• € (EUR)
  • Besoin d'aide

Elisabetta Martinez

Diana, 2018

Peinture : techniques mixtes 120 x 80 x 2 cm

2 500 €

Proposer un prix

Ajouter à ma wishlist
LOADING NOT DISPLAYED BLUR TEXT
Second NOT DISPLAYED BLUR TEXT

Essayez gratuitement l’œuvre chez vous pendant 14 jours

Entreprises: Leasing à partir de 77 € / mois Une question? Contactez nos experts
Imaginez-la chez vous
Elisabetta Martinez, Diana

À propos de l'œuvre

Œuvre vendue en parfait état

Diane Elle est la déesse romaine de la chasse, sœur d'Apollon et fille de Jupiter et de Latone, patronne des campagnes, des animaux sauvages et des torrents ; elle était la maîtresse de la fertilité; protectrice de l'accouchement et des femmes en travail, elle avait aussi le pouvoir de la royauté. Représentée avec un arc et un carquois et entourée d'arbustes et d'animaux, elle était réservée mais aussi maussade et vengeresse. De nature nourricière et destructrice, totalement indépendante de la domination de l'homme, elle est restée à jamais chaste. Son sanctuaire a été construit surplombant le lac de Nemi dans les collines d'Alban ; plus tard, le roi Servius Tullius fit construire un temple sur la colline de l'Aventin, où se tenaient les célébrations du cycle de l'aube et du crépuscule, l'union entre le soleil et la lune. Avec un visage fier et observateur, la Déesse regarde la ville depuis ses bois ; sur son visage l'éclat doré du soleil et les nuances géométriques des bleus clairs sont les empreintes des palais et des temples de la ville. Diane de Nemi ; Diane des bois, fière et hautaine, ne descend pas ; elle reste dans son temple, dans ses bois sacrés ; elle regarde des arbustes, des textures de fuseaux sombres, et regarde d'en haut avec son regard lunaire. La bouche, un froncement de sourcils aux couleurs or et roux, affiche une distance fière et féroce. Diana attend et n'accueille qu'un câlin d'une brise qui peut ébouriffer les cheveux et les feuilles.
Lire plus
À propos du vendeur
Ettore Mildwin Art • Cesena, Italie

Vendeur certifié

Technique
Peinture: techniques mixtes
Dimensions cm inch
120 x 80 x 2 cm
Encadrement
Non encadrée
Tirage
Œuvre Unique
Authentification
Œuvre vendue avec facture de la galerie et certificat d’authenticité
Signature
Oeuvre signée à la main
Couleurs

Beige

bleu foncé

Tags

Personnages

Visages

Thèmes

Livraison dans le monde entier

L'œuvre est disponible en retrait en galerie à Cesena, Italie ou peut être livrée à l'adresse de votre choix sous 1 à 2 semaines après validation de votre commande. L'œuvre est assurée pendant le transport, il n'y a donc aucun risque pour vous.
Provenance de l’œuvre: Italie En savoir plus sur la livraison

Retour gratuit

Les frais de retours sont gratuits et nous vous remboursons intégralement. En savoir plus sur les retours gratuits

Paiement et Garantie

Vous pouvez régler par carte bancaire, Paypal ou virement uniquement en Euros. Sachez que nous prenons les fraudes et le respect de vos informations confidentielles très au sérieux, c'est pourquoi tous les paiements sont sujets à une validation 3D Secure. En savoir plus sur le paiement
Artsper travaille uniquement avec des galeries professionnelles et vous garantit l'authenticité et la provenance des œuvres. En savoir plus sur la garantie Artsper
Découvrez les œuvres en édition de Elisabetta Martinez
Elisabetta Martinez

Elisabetta Martinez

Italie • Né(e) en: 1963

Artistes Peintres

Artistes Éditions

Artistes Italiens

Une autre Rome dans la chambre

Un voyage dans la Ville Éternelle, Rome, ses monuments et ses déesses, avec les yeux du rêve et la magie de l'éveil.

Ferme tes yeux. Imaginez Rome. Toutes les photos que vous avez vues, les films, vos souvenirs. D'accord, c'est bon. Mais si vous êtes Elisabetta Martinez et que vous faites la même chose, vous obtenez quelque chose de différent. C'est une autre Rome dans la pièce. Les visions deviennent des rêves. Les monuments deviennent des murmures. Les déesses deviennent des étreintes. Entrer dans ce projet, c'est comme plonger dans une autre dimension, où Rome se dresse devant vous transfigurée, respirant profondément et calmement, mâchant vos attentes et vos représentations.

J'ai rencontré les œuvres d'Elisabetta frappées par ses "grands visages", leur regard volumineux se transformait rapidement en une flamme de souvenir : en inhalant cette fumée sacrée, je me suis fait jeter dans une autre Rome. Les couleurs parlaient doucement mais puissamment, prenant forme autour de mon imagination et j'ai commencé mon voyage dans cette étonnante « nouvelle » ville. L'équilibre entre la douceur de ces visions et la solidité de l'importance de Rome m'a fait tomber amoureux de ces œuvres. Et j'ai tout de suite eu envie de partager ces émotions avec toutes les personnes qui, dans le cadre des contraintes mondiales pandémiques, ne sont pas en mesure d'atteindre physiquement la Ville Éternelle. De cette façon, n'importe qui peut marcher à nouveau à l'intérieur de Rome et avoir une autre Rome dans la pièce.

