• € (EUR)
  • Besoin d'aide

Jacques Torregano Les Matadors, 'El Juli', feria de Pentecôte, Nîmes, 1998

Demander plus de visuels

1 350 €

Entreprises: Leasing à partir de 41 € / mois

Faire une offre

Une question? Contactez nos experts
Comment Artsper protège vos achats ?
LOADING NOT DISPLAYED BLUR TEXT
Second NOT DISPLAYED BLUR TEXT

Essayez gratuitement l’oeuvre pendant 14 jours

L'oeuvre est disponible en retrait en galerie à Paris, France


Ajouter à ma wishlist
A propos du vendeur
Atelier/Galerie Taylor

Paris, France

Le logo Vetted de Artsper

Vendeur certifié Notre équipe d'experts du monde entier approuve chaque vendeur.

Jacques Torregano, Les Matadors, 'El Juli', feria de Pentecôte, Nîmes
Imaginez-la chez vous

simulator

simulator

Tout savoir sur l’œuvre
  • Technique

    Photographie : tirage argentique, tirage couleur

  • Dimensions cm | inch

    50 x 68 x 1 cm

  • Support

    Photographie sur papier argentique

  • Encadrement

    Non encadrée

  • Tirage

    Oeuvre numerotée et limitée à 8 exemplaires
    1 exemplaire restant

  • Authentification

    Oeuvre vendue avec facture de la galerie
    et certificat d’authenticité

  • Signature

    Oeuvre signée

  • A propos de l'oeuvre

    Oeuvre vendue en parfait état

    Les Matadors, "El Juli", feria de Pentecôte, Nîmes 1998
    Tirage argentique 2003
    Épreuve originale signée, légendée, datée et numérotée 8/25
    Justification de tirage réalisé le 06/10/2003
    La photographie est accompagnée d'un certificat de la galerie.

    Les photographies de Jacques Torregano sur la tauromachie vues par Christian Lacroix :
    "C’est toujours une histoire “Sol y sombra”, d’ombres et de lumières captives. L’œil noir de l’alchimiste croise celui du toro, l’immobilise, le "cadre". En ouvrant nos propres yeux sur ces images comme après les avoir fermés trop forts, de soleil ou d’angoisse, le sang reste imprimé, plein de cristaux, couleurs inconnues, éclats précieux.

    C’est bien le travail d’un "photo-graphe", écrit avec la lumière des habits et des fins d’après-midi. L’obscurité des chapelles et des souterrains de gladiateurs aussi. Celui qui regarde ainsi sait se faire oublier, pour capter le temps suspendu où tout va basculer, le prolonger en éternité.

    “Belluaire” lui-même , il “estoque” l’instant au millimètre prés et sous la patine artificielle, on retrouve la vivacité de ces regards de fresques millénaires fraîchement découvertes, l’attitude des corps pétrifiés de Pompéï, l’œil d’onyx des masques exhumés. Pas de “ paseo ” en plein soleil, pas de “ faena ” à ciel ouvert, pas de combat au soleil. Mais des portraits contemporains et contemplatifs qui s’inspirent, en les
    renouvelant, de ces exotiques photos d’antan poétiquement aquarellées, “ Tajetas postales ” repailletées, affiches anciennes aux tonalités de chromos.

    On est dans la peinture aussi. Celle des sombres portraits à la cire du “ Fayoum ”, avec leurs regards intenses qui nous fixent ou s’égarent dans les visages de plâtre tannés. Celles des icônes hiératiques constellés d’ors vieux ou des enluminures médiévales. Peinture religieuse des “ Passions ” aux lourdes étoffes rebrodées où s’accomplissent les gestes de rituels hermétiques. Le photographe devient graveur tant cette série semble brûlée, brunie à l’acide, en profondeur. "Eau forte" des émotions, "pointe sèche" de la peur, "taille douce" des gestes.

    Sculpteur même quand il retrouve la patine des bronzes antiques, le modelé des bas-reliefs oxydés."Lissier "enfin lorsque la chimie de ses recherches nouvelles finit par tisser la chaîne et la trame de ces tapisseries vert-de-grisées d’où surgissent des héros mordorés magnifiquement harnachés, des animaux fantastiques.

