Vous souhaitez offrir une oeuvre d’art ? Découvrez notre guide de Noël

Philippe Huart, Effets secondaires – Passionate Love (R3)

Philippe Huart Effets secondaires – Passionate Love (R3), 2018

Sculpture 22.8 x 16.1 x 13.8 inch 2 exemplaires restants

949 $

+154 $ de frais de livraison en Etats-Unis Livraison : Une à deux semaines

Faire une offre

Comment ça marche
Ajouter à ma wishlist 10 personnes visitent cette page
Philippe Huart, Effets secondaires – Passionate Love (R3)
Description
  • Proposé par

    Galerie LOFT
    Paris - France

  • Authentification

    Oeuvre vendue avec certificat d’authenticité

  • Signature

    Oeuvre signée dans le moule

  • Technique

    Sculpture : Résine

  • Tirage

    Oeuvre numerotée et limitée à 130 exemplaires

  • Dimensions cm | inch

    22.8 x 16.1 x 13.8 inch

  • Guide du collectionneur

  • A propos de l'oeuvre

    Effets secondaires – Passionate Love (R3)

    Dans cette version « Rouge et blanc » de la série Effets Secondaires, Philippe Huart travaille la bichromie dans sa variation spatiale. Les trois gélules emboitées les unes aux autres peuvent être placées sous différents angles qui offrent une dimension multiple à l’œuvre.
    Son titre évoque évidemment l’amour sous toutes ses formes, de la passion à la jalousie, en passant par le cœur palpitant, le drame et la vie. La pureté et la limpidité du blanc qui absorbe et réfléchit la lumière renforce encore l’aspect fascinant de l’objet surdimensionné et esthétisé, devenu support de désir.

    -----
    Effets secondaires, l’objet transmué.

    Face à nous trois capsules se rencontrent et s’accouplent dans un étonnant ballet. La peau lisse et soyeuse, des couleurs chatoyantes, des formes galbées… cet objet du quotidien agrandi puis recomposé est projeté dans une nouvelle réalité. Devant nos yeux la gélule s’esthétise et se métamorphose.
    Le chemin qu’elle emprunte ici, c’est celui de Philippe Huart, artiste de la perception et de l’illusion. A la fois thème récurrent de son œuvre et expérience unique de réflexion autour du volume, ces gélules deviennent supports et prétextes.
    Au départ elles représentent le médicament, élément salvateur, remède qui éloigne les maux, des plus légers aux plus graves. Cette dimension positive est suggérée par sa moitié blanche, symbole de pureté et de propreté, qui nous protège et nous rassure.
    Mais tel Janus, la gélule est double. Elle possède une autre extrémité, une autre face dont la couleur vive et tranchante offre une nouvelle perspective.
    Du rouge de l’amour on peut facilement tomber dans celui de la violence et du sang. Du bleu de l’espace évoquant dans un premier temps le ciel, la mer et la sérénité, on peut chavirer dans un bleu hypnotique qui nous happe et nous isole.
    Fascinés par ces couleurs, nous voilà dès lors prêts à plonger dans les dérives et à sombrer dans les addictions qu’elles symbolisent.
    Effet secondaire… le miracle se transforme en obsession. Il en faut plus, toujours plus, notamment lorsqu’on perd pied et que la réalité se déforme. Plus l’objet est beau, plus il attire, plus il est grand, plus il absorbe notre regard.
    Depuis Duchamp la mutation de l’objet n’est pas rare en art. Elle est ici multiple. La perte de sa valeur utilitaire en fait un objet désormais culturel. Sa surdimension, rappelant les reproductions géantes d’objets du quotidien de Claes Oldenburg, secoue notre conception de l’espace. Quant aux couleurs et à la brillance de sa texture, on pense évidemment aux artistes pop et à la subjugation de l’objet à une époque de surconsommation.
    La beauté devient terrain de dépendance. Posséder, améliorer, envier… l’esthétisme nous procure une gamme extraordinaire d’émotions et de sensations, des plus fabuleuses aux moins avouables. Il est le support d’un imaginaire sans limites et des « effets secondaires » qu’il provoque par la cristallisation des désirs et des espoirs qu’il fait naitre.

