Livraison dans le monde entier et retours gratuits ! En savoir plus

Schönfeld Gallery

Schönfeld Gallery

Bruxelles - Belgique

Renaissance

Bruxelles 30 août au 24 octobre 2020

Présentation
Renaissance
curated by Jesse Willems

Schönfeld Gallery tourne son regard vers 'renaissance' : d’abord avec l’exposition en duo Jesse Willems & Magda Amarioarei à la Schönfeld Gallery Bruxelles, puis avec Jesse Willems & Babs Decruyenaere à Schönfeld Projects Anvers. L’artiste anversois Jesse Willems est le curateur de ces deux dialogues. Il a chaque fois choisi une artiste originaire de la ville où la captivante interaction est visible. Le titre 'renaissance', écrit avec un modeste petit 'r', adresse un message d’espoir et d’optimisme. Le mot doit être pris littéralement comme une nouvelle naissance. Depuis l’époque de la Renaissance il est synonyme de relance, de foisonnement culturel, de conceptions innovantes.

Aller de l’avant, c’est de cela qu’il s’agit. Comment une société qui a été à l’arrêt redémarre-t-elle ? Reprenons-nous simplement le fil des choses ou changent-elles ? Le projet d’exposition n’entend pas s’intéresser à l’impact du confinement sur l’œuvre des artistes, mais plutôt à son influence sur l’avenir : l’occasion et la nécessité d’avoir un nouveau départ. Est-il vraiment possible de prendre un tout nouveau départ ?
Il s’agit de trois pratiques artistiques très différentes. Jesse Willems réalise des collages avec du papier trouvé, désormais avec plus de couleurs et sur un plus grand format. Babs Decruyenaere travaille avec ses archives : pierres, coquillages, bois flotté et autres trouvailles qu’elle ramasse. Magda Amarioarei expose de nouvelles peintures et sculptures en céramique. À leur manière, elles semblent avoir un lien avec l’abstraction et avec le temps ; usure à l’épreuve du temps, forces primitives ou histoire. Tradition, érosion, le chaos qui nous entoure : leur art parvient à transformer cela en une œuvre vivifiante.

Jesse Willems à propos de 'renaissance'

"Le monde entier a été confronté à un bouton start-stop, qui a été enfoncé. Comment redémarrons-nous ? Recommençons-nous comme avant ou gérons-nous notre époque et notre vie de façon plus consciente ? C’est le thème de 'renaissance', explique Jesse Willems. Que ce soit dans ses collages, ses dessins ou ses photographies, il a toujours été attentif à des choses que la plupart des gens ne remarquent pas. Il recueille la beauté de notre monde via l’abstraction. Ses récents collages sont à nouveau réalisés avec du papier trouvé, du matériel qu’il rapporte habituellement de marchés aux puces. L’utilisation de papier coloré provenant d’anciens albums de photos de famille glisse plus de couleur et d’optimisme dans ses collages. Même lorsqu’il travaille avec des bouts de papier blanc, ils ne sont plus jamais blancs. Ainsi, le temps qui passe apparaît également.
Avant le confinement, Jesse Willems s’était approvisionné de justesse. Il a dû composer avec ce qu’il avait sous la main : "L’angle d’approche a quelque chose de l’arte povera, une parcimonie, une recherche de minimalisme qui font que seuls les éléments vraiment nécessaires sont utilisés et le reste est délaissé. Réaliser que ‘juste assez’ est bien plus que ‘trop’, c’est ce que j’espère retenir de cette période. Pour moi, la beauté est une échappatoire au chaos qui nous entoure. Il en a toujours été ainsi. Je ne supporte pas le compromis : il peut satisfaire tout le monde, mais personne n’est totalement satisfait. Dans mon œuvre, je peux tout faire à ma guise."

renaissance
Jesse Willems & Magda Amarioarei à la Schönfeld Gallery Bruxelles

Jesse Willems et Magda Amarioarei ne se connaissaient pas. Le titre ‘renaissance’ est né lors d’une intense conversation sur notre époque.

Magda Amarioarei à propos de 'renaissance' : "À mes yeux, le titre 'renaissance' est étroitement lié à la nature, au rythme de la vie. Une renaissance est un moment positif après une crise et le questionnement qu’elle a ou non suscité, un moment où tout reprend forme et retrouve son élan. L’œuvre de Jesse joue fort sur les contrastes, avec des ombres obscures et de la lumière. Une renaissance peut aussi porter sur la découverte de quelque chose de neuf, qui nous éclaire sur nous-mêmes et notre vie. Mais pas au sens de la Renaissance au 15e siècle, lorsque la perspective a été définie. Les renaissances que nous vivons maintenant sont plus modestes et moins radicales."

