Vous souhaitez offrir une oeuvre d’art ? Découvrez notre guide de Noël

Ralph Samuel Grossmann, Série Botanica / Le Coquelicot (papaver rhoeas)

Ralph Samuel Grossmann Série Botanica / Le Coquelicot (papaver rhoeas), 2012

Mise en situation Photographie 63 x 86 x 4 cm 1 exemplaire restant 2 800 €
+398 € de frais de livraison en Etats-Unis Livraison : Une à deux semaines
Ajouter à ma wishlist Parmi nos dernières oeuvres de l'artiste 5 personnes visitent cette page
Ralph Samuel Grossmann, Série Botanica / Le Coquelicot (papaver rhoeas)
Description
  • Proposée par la galerie

    Galerie Nathalie Béreau
    Chinon - France

  • Authentification

    Oeuvre vendue avec certificat d’authenticité

  • Signature

    Oeuvre signée

  • Technique

    Photographie : C-print sur papier d'art

  • Tirage

    Oeuvre numerotée et limitée à 9 exemplaires

  • Dimensions cm | inch

    63 x 86 x 4 cm

  • Encadrement

    Cadre avec vitre en verre en bois blanc

  • A propos de l'oeuvre

    Tirage C-Print (8 ex. + 1AP) et signé par le photographe.
    Diptyque.
    Ralph Samuel Grossmann ©ADAGP Paris 2015.

    Cette série photographique présente deux réalités coordonnées. Toutes parlent de l’effet de la diffraction de la lumière. Cet effet permet à la couleur d’être révélée.

    Des friches urbaines existent dans toutes les villes. Elles sont souvent localisées autour des axes ferroviaires et des cours d’eau. Autour des axes ferroviaires elles constituent un vecteur de la dissémination des espèces florales. Mais pour en arriver là, il faut que les fleurs aient été vues par des insectes pollinisateurs. Elles jouent alors sur la couleur.

    C’est l’incidence des rayons lumineux sur la surface qui restitue la couleur. Dans les objets que nous voyons autant que dans les capteurs numériques ou argentiques des appareils photos.
    Les friches photographiées sont ainsi curieusement frappées d’un phénomène lumineux rémanent. A la fois décrites dans leur réalité, et subtilement altérées par de visibles diffractions lumineuses, elles s’offrent à une interprétation sur la nature du regard. Tout cadrage est déjà une modification du réel, une tentation de l’interpréter.

    Sur ce prologue, l’artiste récolte dans ces friches urbaines, les plantes en floraison au long du printemps et de l’été 2011. Il dresse ainsi un catalogue de plantes sauvages qui peuplent ces endroits ingrats. Pour réaliser leur portrait, il reprend l’idée de la photographie d’identité.

    Un fond blanc-gris, une lumière flash, une vision frontale de la plante. Elle est positionnée dans un vase de porcelaine blanche, elle est décrite dans son élévation, comme si nous la voyions de plein pied. Elle a été coupée et se fait photographier encore pleine de vie et de sève.
    Ce geste simple, élève le niveau d’attention : il offre à la plante un podium pour qu’elle révèle son architecture unique et spécifique.

    La plante est ainsi décrite selon son phénotype (apparence). La méthode botanique est systématisée au cours du 18ème siècle, dans le même temps que la porcelaine est développée en Europe. La série dans sa mise en scène de l’identité botanique, porte ce souvenir, mais s’ouvre aussi sur notre époque.

    Car de chaque image six échantillons microscopiques sont prélevés et agrandis. Ils forment une vision microscopique de la diffraction des rayons lumineux dans la couleur des fleurs et des feuilles. Ainsi chaque plante est vue par deux images, en miroir l’une de l’autre. Identité : macroscopie et Détail : microscopie. Réalité pure et interprétation subjective sont ainsi corrélées, associées. D’un côté le réel de l’autre la matière quasi picturale de la lumière diffractée.

