Vous souhaitez offrir une oeuvre d'art ?
Découvrez notre carte cadeau

Georges Dudognon

Né(e) en: 1922

France

Biographie

Biographie en cours de traduction

Georges Dudognon est arrivé pour la première fois sur la Côte d’Azur à Antibes en 1949 pour photographier l’un des premiers tours de chant de Juliette Gréco au club du Vieux Colombier à Sophia Antipolis, suivant l’épopée solaire de la joyeuse bande d’artistes de Saint-Germain-des-Prés qui l’accompagnait. Après la sombre période de l’occupation, puis les nuits festives dans les caves germanopratines, les amis du photographe, Juliette Gréco, Daniel Gélin, Claude Luter, Boris Vian, entre autres, ont essaimé leur vitalité dans ce « midi de la France » dominé par les feux du Festival de Cannes et les accords libres des musiciens du festival de jazz d’Antibes. Quelques années plus tard, devenu reporter photographe pour Jours de France, Paris-Match et ELLE, Georges Dudognon retrouvera Saint-Tropez en suivant Françoise Sagan sur le tournage du film « Bonjour Tristesse » d’Otto Preminger en 1957, puis en photographiant les tribulations de son ami, lui-aussi journaliste, Roger Vadim et de sa compagne d’alors Catherine Deneuve.
Surnommé « l’œil de Saint-Germain-des-Prés » grâce à ses célèbres photos de la période créative la plus faste de l’après-guerre, Georges Dudognon découvrira sur la Côte d’Azur des années 60, et en particulier à Saint-Tropez, la même émotion créative avant que, selon ses dires, « les rats des caves ne se transforment en requins ». Cet ex-ouvrier des chantiers navals de La Rochelle né en 1922, évadé d’un camp de concentration, entré en clandestinité à la fin de la guerre et passionné par la photographie vérité, a su garder son indépendance vis-à-vis des magazines surpuissants des années 50. Le monde du cinéma et ses plateaux de tournage agités lui ont offert une scène idéale pour sa quête de l’image authentique, tant malmenée pendant la guerre et sa propagande. À la différence des photographes de plateaux soumis aux volontés des productions, il s’est immiscé sur les tournages pour y figer les moments émouvants, souvent tendus et révélateurs, qui précèdent ou suivent les claps. Installé dans le village de Biot où il a acquis une maison en 1961, « Dudo » a inlassablement sillonné la Côte d’Azur durant les étés, photographiant les événements majeurs que lui conseillaient Daniel Gélin et Roger Vadim, précieux guides de la vie artistique Azuréenne. Du tournage de Pierrot le Fou de Jean-Luc Godard aux fastes du Festival de Cannes, de la naissance du Testament d’Orphée de Jean Cocteau à de riches productions américaines, Georges Dudognon a écrit en images l’envers de ce décorum idyllique, sans concessions ni voyeurisme, ne mettant en scène que ses portraits féminins uniques où respire la vie au-delà du miroir du temps.
Concurrent amical de Robert Doisneau, complice d’Édouard Boubat, reconnu comme l’un des piliers du mouvement de la photographie humaniste, Georges Dudognon quittera le Sud en 1965, fuyant la foule des touristes, non sans avoir réalisé l’un de ses souhaits secrets : photographier Brigitte Bardot, sans fards, en toute simplicité chez elle, à la Madrague.
L’œuvre de Georges Dudognon est aujourd’hui restaurée et révélée par son beau-fils à qui il a confié la gestion de l’ensemble de son fonds peu avant sa disparition en 2001. Exposée dans de prestigieuses institutions dont la Tate Modern de Londres, le Centre Pompidou de Metz ou le SFOMA (Musée d’art moderne) de San Francisco, cette collection inédite révèle son « regard » particulier et intransigeant, miroir révélateur des « Trente glorieuses ».
Cette exposition inédite à Paris présente une sélection de tirages originaux fine art numérotés, tamponnés issus du fonds familial réalisés par Thierry de Beaumont, expert et ex-assistant de Georges Dudognon.

Lire plus
    Tags
  • Photographie

  • Photographie Noir et blanc

  • Photographie Icônes

  • Photographie Scène de vie

  • Artiste Français

Partager cet artiste

Georges Dudognon, Brigitte Bardot dans sa villa à la Madrague, Photographie

Georges Dudognon

Brigitte Bardot dans sa villa à la Madrague, 1965
40 x 30 cm
Photographie

880 €

Georges Dudognon, Jean-Paul Belmondo et Anna Karina, Hyères, Photographie

Georges Dudognon

Jean-Paul Belmondo et Anna Karina, Hyères, 1965
30 x 40 cm
Photographie

880 €

Georges Dudognon, Sophia Loren, Festival de Cannes, Photographie

Georges Dudognon

Sophia Loren, Festival de Cannes, 1961
40 x 30 cm
Photographie

880 €

Georges Dudognon, Raccord maquillage pour Jean Seberg, Photographie

Georges Dudognon

Raccord maquillage pour Jean Seberg, 1957
30 x 40 cm
Photographie

880 €

Georges Dudognon, Brigitte Bardot, Saint Tropez, Photographie

Georges Dudognon

Brigitte Bardot, Saint Tropez, 1958
40 x 30 cm
Photographie

880 €

Georges Dudognon, Françoise Sagan, Saint Tropez, 1957, Photographie

Georges Dudognon

Françoise Sagan, Saint Tropez, 1957, 1957
40 x 30 cm
Photographie

880 €

Georges Dudognon, Natalie Wood lors du Festival de Cannes, 1962, Photographie

Georges Dudognon

Natalie Wood lors du Festival de Cannes, 1962, 1962
40 x 30 cm
Photographie

880 €

Georges Dudognon, Michèle Morgan, hôtel Eden Roc, Antibes, Photographie

Georges Dudognon

Michèle Morgan, hôtel Eden Roc, Antibes, 1960
30 x 40 cm
Photographie

880 €

2ArtAngels

Exposition de photographies de Georges Dudognon
Du 28 avril Au 3 juin 2017
Paris - France

  • Artistes Similaires