Pommes et feuilles, 1958

Georges Braque

Édition : lithographie 50 x 65 x 0.1 cm

3 000 €

Entreprises: Leasing à partir de 93 € / mois

Proposer un prix

LOADING NOT DISPLAYED BLUR TEXT
Second NOT DISPLAYED BLUR TEXT

Essayez gratuitement l’œuvre chez vous pendant 14 jours

Une question? Contactez nos experts
Imaginez-la chez vous
Georges Braque, Pommes et feuilles

À propos de l'œuvre

Œuvre vendue en parfait état

Tirage limité à 15 exemplaires numérotés en chiffres romains. Catalogue raisonné : Vallier 114. Signée à la main par Georges Braque. Provenance : Phillips Auction (New York). Certificat d'authenticité de la galerie.
Lire plus
À propos du vendeur
GALERIE D'ORCHAMPT • Paris, France

Vendeur Artsper depuis 2021

Le badge Top Seller Top Seller

Vendeur certifié

Technique
Édition: lithographie
Dimensions cm inch
50 x 65 x 0.1 cm
Encadrement
Non encadrée
Tirage
Œuvre numérotée et limitée à 15 exemplaires
1 exemplaire disponible
Authentification
Œuvre vendue avec facture de la galerie et certificat d’authenticité
Signature
Oeuvre signée à la main
Couleurs

marron

Tags
Thèmes

Livraison dans le monde entier

L'œuvre est disponible en retrait en galerie à Colombes, France ou peut être livrée à l'adresse de votre choix sous 1 à 2 semaines après validation de votre commande. L'œuvre est assurée pendant le transport, il n'y a donc aucun risque pour vous.
Provenance de l’œuvre: France En savoir plus sur la livraison

Retour gratuit

Les frais de retours sont gratuits et nous vous remboursons intégralement. En savoir plus sur les retours gratuits

Paiement et Garantie

Vous pouvez régler par carte bancaire, Paypal ou virement uniquement en Euros. Sachez que nous prenons les fraudes et le respect de vos informations confidentielles très au sérieux, c'est pourquoi tous les paiements sont sujets à une validation 3D Secure.
Les devises utilisées sur Artsper sont l’euro €, le dollar US $, la livre GBP £ et le franc CHF. En savoir plus sur le paiement
Artsper vous propose de revendre les œuvres que vous avez achetées sur le site si vous le souhaitez. En savoir plus sur la revente sur Artsper
Artsper travaille uniquement avec des galeries professionnelles et vous garantit l'authenticité et la provenance des œuvres. En savoir plus sur la garantie Artsper
Georges Braque

Georges Braque

France • Né(e) en: 1882

Grands Maitres

Cubisme

Fauvisme

Artistes Sculpteurs

Artistes Éditions

Artistes Français

S'il est un peintre dans ce XXe siècle qui incarne "l'honneur de la France" comme le disait Malraux, c'est bien Georges Braque. Intime de Picasso, Derain, Apollinaire, Gris, Laurens, Léger, Satie, Reverdy, de Staël et de bien d'autres noms célèbres, il est au centre des révolutions culturelles qui ont ébranlé le siècle.

Né d'un père et d'un grand-père peintres décorateurs, Georges Braque était destiné à devenir artisan. Il suivit cependant des cours pour devenir artiste peintre jusqu'en 1905.

En 1906, Braque découvre le fauvisme de Matisse et Derain. La période fauve dure à peine une année et demie. Braque trouve pourtant dans ce mouvement une manière de s'éloigner de l'académisme et d'explorer les contrées inconnues de la couleur. De son séjour fauve dans le midi, il sélectionna 6 toiles qu'il expose au salon des indépendants de 1907. Braque y fera deux découvertes primordiales, celle de son premier marchand, Daniel Henry Kanhweiler, qui lui achète une des six toiles, et celle que son art se vend, Wilhelm Uhde lui achetant les cinq autres toiles.

