Une rencontre avec les fondateurs de la Nous Foundation

Une rencontre avec les fondateurs de la Nous Foundation : Diriger la renaissance de la Francophonie

Une rencontre avec les fondateurs de la Nous Foundation - illustration 1

Scott Tilton + Rudy Bazenet sur la veranda de l'Historic BK House & Gardens © Alexandra Kennon

Aujourd'hui, plongeons dans le récit captivant de Scott Tilton et Rudy Bazenet, deux visionnaires à la tête de la Fondation Nous. Fondée en 2020, l'organisation se profile comme une protagoniste de la revitalisation culturelle, enracinant solidement dans le 21ème siècle le patrimoine français et créole de la Louisiane, ainsi que les influences francophones à travers les États-Unis. Artsper est notamment fier de parrainer leur sa dernière exposition, "Haïti-Louisiane : Marées de la Liberté", en collaboration avec le Historic BK House & Gardens et le conservateur Max Jean-Louis. Entre cours de langue, concerts et bien d'autres surprises encore, l'ennui n'est pas garanti.  

1. Bonjour Scott et Rudy ! Merci de discuter avec nous aujourd'hui. Pourriez-vous commencer par vous présenter à nos lecteurs ? Comment la Fondation Nous est-elle née ?

Scott : Comme on dit en Louisiane, « bonjour y'all » ! Rudy et moi formons un duo dynamique, tant dans notre vie personnelle en tant que couple que professionnellement en étant co-directeurs de la Fondation Nous à La Nouvelle-Orléans. Nous nous sommes rencontrés à Paris en 2016, où j'étudiais à Sciences Po, et Rudy travaillait pour le Service extérieur français et venait de revenir à Paris après plusieurs années en Californie et en Slovénie. Suite à notre rencontre, nous avons lancé et dirigé une initiative qui a fait de la Louisiane le premier État américain à rejoindre une organisation internationale, l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), en 2018. Je plaisante en disant que l'OIF est un peu comme l'ONU du monde francophone, représentant plus de 88 pays et régions, incluant maintenant la Louisiane. J'ai grandi en Louisiane en parlant français, et le fait de contribuer à ce que l'État rejoigne l'OIF nous a fait prendre conscience, à Rudy et à moi, de toutes les opportunités pouvant découler du soutien à la revitalisation du français et du créole louisianais, des langues patrimoniales qui ont malheureusement chuté de 1 million de locuteurs en 1970 à environ 120 000 aujourd'hui.

Inspirés par les merveilleuses institutions culturelles qui nous entouraient à Paris, nous avons fondé la Fondation Nous en juin 2020 (juste au moment du Covid) avant de déménager à La Nouvelle-Orléans. Nous avons eu la chance de collaborer avec un musée existant, le Historic BK House & Gardens, dans le magnifique French Quarter de La Nouvelle-Orléans, qui héberge nos activités. Après trois années, nous sommes toujours là. Notre travail se concentre sur la revitalisation culturelle et démontre que le français et le créole louisianais sont solidement ancrés dans le XXIe siècle. Ainsi, nous organisons des cours de langue, des concerts et des expositions, et nous gérons même une formation accélérée. Nous sommes ravis de lancer Haiti-Louisiana : Marées de la Liberté avec le Historic BK House & Gardens et le conservateur incroyablement talentueux, Max Jean-Louis. L'exposition commémore le 220e anniversaire de l'indépendance haïtienne et explore l'influence profonde qu'Haïti a eue sur la Louisiane, à travers l'art contemporain.  

