L’art de l’encadrement

Peinture, Festividades de la Virgen de Guadalupe / Amate Paper Mexican Folk Art Painting Frame, Alejandro Diaz Nava

Festividades de la Virgen de Guadalupe / Amate Paper Mexican Folk Art Painting Frame

Alejandro Diaz Nava

Peinture - 72 x 93 x 4 cm

1 248 €

Peinture, Fiesta en Xalitla / Amate Paper Mexican Folk Art Painting Frame, Edalinda Perez Velazquez

Fiesta en Xalitla / Amate Paper Mexican Folk Art Painting Frame

Edalinda Perez Velazquez

Peinture - 51 x 72 x 4 cm

864 €

Édition, Olympia Fragment (La Franca 9), Ben Nicholson

Olympia Fragment (La Franca 9)

Ben Nicholson

Édition - 30.5 x 38.1 cm

5 762 €

Peinture, Genesis of a new world, God Sylver

Genesis of a new world

God Sylver

Peinture - 40 x 40 x 4 cm

1 400 €

Peinture, Relation of wishing and paying, David Renggli

Relation of wishing and paying

David Renggli

Peinture - 118.5 x 93.5 x 4 cm

12 700 €

Peinture, Contemplation of the Ocean, Ruslana Levandovska

Contemplation of the Ocean

Ruslana Levandovska

Peinture - 101.6 x 76.2 x 1.9 cm

5 954 €

Dessin, N°1468, Georges Saulterre

N°1468

Georges Saulterre

Dessin - 76 x 56 x 0.1 cm

3 500 €

L’art de l’encadrement

Bien que l'oeuvre se suffise souvent à elle même, à l'état brut, il nous semble qu'il lui manque quelque chose. En effet remarquerez-t'-on un chef d'oeuvre si celui-ci n'était pas mis en valeur par un cadre digne de lui? Cela n'est pas certain…

L'art de l'encadrement se développe donc parallèlement à l'histoire de l'art, et à raison. Tableau et cadre se complètent et fusionnent pour créer une oeuvre sublimée.

Retour sur l'évolution de la technique d'encadrement:

On date l'apparition des cadres au temps de la préhistoire et des peintures rupestres environ 2000 avant JC. Les hommes tracent alors un trait pour délimiter leurs dessins.

C'est véritablement à l'Antiquité qu'apparaît le cadre au sens où on l'entend aujourd'hui avec les portraits du Fayoum entourés de morceaux de bois.

Au XIIe siècle, les peintres commencent à utiliser des cadres en dur de toutes les tailles, notamment pour mettre en valeur les retables d'église. Ils sont alors appelés “bordures". Ceux-ci restent encore très sobres et simples en comparaison avec la Renaissance où les cadres deviennent des bijoux, travaillés et sculptés des heures durant pour produire une véritable oeuvre d'art.

Plus tard, dans l'art moderne et contemporain, l'emploi du cadre dépend exclusivement de la volonté de l'artiste et du résultat souhaité.

Certains fournissent le cadre, le considérant comme faisant partie intégrale de l'oeuvre. Parfois, ils jouent avec. On pense ici au Trompe l'oeil de Pere Borrell del Caso (1874) représentant un jeune homme s'extirpant de son tableau pour rejoindre notre réalité.

Comme tout objet décoratif, la forme du cadre évolue au gré des tendances. Aujourd'hui, beaucoup d'artistes privilégient la sobriété pour recentrer le regard du spectateur sur l'essence même de l'oeuvre. Les dessins de l'anglais autodidacte Martin Bradley se présentent bordés par un cadre doré très fin.

Les pièces de puzzle du graffeur Keymi sont également exposées dans des cadres noirs d'une grande simplicité, ce qui permet d'apprécier l'oeuvre sans être perturbés par des fioritures.

Parfois, les peintres vont jusqu'à intégrer le cadre dans l'oeuvre ou à créer l'oeuvre à partir du cadre. C'est le cas par exemple de Louis Cane du groupe Support Surface ou Giulio Paolini.

Dans un autre style, l'artiste émergent Gaspard Mitz utilise des cadres d'une grande profondeur par rapport à ses oeuvres petits formats (20x30cm). Ceux-ci donnent l'impression au spectateur d'être un géant observant des modèles réduits de salles d'expositions de musées dans lesquelles des figurines interagissent entre elles et s'émerveillent devant les peintures des grands maîtres.

Il n'existe aucune règle préétablie en matière d'encadrement. On peut mixer les époques et les matières sans aucun problème. Ces associations entre dorures et minimalisme donne souvent une composition originale et confère à l'oeuvre une nouvelle dimension.

Il n'est ainsi pas rare de trouver des peintures au sujet plutôt classique enfermées dans du plexiglas de couleur ou au contraire de rencontrer des tableaux abstraits ultra modernes dont le cadre serait d'époque, en bois sculpté ou encore brossé à la feuille d'or.

Outre le côté très esthétique, il ne faut pas oublier que le cadre sert surtout à protéger et conserver l'oeuvre dans le meilleur état possible.

Lire plus