Ma Rome, Elisabetta parlant

Rome, trop grande pour moi, sans limite dans sa complexité historique et narrative ; ce n'est que comme cela, c'est-à-dire réduit à de petits morceaux et à des géométries simples, qu'il peut être reconnu et raconté à travers mon interprétation. Jusqu'au XVIe siècle, on ne voyait pas grand-chose du fleuve Tibre dans les vedute (vues en italien) ou l'impression figurative de paysage urbain, sinon dans les plans de ville et les topographies, mais alors avec les vedutisti (les peintres de vedute) et la perspective de la Renaissance, elle fera l'objet de nombreuses vedute, même si ce n'est qu'au XVIIe siècle qu'elle s'inscrit pleinement dans le « vedutisme », ce genre particulier de peinture représentant des paysages urbains. La vue s'élargit alors en images en perspective du fleuve, des ponts et des usines ; de grands et importants bâtiments accompagnés de scènes et de ruines familières, des traces du passé sur le point de s'effondrer et d'être à jamais perdues, des reliques gravées et figées sur la toile.

Le Tibre volait et participait à l'étirement du temps et de l'espace, au mouvement de l'eau et des hommes, aux fêtes religieuses et païennes, aux rituels et processions propitiatoires sur l'eau, aux feux d'artifice ; tandis que la taupe d'Hadrien (appelée château Saint-Ange) dans son immobilité, comme un gardien immobile, regardait ces reflets fugitifs sur le fleuve, révélant si souvent la précarité de tout ; et tout, une fois le spectacle terminé, s'effacerait et redeviendrait noir… à la fois précarité et contemporanéité. Néanmoins, le vrai paysage, les ponts; les berges et les arbres sont toujours là… Ponts, Dômes, Murs et Structures, formes puissantes et puissantes, grands monolithes-signes de la ville construits avec des rochers cyclopéens et des mortiers gras. Ces parties du tissu conjonctif urbain représentent ce qui lie, soutient et colle ainsi que divise, sépare et isole ; une « double » perception d'une même réalité.

Cette collection d'œuvres est issue de ce jeu sans fin d'union puis de séparation, dans un parcours fluctuant et visionnaire, d'une perception onirique, toujours oscillant entre mystère et réalité. La ville bruyante et rapide s'immobilise, figée dans ses éléments primaires antiques : arcs et lignes droites, dômes et ponts, murailles et fleuve, autant de symboles ancestraux de notre imaginaire.

BIO

Né à Rome. J'ai consacré ma vie à l'art depuis 1978, lorsque ma formation artistique a commencé dans l'atelier d'art de mon père, Maestro Luigi Martinez. Au cours de ces années, tout en suivant des cours de peinture, de sculpture et de gravure, j'ai d'abord étudié pour mon diplôme d'études secondaires scientifiques, puis en 1989, j'ai obtenu mon diplôme d'architecture à l'Université "La Sapienza" de Rome. C'est alors que j'ai commencé ma carrière. en tant qu'architecte dans mon propre studio à Rome et, presque simultanément, je suis devenu assistant bénévole à la Faculté d'architecture.

La passion de la peinture m'a accompagné tout au long de ces années, à commencer par les premiers dessins au crayon ou à l'encre, où j'ai commencé à expérimenter et à me concentrer sur le thème du visage… C'étaient des représentations essentielles et minimales, faites de quelques signes et nuances, représentant séquences de faces superposées et imbriquées dans un continuum de lignes courbes. La peinture à l'huile et sa fascination ne m'ont conquis que plus tard et m'ont conduit à de nouvelles expérimentations picturales, dans le cadre des paysages urbains et de la peinture figurative. Mes travaux actuels sont le résultat direct de ces premières expériences. Ils parlent de figures féminines flottantes, repliées sur elles-mêmes entre rêve et réalité ; des visages pensifs et ravis de sommeil ; décomposé et réassemblé par des éléments géométriques et des "coupes" qui interrompent la continuité figurative pour donner une nouvelle interprétation de la forme.

"Géométries et Formes" sont les thèmes de mes études et recherches et suivent deux voies expressives que je poursuis simultanément. D'une part, l'étude du corps humain féminin replié sur lui-même, absorbé dans un espace intérieur de méditation et de douce détente, interrompu dans sa continuité formelle par des rubans superposés et des rythmes géométriques, jamais compris dans l'espace réduit de la toile. Le dessin reste un indice, inachevé, abstrait, laissant de grandes parties de la toile incomplètes et sans bords. D'autre part, je me concentre sur des œuvres basées sur des formes archétypales, de mystérieuses figures primitives et symboliques apparaissent sur des fonds informels… Des traces, des empreintes de divinités intemporelles, définies par de grandes et riches ébauches de couleurs.Des figures inspirées par les géants de Nemrut Dagi en Turquie, les temples du Bayon au Cambodge, les sculptures cyclopiques de l'art égyptien et des Grands Bouddhas.

Ce processus se déroule à travers une représentation sans fin qui laisse au regard et à l'esprit la possibilité de lire une image, délimitée par des structures ouvertes et dynamiques, où l'on peut saisir quelque chose d'invisible ; quelque chose que nous avons à l'intérieur et qui ne peut être décodé que par notre regard intérieur. Dans mes dernières œuvres, j'expérimente la construction du paysage urbain de Rome, interprété et résumé dans ses signes et éléments de composition primaires ; le sectionner et le remonter à partir de ses éléments fondateurs ; arcs, dômes, pans de murs, blocs et dalles de marbre, toujours à la recherche d'une représentation concise et récapitulative des formes. L'utilisation de la peinture à l'huile pure, appliquée dans les séquences et les superpositions suivantes, crée des nuances, des textures et des transparences… le fusain reste souvent comme une trace de ce qui était l'esquisse initiale ou comme un glacis qui gâche la couleur… de petites applications de feuilles d'or ou d'argent s'élargissent les plans de lecture, et la spatule est l'outil principal du geste créatif.

Lire plus
Autres œuvres de Ettore Mildwin Art