2. Comment vos expériences professionnelles passées vous ont-elles amenés à la création de la Fondation Nous ?

Rudy : Au cours de mon parcours au sein du service extérieur français, j'ai eu l'occasion de me spécialiser dans la coopération culturelle, y compris entre la France et les États-Unis. J'ai toujours eu une idée de l'importance de la culture pour tisser des liens entre les communautés. Grâce à Scott, j'ai appris à connaître la Louisiane à travers sa cuisine (épicée mais délicieuse), ses habitants et, bien sûr, sa culture, y compris les arts et la musique. Je sais que Scott a travaillé en consultation chez Ernst & Young France pendant un certain temps, notamment pour évaluer les politiques publiques. Cela a été une révélation pour lui de voir à quel point les arts et la culture étaient soutenus en Europe par le biais de programmes publics, en particulier en France, ce qui a eu un impact significatif sur la qualité de la culture produite (pensez à la Fête de la musique ou aux Journées du patrimoine).

Notre ambition avec Nous est de fournir une institution culturelle à but non lucratif capable de lever des fonds et de soutenir une culture pointue en français et en créole, en Louisiane, mais aussi à travers les États-Unis, car nous venons d'ouvrir une filiale de notre organisation à Détroit. Le discours de présentation que nous donnons généralement pour Nous consiste à dire qu'il s'agit d'un centre culturel, d'un studio créatif et d'un fonds francophone, englobant les dizaines de programmes que nous avons lancés, avec pour objectif final de faire en sorte que nos cultures patrimoniales ne survivent pas simplement mais prospèrent aussi pour une nouvelle génération. Et le modèle fonctionne. C'est nouveau, surtout pour le Deep South, mais il y a un intérêt florissant pour le français et le créole louisianais, tant au niveau national qu'international. Et nous sommes ravis que la Fondation Nous puisse offrir à la fois de la visibilité et des moyens pour le au mouvement alors qu'il prend son essor.  

Une rencontre avec les fondateurs de la Nous Foundation - illustration 1
Une rencontre avec les fondateurs de la Nous Foundation - illustration 1

À gauche : Scott Tilton + Rudy Bazenet dans le jardin de l'Historic BK House & Gardens © Alexandra Kennon / À droite : Rudy Bazenet sur la veranda de l'Historic BK House & Gardens © Nous Foundation

3. Quel rôle joue l'art contemporain dans la mission de votre organisation ?

Scott : L'art contemporain est une façon de changer le récit et de libérer l'énergie créative qui a été entravée. Je dis souvent que La Nouvelle-Orléans est autant un style de vie qu'un endroit, ce mode de vie est lié à la nourriture, la musique et les arts visuels. Nous travaillons sur le français en particulier, les gens ne réalisent pas que le français a été interdit constitutionnellement de 1921 à 1974 en Louisiane en tant que langue principale d'éducation, avec d'autres pratiques discriminatoires de facto et de jure. En conséquence, nous avons perdu des centaines de milliers de locuteurs natifs, car les lois Jim Crow ont encore davantage divisé les communautés sur la base d'une politique arbitraire et injuste de discrimination raciale. Le défaitisme selon lequel nos cultures francophones et créolophones étaient condamnées à disparaître peut être combattu par l'art, en invitant les nouvelles générations à renouer avec leur culture patrimoniale, par le biais de l'art.

Notre première exposition que nous avons organisée a eu un effet de « boom sonore ». Elle s'appelait The Louisianais.e, une exposition itinérante présentant une couverture de magazine fantaisiste datée de l'année 2050. Nous avons invité huit artistes, dont des artistes BIPOC et queer, à dénoncer la discrimination et à montrer comment la perte de nos cultures est liée au racisme environnemental et au changement climatique. L'art pop, avec des éléments presque fantaisistes sur les couvertures, a contribué à changer le récit autour du déclin, car il offrait un avenir où nos cultures étaient toujours vivantes. Depuis lors, nous avons organisé plusieurs autres expositions, dont Haiti-Louisiana : Marées de la Liberté. Et en parlant de l'intérêt continu pour notre travail, nous avons la chance que nos expositions circulent encore et soient vues à travers la Louisiane, les États-Unis, et même en France. Et dernier point : nous devons une immense gratitude à tous les artistes qui ont confié leurs œuvres à nos expositions, mais nous avons aussi la chance de travailler avec Katya Vaz et Autumn Palen, qui sont parmi les artistes les plus prometteurs d'aujourd'hui.  