    Ainsi décontextualisée la gélule n’est désormais plus l’antidote. Elle est la sublimation ultime de nos addictions contemporaines.

    Effets secondaires, la nouvelle édition de la Galerie LOFT en collaboration avec Philippe Huart, dix ans après sa première réalisation de gélules en porcelaine, est tirée à 130 exemplaires. Elle regroupe deux modèles de gélules réalisées en poly-résine colorée et assemblées en trio.
    Le premier modèle (R3) – numéroté de 1/130 à 65/130 – est formé de trois gélules rouges et blanches. Le second (R2B1) – numéroté de 66/130 à 130/130 – est composé de deux gélules rouges et blanches entourant une gélule blanche et bleue.

Livraison

Artsper livre les oeuvres dans le monde entier via des transporteurs spécialisés.

L'oeuvre est disponible en retrait en galerie à ( Paris, France) ou peut être livrée à l'adresse de votre choix sous 1 à 2 semaines après validation de votre commande. L'oeuvre est assurée pendant le transport, il n'y a donc aucun risque pour vous.
Paiement

Vous pouvez régler par carte bancaire, Paypal ou virement. Sachez que nous prenons les frauds et le respect de vos informations confidentielle très au sérieux, c'est pourquoi tous les paiements sont sujets à une validation 3D Secure.

Garantie

Artsper travaille uniquement avec des galeries professionnelles et vous garantit l'authenticité et la provenance des oeuvres.

Partagez cette oeuvre
Contacter nos experts

Une question sur l'oeuvre ? L'artiste ? La livraison de l'oeuvre ?

Philippe Huart

Né(e) en: 1953

France

Philippe Huart est né en 1953 à Clamart (France). Il vit et travaille aujourd'hui à Paris. Après des études à l'Ecole Supérieur des Arts Modernes de Paris, il devient illustrateur et graphiste pour des éditions littéraires et phonographiques jusqu'en 1991, où il se consacre définitivement à la peinture. Il participe à de nombreuses expositions, individuelles ou collectives, tant en France qu'à l'étranger. Philippe Huart cherche à démonter l'effet que peuvent avoir la publicité, le marketing et la consommation sur notre inconscient. Sa peinture est fondée sur la réalité objective qu'il n'y a rien d'autre que ce que l'on voit. La perception picturale n'a pas d'abord à faire à des objets, mais à des formes et des rythmes. "C'est ce qui me motive lorsque je cadre au plus serré mes images réduites à des fragments." L'oeuvre picturale est suffisamment précise, explicite dans un monde où l'image est devenue vecteur de communication essentielle. Ce sont ces images qui déclenchent chez Philippe Huart son processus d'expression. L'artiste ne traite pas des éléments de la vie quotidienne, mais de ses signes. Ces signes sont accumulés dans notre environnement, qu'ils soient domestiques ou publics, au point de n'être plus perçus. Leur accumulation et leur fréquence les banalisent, mais la juxtaposition et la superposition de leurs fragments agrandis nous les donnent à voir comme s'ils étaient à la fois nouveaux, bien que familiers. Par son activité de peintre et par le choix de ses sujets, Philippe Huart nous montre la relation que nous entretenons aux objets dont nous peuplons notre univers. Cette peinture n'est pourtant pas celle d'un artiste qui adopterait une position neutre, elle porte les réflexions de son auteur sur notre monde et sa culture, qui sont un constat de notre quotidien.
Lire plus

Philippe Huart, Effets secondaires – Passionate Love (R3)
Philippe Huart, Effets secondaires – Passionate Love (R3) Philippe Huart, Effets secondaires – Passionate Love (R3) Philippe Huart, Effets secondaires – Passionate Love (R3)

Nous livrons en Etats-Unis

Toutes les oeuvres sont emballées et envoyées par des professionnels.