    Quand la photo est identitaire d’un rêve elle nous révèle nos propres secrets , qu’ils soient avouables, partageables ou pas : c’est toujours le négatif qui fait l’image."
    Christian Lacroix
    Lire plus
Livraison
Artsper livre les oeuvres dans le monde entier via des transporteurs spécialisés. L'oeuvre est disponible en retrait en galerie à Paris, France ou peut être livrée à l'adresse de votre choix sous 1 à 2 semaines après validation de votre commande. L'oeuvre est assurée pendant le transport, il n'y a donc aucun risque pour vous.
Provenance de l’oeuvre: France
En savoir plus sur la livraison
Retour gratuit
Profitez de 14 jours d’essai pour trouver la place idéale de votre œuvre d’art. Et si vous changez d’avis, les frais de retours sont gratuits et nous vous remboursons intégralement.
En savoir plus sur les retours gratuits
Paiement
Vous pouvez régler par carte bancaire, Paypal ou virement uniquement en Euros. Sachez que nous prenons les fraudes et le respect de vos informations confidentielles très au sérieux, c'est pourquoi tous les paiements sont sujets à une validation 3D Secure.
En savoir plus sur le paiement
Garantie
Artsper travaille uniquement avec des galeries professionnelles et vous garantit l'authenticité et la provenance des oeuvres.
En savoir plus sur la garantie Artsper
Envie d’aller plus loin ?

Jacques Torregano

France Né(e) en: 1950

Jacques Torregano est né en Charente-Maritime. Après deux ans de mathématiques à l’université de Talence, il choisit la photographie en intégrant l’École supérieure de photographie Louis Lumière à Paris.

Après plusieurs assistanats (romans photos, publicité et photo aérienne), il s’oriente vers la photographie de presse par passion. Il collabore alors à Libération, au Nouvel Obs et au Point. Au début des années Mitterrand, il fonde avec d’autres photographes indépendants un collectif de presse, commence pour lui le grand reportage avec la Pologne et les pays de l’Est.

Le besoin de voyages l’oblige à chercher une collaboration financière plus importante, il devient grand reporter à l’agence Sipa-Press, il travaille alors pour les grands magazines européens et américains.

Il effectue des reportages en URSS , Pologne, Chili, Viet-Nam, Cambodge, Haïti, Pakistan, Centre Afrique, Mozambique, Liban, Israel, Irak, Chine.

En 1990 Il devient photographe indépendant et réalise des "features", il collabore alors de manière très régulière au Figaro magazine, pour lequel il effectue un certain nombre de voyages en Afrique, Asie et Amériques. Il couvre encore plusieurs grands événements : chute du mur de Berlin, révolution roumaine, guerre du Golfe et en Yougoslavie. Mais les grands sujets qui l’occupent de plus en plus sont culturels et sociologiques, Chrétiens d’Ukraine ou d’Éthiopie, la Sicile, la Cote d’Ivoire, Le lac Tchad, les Zapatistes , l’Afghanistan, Hong Kong, le Guatemala ou le Brésil des favelas. Il collabore régulièrement avec d’autres magazines : Équipe magazine pour lequel il réalise de nombreux portraits de sportifs ; Le Monde 2 , Joyce et VSD.

En 2004 il fonde avec Vincent Leloup et quelques photographes proches, le site associatif professionnel Fédéphoto, qui deviendra Divergence images, une association de 135 photographes professionnels en France et à l’étranger , il en préside l’association jusqu’à fin 2009.

Depuis dix ans, son travail personnel se situe en France où il suit la carrière du grand couturier français Christian Lacroix, projet de livre en cours. Il se définit lui même comme un photographe de l’humain et des croyances, fasciné par les rituels. Durant la période 1989 à 2005 il travaille dans le tunnel des arènes de France, 5 minutes avant les corridas de Toros , il s'attache à montrer l’intimidé du danger des "matadores".

Il est également portraitiste classique, s’attachant à la lumière et à la mise en valeur de son sujet.

Derniers voyages en Afrique et en Asie, la route de l’Uranium, le train Pékin Lhassa, le millénaire d’Hanoï.

Plusieurs sujets plus littéraires sont à noter : un portrait de Douglas Kennedy chez lui dans le Maine en 2009, un sujet voyage culturel pour les 500 ans de Don Quijote en 2008.

De 2010 à 2019 il effectue de nombreux voyages en Afrique pour le groupe de Jeune Afrique qui ont pour destination le Gabon, la Côte d’Ivoire, Le Congo Brazzavile, Le Bénin et le Togo.

Lire plus


Jacques Torregano, Les Matadors, 'El Juli', feria de Pentecôte, Nîmes
Jacques Torregano, Les Matadors, 'El Juli', feria de Pentecôte, Nîmes Jacques Torregano, Les Matadors, 'El Juli', feria de Pentecôte, Nîmes