4. Comment la Fondation Nous collabore-t-elle avec d'autres organisations de différentes disciplines au sein de la communauté francophone ?

Rudy : Nous nous soucions profondément du français et du créole louisianais, mais notre mission va au-delà de la revitalisation linguistique. Nous comprenons que les schémas de discrimination auxquels sont confrontées les communautés qui parlent ces langues sont toujours présents et représentent un défi existentiel pour nos communautés, en particulier en Louisiane, où la perte de la langue et le changement climatique le long de la côte vont de pair. Grâce à nos efforts pour aborder et discuter de cet impact plus large, nous avons pu collaborer avec des dizaines d'organisations francophones dans le monde entier qui font face à des défis similaires. Par exemple, nous travaillons avec l'Organisation internationale de la Francophonie, le Centre de la Francophonie des Amériques et la Haitian Resource Development Foundation sur notre prochaine exposition. Trois organisations dans trois pays avec des liens francophones travaillant dans des disciplines différentes nous aident à monter une exposition à La Nouvelle-Orléans sur les liens entre Haïti et la Louisiane en raison des messages importants de l'exposition autour des droits civils et de la justice linguistique. Ce renforcement des liens par le biais de la langue française, afin que l'art exquis puisse être présenté aux États-Unis est si unique et solidement ancré dans le mouvement de revitalisation moderne pour le français que la Fondation Nous tente de faire prospérer.

Il est également important de mentionner que tout le travail que nous faisons est rendu possible grâce à notre collaboration avec le Historic BK House & Gardens, un musée de maison historique dans le French Quarter. Cela nous prouve que nous pouvons travailler dans un environnement professionnel bilingue (français et anglais) sans entraver notre travail. Un autre exemple de notre collaboration avec d'autres organisations de différentes disciplines est notre programme Le Lab, qui soutient les locuteurs de langues patrimoniales (y compris les communautés cadiennes, créoles et autochtones) dans la création et le financement durable de leurs propres organisations à but non lucratif et entreprises. Cela repose sur notre compréhension que les opportunités d'emploi bilingues n'apparaîtront pas du jour au lendemain, nous devons donc encourager des idées novatrices maintenant et aider à créer une communauté avec les projets que nous avons soutenus, couvrant le cinéma, le théâtre et les arts visuels.  

5. Pouvez-vous nous en dire plus sur l'exposition Haiti Louisiana : Marées de la Liberté ?

Rudy : En collaboration directe avec le Historic BK House & Gardens et le conservateur haïtien Max Jean-Louis, nous ouvrons une exposition d'art haïtien contemporain intitulée Haiti-Louisiana : Marées de la Liberté, qui sera exposée au Historic BK House & Gardens (1113 Chartres Street dans le French Quarter) du 12 janvier au 17 mars 2024. L'exposition présentera deux collections révolutionnaires : [1] la Collection Jacques Bartoli d'art haïtien contemporain (composée de 41 œuvres) prêtée par le Haitian Resource Development Fund de Miami et [2] des commandes originales de huit artistes haïtiens et louisianais (composées de 36 œuvres), organisées par Max Jean-Louis, explorant les liens entre Haïti et la Louisiane. L'exposition explore des thèmes importants entre Haïti et la Louisiane, dont un héritage colonial partagé, des pratiques religieuses et culturelles, et des défis tels que l'inégalité et le changement climatique. La collection réunira des œuvres dans divers médias artistiques, notamment la peinture, la photographie et les drapeaux perlés (appelés drapo). De plus, tout au long de l'exposition, le Historic BK House & Gardens et la Fondation Nous organiseront des conférences, des concerts et des ateliers d'artisanat avec des porteurs de culture haïtiens et louisianais, permettant au public d'en apprendre davantage sur les liens contemporains importants. Nous sommes ravis que La Nouvelle-Orléans soit sous les projecteurs de la communauté artistique mondiale cette année grâce à cette exposition. Nous avons des dizaines de partenaires qui viennent en ville, dont de nombreuses personnes d'Haïti et de la diaspora haïtienne. La Nouvelle-Orléans est née dans les Caraïbes et a été élevée en Amérique, spécifiquement issue de la culture haïtienne. Et nous avons la chance d'organiser une exposition aussi merveilleuse pour célébrer et interroger la manière dont ces liens existent au XXIe siècle.  

