• € (EUR)
  • Besoin d'aide

Lignes spontanées

Il n'est pas surprenant qu'historiquement, le noir en tant que couleur soit lié à la somnolence, à la mélancolie et à la folie. Mais l'histoire de cette couleur est tellement plus nuancée que cela... D'épais traits noirs créant des lignes spontanées dans la « Musique aux Tuileries » (1862) d'Édouard Manet à l'obtention par Anish Kapoor en 2016 des droits sur le Vantablack (la nuance de noir la plus sombre à ce moment), l'utilisation de la ligne noire a capté les obsessions des artistes depuis des siècles. 

Avant d'abandonner entièrement ses toiles à la couleur, Pierre Soulages utilisait la ligne noire comme un moyen d'apporter de la texture à ses peintures, jouant avec la façon dont le noir et la lumière interagissent sur la toile. Mark Rothko, quant à lui, vénérait la simplicité de la couleur et de la ligne, et leur place légitime dans l'histoire de l'art abstrait, en tant que lien entre l'artiste émotif et son expression sur la toile - que cette émotion soit sombre ou non. 

La ligne est le facteur ultime de définition et de déclaration, elle est donc, sans surprise, utilisée instinctivement par l'artiste. Dans la sélection d'œuvres d'Artsper, des artistes comme Moon Shin et Gérard Escougnou ont été remarqués pour leur utilisation de lignes spontanées. Escougnou utilise des lignes noires pour émettre des vibrations à partir de son travail, le blanc étant utilisé comme un vide ou un moment de silence. Les lignes peuvent inciter le spectateur à l'introspection et à la réflexion, une façon pour lui de s'identifier à une œuvre et aux raisons pour lesquelles l'artiste l'a créée.

Lire plus

Filtres

Tous les artistes