Vous souhaitez offrir une œuvre d’art ? Découvrez notre guide de Noël
  • € (EUR)
  • Besoin d'aide

Rencontre avec Karola Kraus

Directrice du mumok (Musée d'art moderne Fondation Ludwig Vienne)

Rencontre avec Karola Kraus - illustration 1

Karola Kraus, (c) mumok/Niko Havranek, 2019 

L'objectif du musée d'art moderne de Vienne, comme Artsper, est de faire tomber les barrières qui existent au sein du marché de l'art. Le musée, généralement appelé mumok, est un établissement construit en pierre de lave, et qui accueille les artistes et amateurs d'art depuis 2001 dans le 7ème arrondissement de Vienne. Dans ce véritable lieu de rencontre artistique, on est invité à profiter de tous les contrastes de l'art, de l'expérience esthétique à la confrontation émotionnelle. Nous avons rencontré Karola Kraus, directrice du mumok, qui nous a parlé de son parcours prédestiné au monde de l'art, de ses inspirations personnelles, et de ce qui rend ce musée si unique.  

1. Vous avez fait vos premiers pas dans le monde de l'art très tôt, avec la collection d'art de votre famille, la collection Grässlin (ndlr: l'une des collections d'art contemporain les plus marquantes de l'art informel allemand) ainsi que votre proximité avec Martin Kippenberger. Pourriez-vous nous en dire plus sur votre parcours professionnel, et comment vous en êtes arrivée à votre position actuelle ?

Lorsque mes parents ont commencé à collectionner des œuvres de l'art informel allemand, notre maison est devenue un lieu de rencontre pour les artistes et pour les amis de la famille qui étaient intéressés par l'art. Certaines discussions enflammées sur l'art allaient marquer ma vie et celle de mes frères et sœurs. Rencontrer Martin Kippenberger en 1980 a également été particulièrement important pour moi, car c'est lui qui m'a initiée à l'art contemporain. Il a été un élément déclencheur dans ma décision de faire de ma passion mon métier. 

Dès mes études, je me suis intéressée de près à l'art contemporain. J'ai visité de nombreuses expositions de galeries et de musées, et j'ai passé beaucoup de temps à la cantine de l'Académie à Munich, où j'ai pu échanger avec des artistes. Après avoir terminé mes études d'histoire de l'art, j'ai travaillé à Berlin en tant qu'assistante de projet pour la grande exposition « Metropolis ». Ce travail m'a permis de découvrir toutes les facettes des tâches d'une commissaire d'exposition, et m'a préparée à la suite de ma carrière. J'ai ensuite dirigé l'espace d'art non-lucratif Daxer, à Munich, où j'ai présenté des positions artistiques internationales des années 1980 et 90, en mettant l'accent sur des installations conceptuelles et des installations contextuelles. À partir de 1995, j'ai organisé la contribution de la photographe Katharina Sieverding au pavillon allemand de la 47e Biennale de Venise, ainsi que plusieurs expositions individuelles dans de grands musées internationaux. Quatre ans plus tard, j'ai pris la direction de l'association artistique du Kunstverein Braunschweig, où j'ai offert à la jeune création expérimentale un forum de confrontation créative. De 2006 à 2010, j'ai dirigé la Staatliche Kunsthalle de Baden-Baden où j'ai organisé des expositions autour de l'évolution de l'art dans la société. Depuis 2010, je suis directrice du mumok ! Pas à pas, je suis passée d'une entreprise unipersonnelle à la direction de ce grand musée d'art moderne et contemporain.  

2. Le mumok se distingue par son architecture exceptionnelle et sa collection de grande qualité. D'un point de vue personnel, est-ce l'aspect visuel d'une œuvre d'art ou l'histoire qui se cache derrière qui a le plus d'importance pour vous ?

J'accorde beaucoup de valeur aux artistes dont le travail modifie de manière significative les approches et la pensée sur l'art, et qui sont ensuite considérés par d'autres artistes comme un phénomène de leur temps. 

3. L'un des credo d'Artsper est de démocratiser le marché de l'art. Un grand nombre de nos clients ne sont pas des collectionneurs établis, mais plutôt des novices qui commencent tout juste leur collection. Quels conseils leur donneriez-vous pour leur premier achat d'art ? 