Une rencontre avec les fondateurs de la Nous Foundation - illustration 1
Une rencontre avec les fondateurs de la Nous Foundation - illustration 1

À gauche : Patricia Brintle, "Cécile Fatiman," acrylic on canvas / À droite : Scott Tilton + Katya Vaz (Artistic Director, Nous Foundation) + Max Jean-Louis (Curator, Haiti-Louisiana: Tides of Freedom) © Nous Foundation

6. Quels conseils donneriez-vous à quelqu'un qui souhaite créer sa propre organisation ?

Scott + Rudy : Lorsque vous avez une vision, ne doutez pas, mais n'hésitez jamais à laisser les gens partager cette vision avec vous. Notre vision d'une institution culturelle de classe mondiale dédiée aux cultures francophones et créolophones de la Louisiane, modelée sur des institutions similaires que nous avons vues à Paris, a soutenu notre dynamisme car elle n'existait pas en Louisiane et freinait la culture. Et cette vision a soutenu notre projet cette première année où nous étions coincés à Paris en raison de la COVID. Notre avenir était incertain car nous venions de quitter nos emplois et nous avons dû nous battre bec et ongles pour obtenir finalement le visa de Rudy. Parfois, les gens critiquaient notre vision et pensaient que nous n'atteindrions jamais nos objectifs. Mais c'est en soutenant des familles, des communautés, des personnes de tous âges et de toutes origines qui partageaient notre vision qui nous ont aidés à développer notre projet une fois rentrés chez nous. Un exemple emblématique en est le Historic BK House & Gardens. C'est un musée de maison historique bien établi et n'avait pas besoin d'être aussi généreux en nous permettant d'opérer chez eux. Mais leur directrice, Annie Irvin, et leur conseil ont vu à quel point notre vision correspondait à leur mission et ont donné naissance à une collaboration vraiment révolutionnaire. Nous leur devons tellement. Donc, en lançant une organisation, croyez en votre vision, invitez les gens à partager cette vision et recherchez des opportunités dans des endroits inattendus, car les gens veulent s'entraider.

7. Quel est le prochain chapitre pour la Fondation Nous ?

Scott + Rudy : En 2023, nous avons trouvé notre chez-nous à La Nouvelle-Orléans, et en 2024, nous souhaitons étendre notre travail à l'échelle nationale. En septembre dernier, nous avons eu l'opportunité unique d'ouvrir un chapitre de notre organisation à Détroit, dans le Michigan, une communauté unique en raison de ses liens historiques avec le français. Mais surtout, il y a des Canadiens français et des communautés plus récemment établies du Liban, de la République démocratique du Congo, du Burundi et d'autres pays francophones qui appellent la ville chez eux. Nous sommes impatients d'apprendre à adapter notre modèle, qui, avouons-le, est centré sur la Louisiane, pour créer un espace inclusif et accueillant pour les francophones et les non-francophones à travers les États-Unis. Et bien sûr, nous sommes impatients de développer nos programmes ici en Louisiane. Notre programme d'accélération Le Lab a levé 80 000 $ pour 8 projets en deux ans, et nous avons eu l'opportunité d'accueillir deux chercheurs français en Louisiane grâce à notre programme Fulbright. Imaginez ce que nous pouvons accomplir pour l'économie locale et la culture si nous devenons un acteur majeur dans le soutien aux porteurs de culture ici, dans le Deep South. Parfois, les réponses les plus inattendues émergent dans des endroits éloignés, et nous sommes ravis que La Nouvelle-Orléans et la Louisiane puissent nourrir leurs cultures francophones et créolophones pour surmonter les injustices et diffuser une vision à travers les États-Unis.  