L'année suivante, au salon d'automne, où une seule toile de Braque sur sept présentées est retenue, une rétrospective de Cézanne, mort un an plus tôt, est offerte au public. Braque, profondément inspiré par ces toiles décide d'effectuer un troisième voyage à l'Estaque, pour étudier et approfondir les théories du maître d'Aix. Avant ce voyage, Braque est encore fauve. A son retour, il porte en lui les fondements de ce qui deviendra son Grand œuvre : le cubisme.

Le cubisme, qui va révolutionner les rythmes plastiques de la peinture et lui donner une trajectoire inédite comporte encore des zones d'ombres, quand à la détermination de son origine. Il ne fut pas simple d'abord de définir la paternité et les inspirations des premières œuvres cubistes qui mettent en opposition deux génies de la peinture en ce début du XXe siècle : Georges Braque d'une part, créateur génial d'un nouvel espace pictural, intellectuel au tempérament pondéré d'artisan, modeste, de bon sens et à la vie personnelle équilibrée, préférant l'ombre et l'intériorité à l'excès de lumière attisée par Pablo Picasso d'autre part, à l'extraordinaire virtuosité artistique, doué d'une vista hors du commun, à la personnalité extravertie et à la vie mouvementée.

Cette relation, que Braque a qualifiée de "cordée en montagne", fondamentale dans l'œuvre des deux peintres, et inscrivant un chapitre incontournable à l'histoire de l'art, s'achève en 1914 avec la mobilisation de Braque au combat pour la première guerre mondiale, dont il reviendra trépané en 1915, et convalescent jusqu'en 1917. S'il approfondi son cubisme jusqu'en 1922, Georges Braque manifeste une autre façon d'aborder la peinture, selon des thèmes déterminés.

C'est le troisième temps de son œuvre, celui de la période thématique. Georges Braque se consacre alors à l'analyse de différents thèmes, tachant d'y explorer toutes les possibilités de composition, pour finalement les mettre à nu, dans le but de montrer toutes les facultés de l'objet puis du sujet. Par ces thèmes récurrents, Braque a aussi voulu perfectionner ses conceptions picturales jusqu'à l'extrême limite de leurs possibilités. Au sein de ces thèmes, émergeront des œuvres fondamentales de la carrière du peintre, comme « les billards », pour lesquels il sera récompensé à la biennale de Venise, les fameuses Barques issues de paysages normands, où il se rend régulièrement depuis qu'il s'est fait aménagé un atelier à Varengeville –sur-mer, et bien sûr "les oiseaux".

Au soir de sa vie, Georges Braque, sélectionna pour les "Métamorphoses", dernier temps de son œuvre, une centaine de ses œuvres majeures qui furent retranscrites en gouaches maquettes créées en deux dimensions, pour les transformer, non plus virtuellement comme il l'a fait dans son cubisme analytique puis synthétique, mais physiquement, par le biais de la troisième dimension.

Toutes ces œuvres porteront des noms issues de la mythologie Grecque, chère à Georges Braque, qui avait déjà crée sa propre version de la théogonie d'Hésiode. Ses sculptures dorées semblent d'ailleurs tout droit sorties de la forge d'un orfèvre antique. Il choisit pour ses "Métamorphoses", en référence à celles d'Ovide, autre texte fondateur de la mythologie Grecque, un sculpteur lapidaire, Heger de Loewenfeld. Leur travail sera ponctué, à la demande d'André Malraux, par une exposition au palais du Louvre.

Georges Braque était déjà le premier peintre à être entré au Louvre de son vivant, en peignant le salon de la salle Henri II en 1953. L'exposition se tint du mois de mars au mois de mai 1963. Trois mois plus tard, Georges Braque mourait. Malraux fit voter un hommage national et prononça lui-même l'oraison funèbre devant ce même musée, entre les célèbres colonnades et Saint-Germain-L'auxerrois.

Retrouvez cet artiste et beaucoup d'autres du même style dans le mouvement cubisme

Lire plus