2 676 $

Albert Pepermans, Et voila le travail Red, Peinture

Albert Pepermans

Et voila le travail Red, 1998
14.6 x 14.6 x 0.8 inch
Peinture

2 676 $

Albert Pepermans, Figures, Peinture

Albert Pepermans

Figures, 1995
39.4 x 29.5 x 1.2 inch
Peinture

5 000 - 10 000 $

Albert Pepermans, Flattop, Peinture

Albert Pepermans

Flattop, 1998
59.1 x 39.4 x 1.2 inch
Peinture

Vendu

Albert Pepermans, Atelier, Peinture

Albert Pepermans

Atelier, 1998
49.2 x 74.8 x 1.2 inch
Peinture

10 000 - 15 000 $

Albert Pepermans, Micky upside down, Peinture

Albert Pepermans

Micky upside down, 1987
78.7 x 59.1 x 1.2 inch
Peinture

15 205 $

Albert Pepermans, Notre Dame, Peinture

Albert Pepermans

Notre Dame, 1987
78.7 x 59.1 x 1.2 inch
Peinture

15 205 $

Albert Pepermans, Breakdown, Peinture

Albert Pepermans

Breakdown, 1987
78.7 x 59.1 x 1.2 inch
Peinture

15 205 $

  • Expositions à Brussels