Vous souhaitez offrir une oeuvre d'art ? Découvrez notre carte cadeau

Guy Lartigue

Né(e) en: 1927

France

Biographie
Sculpteur statutaire né en 1927 à Paris, Guy Lartigue est l'inventeur de la sculpture fontaine contemporaine en France. De 1957 à 1999, il a réalisé plus de 80 Sculptures monumentales, Sculptures fontaines, Modelage d'eau et Animations murales commandées par des Grands Ensembles et Centres commerciaux, Lycée et Collèges, Places publiques, Entrées d'immeubles et Halls de Société, Monument Historiques. Guy Lartigue, est le symbole de l’artiste dans la ville, celui qui anima dans la deuxième moitié du 20ème siècle l’espace urbain par des formes monumentales, toujours en mouvement, battant le pouls de la cité par la magie de l’eau. Il a ainsi réalisé et installé 88 sculptures monumentales en France et à l’étranger. A son savoir-faire de maître de cuivre, du granit, du marbre, de l’inox, il ajoute le don d’un savoir-faire qui a fait de l’eau son alliée magique. Grand artiste, fasciné par « l’harmonie des sphères », la beauté des matériaux, il est devenu un véritable architecte de l’eau, marié avec la lumière, tel la Fontaine de la Promenade Larvatto à Monte-Carlo, commandée par le Prince Resnier en hommage à la Princesse Grace de Monaco en 1969, qui est une célébration de cette alliance. Il a fait du monumental sa dimension naturelle, en apportant, avec chacune de ses œuvres, un mouvement et un chant profond, qui font de la fontaine un centre de plaisir unique, qui permet de voir vivre les formes dans la plénitude de leur essor. Car les fontaines de Guy Lartigue sont des êtres poétiques vivants. A la qualité de la création des lignes, à la connaissance minutieuse du matériau, Guy Lartigue ajoute la science hydraulique qui l’autorise à nous communiquer l’illusion d’optique de pellicule liquide enveloppante, de jets de cascades, de vagues fulgurantes ou de fines pluies transparentes. Et chacun peut lors évoquer le souvenir de jeux d’enfants et éprouver les pouvoirs du rêve au cœur de nos villes de pierre. Guy Lartigue est né le 6 avril 1927 à Paris, à deux pas de la place de l’Etoile, dans l’hôtel particulier de son grand père, un financier reconnu. Sa mère, Odette Hill une charmante et ravissante anglaise au foyer, son père Maurice Lartigue, frère du photographe Jacques Henri Lartigue, était inventeur de machines volantes. Entre ces treize et dix sept ans, en pleine occupation de la France, Guy Lartigue construit dans sa chambre sa première pièces monumentale ; une cathédrale en bois de deux mètres de haut. Depuis lors, il a toujours cherché à créer et construire des œuvres monumentales. Après la guerre, en 1947, à 20 ans, Guy Lartigue suit une formation à Vavin, dans les ateliers de la liberté, ou il a réalisé de nombreux bustes sensibles. Puis il découvre à Boulogne sur Seine un atelier de découpage de métal, ou il réalise ces premières figurines de petites dimensions en zinc, puis en acier doux, enfin en laiton et en cuivre. Il rencontre une américaine, mécène dont il s’éprend et part s’installer sur la côte d’azur. Il va réaliser ces premières grandes sculptures dont un « Triple cadran solaire » à Lascère , « mobile géant » de 12 mètres de haut à Chambéry, les seules œuvres figuratives sur l’ensemble de ces créations. Puis, Guy Lartigue s’installe à Paris, et commence à travailler sur commande pour des municipalités, promoteurs et architectes de centres commerciaux, hôtels, grands ensembles, d’écoles et d’universités et places publiques. Citons par exemple ; « couple champêtre « à Rosny, « le jour et la nuit » à Rosny, « Narcisse » à Sarcelle Lochères, dont une maquette a été achetée par le Musée d’art moderne en 1972, puis création de sa première fontaine monumentale à Marseille « Le Roy d’Espagne » suivi par beaucoup d’autres à ; Paris, Principauté de Monaco, Saint Gratien, Saint Cyr, Sèvres, Montpellier, Rueil Malmaison, Angoulême, Puteaux, Viroflay, Cergy-Pontoise, Thonon-les-Bains, St-Pierre