    Au final cette série nous invite à redécouvrir le foisonnement floral qui existe dans l’espace urbain autant que la sensation neuve que la connaissance scientifique peut apporter à notre sensibilité, à notre façon de regarder.

    Les friches se révèlent dans la lumière et offrent un temps de respiration dans notre mode de vie urbain. L’image et son association mentale révèlent notre imaginaire contemporain.

    La distance clinique de la photographie d’identité est déplacée, par la liberté des associations conceptuelles, vers un lieu poétique et sensible où chaque plante affirme avec ténacité sa couleur, son architecture, son caractère.

    - Ralph-Samuel Grossmann, juin 2012

      Tags
    • botanique

    • coquelicot

    • photographie

    • fleurs

    • abstrait

Livraison

Artsper livre les oeuvres dans le monde entier via des transporteurs spécialisés.

L'oeuvre peut être livrée à l'adresse de votre choix sous 1 à 2 semaines après validation de votre commande. L'oeuvre est assurée pendant le transport, il n'y a donc aucun risque pour vous.
Paiement

Vous pouvez régler par carte bancaire, Paypal ou virement. Sachez que nous prenons les frauds et le respect de vos informations confidentielle très au sérieux, c'est pourquoi tous les paiements sont sujets à une validation 3D Secure.

Garantie

Artsper travaille uniquement avec des galeries professionnelles et vous garantit l'authenticité et la provenance des oeuvres.

Partagez cette oeuvre
Contacter nos experts

Une question sur l'oeuvre ? L'artiste ? La livraison de l'oeuvre ?

Ralph Samuel Grossmann

Né(e) en: 1968

France

Ralph Samuel Grossmann est un plasticien photographe contemporain français né en 1968. Après des études aux États-Unis, il a vécu à Paris puis Berlin et vit actuellement à Paris.

De logique sérielle, ses œuvres sont consacrées au paysage et à sa représentation. Abordant ce thème par la photographie, la sculpture ou le dessin, il privilégie les dispositifs d'observation qui sont détournés de leur pure logique scientifique et intègrent une réflexion sur l'impact de la science dans notre perception de la nature.

Ses premières séries ont été présentées en 2001 à New York par la Galerie Nikolai Fine Art, puis à Paris en 2005 par la Galerie Maisonneuve. C'est cette galerie qui le fait connaître au public international à Paris et sur diverses foires d'art (Liste Basel, 2006 ; Art Basel Miami 2007). Il poursuit ses activités à Berlin entre 2008 et 2012.

Les diverses séries de Ralph Samuel Grossmann se répondent en écho et impliquent pour chacune un focus spécifique sur l'un ou l'autre aspect du paysage et de sa construction par le regard, la technologie et la science. Parmi ses séries, Le Monde Voilé, un projet mêlant photographie et sculpture (parution d'un catalogue), la Biennale de photographie de Thessalonique (Topos, 2010 - Grèce) (parution d'un catalogue collectif), le Domaine de Chaumont-sur-Loire, l'Institut français de Mayence- Allemagne, le Musée de la mer de Cannes, toujours en exposition monographique.

Développée à Berlin entre 2010 et 2011, la série Botanica/Lumière Diffractée est exposée à Berlin en 2010 à la Fondation Alfred Ehrhardt, puis à Paris en 2012 par la Galerie Nathalie Béreau (Salon Cutlog). Cette série sera présentée lors de la saison 2014 de la Programmation Culturelle du Domaine de Chaumont-sur-Loire, constituant pour l'artiste sa seconde invitation par cette institution.

Lire plus

Ralph Samuel Grossmann, Série Botanica / Le Coquelicot (papaver rhoeas)
Ralph Samuel Grossmann, Série Botanica / Le Coquelicot (papaver rhoeas)

Nous livrons en Etats-Unis

Toutes les oeuvres sont emballées et envoyées par des professionnels.

Essayez l'oeuvre chez vous !

Si l'oeuvre ne vous plaît pas retournez la gratuitement et soyez intégralement remboursé.