Magda Amarioarei à propos de sa pratique artistique : "Depuis dix ans déjà, ma peinture tourne autour du paysage. J’ai grandi en Roumanie au milieu de la nature. Mais je ne pars pas littéralement d’un paysage. Ces dernières années, il s’agit plutôt de la nature humaine, de la vie de l’homme. Selon Carl Gustav Jung, la psyché est formée par l’évolution de la nature. C’est mon point de départ. Ce que je cherche et explore, c’est un espace pour la réflexion, un espace intérieur, un espace psychologique aussi. On voit une sorte de conflit culturel de surfaces, de transparences, de touches et de couleurs souvent contrastées, l’opposition entre le vide et le plein, la hauteur et la profondeur. Il y a beaucoup de références à la nature grâce aux couleurs, aux textures et parfois une ligne d’horizon. On reconnaît des choses et on en imagine, c’est à la frontière entre le reconnaissable et le méconnaissable.

Mes sculptures en céramique évoquent aussi les contrastes. Je réalise deux fois la même forme. Pour moi, ce sont des pôles opposés, dans un certain sens des pôles opposés psychiques, que je réunis. Les sculptures ont l’air d’objets rituels, mais elles n’ont pas vraiment de fonction."
Qu’attend Jesse Willems de ce dialogue ? "Dans mon œuvre, je laisse de plus en plus le superflu de côté, tandis que ses peintures semblent parfois très exubérantes. Mais elle travaille sobrement, d’une manière presque spartiate. Cela me plaît. Les couleurs peuvent être très contrastées ou à tout le moins surprenantes et j’aime la façon dont elle utilise l’argile. Je suis vraiment un fan de ses sculptures, j’y vois quelque chose des totems de Brancusi. Je suis curieux de voir comment nos œuvres vont interagir."

renaissance
Jesse Willems & Babs Decruyenaere à Schönfeld Projects Anvers

Les deux artistes se connaissent depuis longtemps mais n’ont jamais exposé ensemble. Babs Decruyenaere ramasse partout dans le monde des pierres, des bouts de bois flotté ou de bois divers, des coquillages et d’autres trouvailles. Une collection grandissante de matériaux naturels et de formes. Elle les utilise pour réaliser des sortes de photogrammes et une foule de compositions, de structures et de mobiles.
Babs Decruyenaere à propos de sa pratique artistique : "Je suis attirée par les paysages bruts, fascinée par la pierre et tout ce que recrache l’océan. Ce que je trouve en voyage, je l’emporte dans mon atelier. J’avais prévu de partir cet été, mais vu les circonstances actuelles, je suis restée à la maison. Ce sera donc un voyage dans ma tête, dans mon imagination. L’abstraction d’un voyage que je ne ferai pas. Les impressions photos analogiques, toujours réalisées sans caméra et négatif, sont créées avec des lumières et des formes qui font référence à des lieux où je me suis rendue par le passé. Je n’utilise que mes souvenirs et mes archives de matériaux trouvés lors de voyages précédents."
Babs Decruyenaere à propos de 'renaissance' : "Pour moi, le titre 'renaissance' ne fait pas référence à une renaissance au sens littéral, mais au sens d’une recherche d’une autre manière de penser et de travailler. Au fil des ans, j’ai constitué des archives de pierres, de bouts de bois et d’autres matériaux que j’ai examinés à la loupe dans mon atelier. Dans l’analyse plus approfondie de ces formes et structures – à la frontière de l’abstraction, des représentations graphiques et des compositions formelles – je vois des liens avec le travail de Jesse."

Qu’attend Jesse Willems de ce dialogue ? "Certaines de nos œuvres se complètent très fort, avec beaucoup de points communs, tandis que d’autres se confrontent. Même si elles comportent beaucoup d’oppositions, nos œuvres se renforcent mutuellement. J’aime la manière dont Babs travaille. Elle est très tactile et souvent très fragile. Les matériaux qui composent ses mobiles sont tellement légers qu’ils dansent continuellement. Lorsqu’ils sont accrochés près de mes œuvres statiques, ils les font presque bouger. Elle a désormais aussi commencé à travailler avec des bouts de plastique qu’elle avait chez elle. Ces formes et textures semblent surgir de la nature en photogrammes. Je trouve aussi que ses photogrammes deviennent de plus en plus abstraits et simples. Le travail avec ce qu’on a sous la main et la recherche du minimalisme, ce que je fais beaucoup maintenant, je les retrouve chez elle."
Lire plus
Adresse

    Détails

  • 690, Chaussée de Waterloo
    1180, Bruxelles
    Belgique
    +32475244404


Jesse Willems, Old Flamboyance, Dessin

Jesse Willems

Old Flamboyance, 2019
17.7 x 12.6 x 0.8 inch
Dessin

3 027 $

Jesse Willems, Simulacrum, Dessin

Jesse Willems

Simulacrum, 2019
19.7 x 15 x 0.8 inch
Dessin

3 645 $

Jesse Willems, Stock, sales, spirit, Dessin

Jesse Willems

Stock, sales, spirit, 2020
18.1 x 25.2 x 0.1 inch
Dessin

3 522 $

Jesse Willems, Cabaret frisk, Dessin

Jesse Willems

Cabaret frisk, 2020
18.1 x 25.2 x 0.1 inch
Dessin

3 522 $

  • Expositions à Bruxelles