des Corps, Sucy en Brie, Achères, Brignolles, Angoulême, Vénissieux, Istres, Saint-Cyprien, Chenove, Gaillon, Chatillon, Vélizy, Evry, Bordeaux, Marolles en Brie, Andresy, Verrières le Buisson, St-Ouen, Sarcelles, Neuilly Sur Seine, St-Avold, Paris-La Défense, Rungis, St-Quentin en Yvelines, Rungis, Pointe à Pitre… Les Parisiens connaissent Guy Lartigue. Sa « Bouche de la Vérité », une de ses dernières sculptures monumentales fait face à l’université de Jussieu, disque de granit gris celtique, fixant les passants dans une interrogation muette, permet de se dire qu’un point philosophique a été atteint sous notre regard, celui de la matière et de l’onde. Les vasques en cuivre rouge renouvellent sans cesse les « Jeux d’eau » au Carrefour Saint-Médard. Au cœur du Verger, au Forum des Halles, « Les 4 boules » font danser une eau claire dans une valse sans fin. La « Pyramide d’eau » face au parc de Bercy oppose son architecture liquide et mouvante aux façades de verre de ce quartier moderne parisien. « Quand la source est devenue fontaine, la place et la ville ont entouré la fontaine, et la vie s’est faite autour d’elle. Les œuvres jouent par tentation superficielle, par cascatelle, au son des ajutages créateurs des modelages d’eau » écrit Guy Lartigue. A chaque ville ou Guy Lartigue a conçu et installé une œuvre, l’artiste adapte son message et son inspiration, pour donner au lieu, par ces fontaines, une respiration profonde et douce. Il n’a pas réalisé que des fontaines, il a aussi créer des œuvres monumentales de commande, tel que l’Aquarium de l’Espace, mobile géant de poissons suspendues de 7 mètres de Haut pour un nouveau centre commercial en 1973 à Rosny 2, ou le « Signal Monumental » à Paris-La Défense, une tapisserie en câble de Nylon de 24 mètres sur 22 mètres, ou le bas-relief d’un cheval en taille réelle, ainsi que ses souvenirs de jeunesse dans « Empreintes » qui raconte ses souvenirs de jeux d’enfants avec Niki Saint Phalle et Monique dans le jardin du Ranelagh, alors âgées de 10 ans. Différentes pièces de tailles moyennes ont été acquises par la ville de Tunis, le Museum of Fine Arts de New-York, la Ville de Syracuse, le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris. En 1976, il se marie avec Odile Gibon, photographe, dont né un fils Brice Lartigue, en 1967. Il installe son atelier et sa vie à Viroflay entre les deux voies ferrées, en raison du bruit provoqué par ces constructions, où il vit toujours aujourd’hui. Le choix de réaliser des œuvres monumentales pendant toute sa carrière, l’ont empêché par faute de temps, de réaliser suffisamment de petites pièces pour intéresser les galeries. Il a cependant réalisé plus d’une centaine de sculptures et fontaines de petites tailles, ainsi que des maquettes de projets qui n’ont jamais vu le jour, principalement en cuivre, marbre et laiton, dont certaines ont été acquises par différents collectionneurs dans le monde dans des ventes publiques ou auprès de certains galeristes à Paris et New-York. Sa cécité fait qu’il a arrêté de créer depuis les années 2000. Une exposition de son œuvre est en préparation pour 2016 à l'Espace Grange galerie, dont la présentation de plus de 100 maquettes de fontaine, qu'il réalisa avant de devenir aveugle.
Lire plus
    Tags
  • Sculpture

  • Sculpture Bronze

  • Sculpture Métallique

  • Artiste Français

Partager cet artiste

Guy Lartigue, La vaginale, Sculpture

Guy Lartigue

La vaginale, 1980
55.1 x 39.4 x 39.4 inch
Sculpture

17 490 $

Peu d'œuvres disponibles de l'artiste

Ces oeuvres sont les dernières disponibles de Guy Lartigue.
Soyez averti par e-mail de la mise en ligne de nouvelles oeuvres en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Guy Lartigue n'a pas d'exposition.

Nous sommes désolés mais l'artiste n'a actuellement pas d’exposition à proposer.
Suivez Guy Lartigue afin de recevoir une notification dès que des expositions sont ajoutées.