Les garanties Artsper : paiements sécurisés, livraison dans le monde entier et retours gratuits ! En savoir plus

Galerie Michel Rein

Galerie Michel Rein

Paris/Brussels - France

The Library of Encoded Time

Paris/Brussels 31 mars au 4 avril 2019

Présentation
The Library of encoded time est le troisième volet d’une trilogie conçue par Ciacciofera qui interroge le rapport des signes à la matière et à la mémoire. La première The translucent skin of the present, réalisée à la galerie Vitamin à Guanghzhou en 2018 a été suivie par A Chimerical museum of shifting shapes à la Voice Gallery de Marrakech.

Les œuvres créées pour cette exposition conçue comme un ensemble, où chaque pièce entre en résonance avec l’autre, sont issues d’une double réflexion sur l’érosion comme la saturation de la mémoire, ainsi que sur sa réactivation créative. Sculptures posées au sol ou sur des tablettes, grilles murales, bâtons reposant contre un mur, œuvres sur toile ou papier, apparaissent comme des objets archéologiques fantasmés, installés comme sur un véritable site, « édifié », à partir d’éléments locaux, tels les briques et les grilles. Comme dans ses installations précédentes similaires réalisées à Marrakech et à Guanghzou, Ciacciofera utilise des sortes de tablettes recouvertes de signes, inspirées des tablettes cunéiformes et d’anciens alphabets non déchiffrés, des briques du territoire local, de la « terre » de France. Dans un processus destiné à réactiver leur mémoire, il réalise une première cuisson qui « nettoie » le passé de l’objet, et poursuit le travail de l’artisan qui l’a précédé avec des écritures, réalisées grâce à des aiguilles issues de l’industrie pharmaceutique, des pigments et de l’eau, avant une seconde cuisson. Placés au sol, ces briques, formant la bibliothèque intitulée The Library of encoded time, épousent un ordre spécifique, comme dans un site archéologique, dessinant une sorte de grille avec des pleins et des vides, dans un rythme signalant également une « perte ».

Les grilles murales enserrées de fils, Janas Code (titre évoquant les domus de Janas néolithiques que l’on trouve en Sardaigne), où sont suspendus objets et sculptures, redoublent ce rythme de plein et de creux, en écho aux briques. Elles sont réalisées avec des grilles de chantiers locaux, servant à la construction, que Ciacciofera découpe et traite, pour lesquelles ils dessinent et réalisent également des supports spécifiques afin de les distancier du mur tels des tableaux. Ornées de fils, dont certains chutent après une découpe délibérée, ces nouveaux « édifices » révèlent ainsi une certaine fragilité. Les sculptures en résine ou en céramique, parfois en forme de trilobites, les véritables fossiles ou les objets collectionnés suspendus par des fils aux grilles – selon une pratique obsessionnelle de l’artiste depuis sa jeunesse, collectionnant la céramique ancienne comme les manuscrits ou le mobilier – connectent ces œuvres à la recherche des universaux qui habite l’artiste, au-delà du monde occidental. Cette tête néolithique issue d’Europe centrale ou encore cette tête Inca, relient ces grilles à une histoire allant de la Méditerranée à l’Amérique Latine en passant par l’Afrique.

Les bâtons en terre peint incisés de signes, recouverts de pigments et de strates de gazes et tissus ; les têtes en céramique posées sur de tablettes, ou les œuvres sur toile et papier d’obédience figurative, se relient à un passé lointain où l’émergence du signe comme de la figure étaient empreinte de rituels chamanistiques dont la nature mystérieuse autorise d’autant mieux aujourd’hui la réinvention par l’oeuvre. La peinture où apparaît un poisson (Holding the rod parallel to the water), rappelant les fossiles des grilles, a été réalisée selon le même principe de stratification que l’on trouve dans les bâtons, par l’adjonction, en un lent processus, durant deux cent jours consécutifs, de plusieurs couches de pigments mélangés à de l’eau, finissant par créer une calcification en surface.

Michele Ciacciofera s’intéresse dans cette exposition aux signes, notamment à caractère symbolique, et à leur émergence à partir de l’époque néolithique, circ. 40 000/30 000 avant JC, de même qu’aux langues anciennes, dont certaines demeurent aujourd’hui indéchiffrables. Ces signes au sens perdu apparaissent pour lui comme des trous dans la mémoire, témoins d’un passé que l’on pense maîtriser grâce à sa muséification, parfois portée à l’excès. Parallèlement à cette perte, il part du constat paradoxal de la saturation actuelle de la mémoire. Or le plein du vécu du présent et la projection vers le futur nécessitent selon lui une actualisation continuelle du passé, postulat que confirment ses nombreuses lectures sur ce sujet de Kubler, Foucault (l’archéologie comme seule voie d’accès au présent) ou encore Agamben. L’archéologie apparaît enfin pour lui comme le point de conjonction de ses autres centres d’intérêt, de l’histoire à l’anthropologie en passant par les sciences politiques et sociales. Par ailleurs, son attention aux signes et au langage symbolique l’amène à observer combien les technologies actuelles, notamment l’usage des emojis avec les Smartphones, ne sont qu’une continuation de ce désir de langage symbolique ancré dans une exigence de communication humaine. Son rapport à la technologie s’inscrit moins dans une critique qui serait doublé d’un désir de retour au passé que dans une réactualisation du passé au présent, pour mieux décrypter et réinventer les universaux d’hier et aujourd’hui.
Lire plus
Adresse

    Détails

  • 42 rue de Turenne
    75003, Paris
    France
    +33 1 42 72 68 13

    Horaires

    lundi

    fermé

    mardi

    10:30 à 19:00

    mercredi

    10:30 à 19:00

    jeudi

    10:30 à 19:00

    vendredi

    10:30 à 19:00

    samedi

    11:00 à 19:00

    dimanche

    fermé

Partager cette exposition

Aucune oeuvre ne correspond à votre recherche
Aucune oeuvre ne correspond à votre recherche

Aucun artiste ne correspond à votre recherche
Aucun artiste ne correspond à votre recherche

  • Expositions à Paris