Sélection d'œuvres d'art

Dessin, Royal Albert Hall, Marco Araldi

Royal Albert Hall

Marco Araldi

Dessin - 50 x 100 x 4 cm Dessin - 19.7 x 39.4 x 1.6 inch

4 316 €

Dessin, La statue de la liberté, André Robillard

La statue de la liberté

André Robillard

Dessin - 69 x 54 x 1 cm Dessin - 27.2 x 21.3 x 0.4 inch

3 000 €

Peinture, La poésie agrandit le monde, Miss.Tic

La poésie agrandit le monde

Miss.Tic

Peinture - 38 x 46 x 1 cm Peinture - 15 x 18.1 x 0.4 inch

8 000 €

Sculpture, Le Pouvoir de la Parole, Miguel Guía

Le Pouvoir de la Parole

Miguel Guía

Sculpture - 24 x 10 x 10 cm Sculpture - 9.4 x 3.9 x 3.9 inch

1 120 €

Dessin, Spring of Hope, Oyewumi Oyindamola

Spring of Hope

Oyewumi Oyindamola

Dessin - 101.6 x 71.1 x 2.5 cm Dessin - 40 x 28 x 1 inch

4 366 €

Peinture, Summer, Balthazar

Summer

Balthazar

Peinture - 80 x 80 x 2 cm Peinture - 31.5 x 31.5 x 0.8 inch

Vendue

Peinture, Althéïse, Yoann Merienne

Althéïse

Yoann Merienne

Peinture - 160 x 120 x 3 cm Peinture - 63 x 47.2 x 1.2 inch

10 500 €

Sculpture, The Story of Water, Fabienne Decornet

The Story of Water

Fabienne Decornet

Sculpture - 150 x 150 x 2.5 cm Sculpture - 59.1 x 59.1 x 1 inch

13 400 € 12 730 €

Édition, La famille d'Arlequin, Marc Chagall

La famille d'Arlequin

Marc Chagall

Édition - 78 x 57 cm Édition - 30.7 x 22.4 inch

Vendue

Sculpture, Dolce, Deville-Chabrolle

Dolce

Deville-Chabrolle

Sculpture - 30 x 30 x 10 cm Sculpture - 11.8 x 11.8 x 3.9 inch

9 500 €

Peinture, Cosmos interne, Emmanuelle Vroelant

Cosmos interne

Emmanuelle Vroelant

Peinture - 67 x 102 x 3 cm Peinture - 26.4 x 40.2 x 1.2 inch

3 000 € 2 700 €

Sculpture, Cavalier, Lionel le Jeune

Cavalier

Lionel le Jeune

Sculpture - 19 x 23 x 6 cm Sculpture - 7.5 x 9.1 x 2.4 inch

900 €

Peinture, Street fight man, Ralph Resch

Street fight man

Ralph Resch

Peinture - 130 x 97 x 2 cm Peinture - 51.2 x 38.2 x 0.8 inch

1 290 €

Peinture, Sun-Akiko, Monika Nowak

Sun-Akiko

Monika Nowak

Peinture - 150 x 100 x 3 cm Peinture - 59.1 x 39.4 x 1.2 inch

8 700 €

Photographie, Woman with a Fish Hat by Picasso, Viktorija Pashuta

Woman with a Fish Hat by Picasso

Viktorija Pashuta

Photographie - 101.6 x 76.2 x 3.8 cm Photographie - 40 x 30 x 1.5 inch

4 705 €