Je conseille aux personnes qui souhaitent commencer à collectionner de voir autant d'expositions que possible. De nombreuses institutions artistiques ont des programmes de cercles d'amis qui sont passionnants. Avec les amis du mumok par exemple, nous visitons des expositions, des foires, des collections privées ou encore des ateliers d'artistes ! Les éditions sont une possibilité d'acheter à un prix relativement bas des œuvres d'art de jeunes artistes émergents ou d'artistes établis. Le mumok publie régulièrement des éditions d'artistes exposés au musée.  

Rencontre avec Karola Kraus - illustration 1
Rencontre avec Karola Kraus - illustration 1

À gauche : Wolfgang Tillmans, Around Ten Years Around Me, 2022  / À droite : Kiki Kogelnik, War Baby, 1972 

4.Vous avez été la commissaire du pavillon autrichien de la Biennale de Venise cette année, avec Jakob Lena Knebl et Ashley Hans Scheirl. Comment pensez-vous la curation de votre espace personnel ? À quoi prêtez-vous attention ?

Dans mon appartement, je m'entoure de tableaux, de sculptures, de photographies ou de dessins qui invitent non seulement à la contemplation, mais aussi à une utilisation active. Ainsi, des objets de mon quotidien tels que ma garde-robe, ma table à manger, mon canapé ou encore mes lampes ont été conçus par des artistes ! 

5. Sur Artsper, comme dans la collection Grässlin, on trouve des artistes comme Baselitz, Imi Knoebel et Manuel Ocampo. Pouvez-vous nous citer une œuvre préférée de votre collection et du mumok ? Et pour quelle raison les avez-vous choisies ?

De ma propre collection, je dirais une « Kinderstern » (étoile pour enfants) d'Imi Knoebel. Depuis 1988, Knoebel publie des étoiles pour enfants en projet continu. Les recettes sont reversées entièrement à des associations pour les enfants en difficulté. J'aime l'idée de pouvoir acquérir un bel objet tout en soutenant une initiative humanitaire. 

Au mumok, en ce moment, je me réjouis tous les matins de voir la grande araignée en peluche La Vedova Blu (La Veuve bleue) de Pino Pascali, qui est le prélude de notre exposition anniversaire « L'animal en soi - Créatures dans (et hors) de la collection mumok ». Elle éveille la curiosité et déstabilise en même temps, car c'est une représentation altérée, irréelle, absurde et féerique de l'araignée. Mais je suis aussi fière des œuvres de femmes artistes des années 60 et 70 que nous avons au musée, cette période étant très largement dominée par les hommes. Actuellement, on peut voir entre autres la « Snake Lady » (1969-71), une Méduse contemporaine de Jann Haworth, le « War Baby » (1972) de Kiki Kogelnik ainsi que des œuvres d'Helen Chadwick et d'Erica Rutherford.

Rencontre avec Karola Kraus - illustration 1
Rencontre avec Karola Kraus - illustration 1

À gauche : Jann Haworth, Snake Lady, 1969-1971 / À droite : Imi Knoebel, Kinderstern, depuis 1988 

6. Votre activité internationale en tant que directrice de musée et commissaire d'exposition vous a permis de rencontrer des institutions les plus variées. Qu'est-ce qui rend le mumok si particulier pour vous ? Et quels sont les défis que vous y rencontrez dans votre rôle ?

Je dirais que la richesse du mumok est que c'est un musée extrêmement vivant. Grâce à notre programme de médiation, destiné à toucher de nombreuses catégories de personnes, nous sommes en dialogue permanent avec un public spécialisé autant qu'un public large et très varié. 


Sélection d'œuvres d'art

La Mère & la Fille / Mother and Daughter - 1913, Egon Schiele

La Mère & la Fille / Mother and Daughter - 1913

Egon Schiele

Edition - 80 x 58 cm

1 800 €

Lovers, 1917 (Mann und frau, umarmung), Egon Schiele

Lovers, 1917 (Mann und frau, umarmung)

Egon Schiele

Edition - 74.5 x 52 cm

790 €

An meine Grüne Seite 07-29, Imi Knoebel

An meine Grüne Seite 07-29

Imi Knoebel

Peinture - 20 x 15 x 5 cm

16 000 €

La Fille en rouge / The Girl in Red, 1913 (Standing woman in red / Stehende Frau in Rot), Egon Schiele

La Fille en rouge / The Girl in Red, 1913 (Standing woman in red / Stehende Frau in Rot)

Egon Schiele

Edition - 70 x 50 x 1 cm

680 €