Une rencontre avec Kristina Hammer : la directrice du festival de Salzbourg accueille Artsper sur la scène de l'opéra

Kristina Hammer © SF/Erika Mayer

Cette semaine, Artsper a eu le plaisir de rencontrer la  directrice du festival de Salzbourg, Dr. Kristina Hammer ! Le Festival est un événement annuel majeur de la scène culturelle internationale et une plateforme d'expression exceptionnelle pour la musique, l'opéra, le théâtre et la danse. Notre équipe s'est entretenue avec sa directrice sur son parcours professionnel, les particularités de l'édition 2023 de ce festival multidisciplinaire ainsi que ses sources d'inspiration artistiques personnelles. Bienvenue dans le monde de Kristina Hammer !

1. Pourriez-vous nous en dire plus sur votre parcours professionnel et les leçons que vous avez apprises en chemin ?

Procédons de manière chronologique. J'ai commencé ma carrière de manager dans la belle ville de Vienne en tant que directrice du magasin de mode Steffl. Pendant cette période, j'ai pu observer comment le commerce changeait de cap. Que ce soit dans les achats, la présentation des marchandises et les services, il s'agissait de plus en plus de placer les clients et leurs besoins au centre des préoccupations, c'est devenu mon leitmotiv. J'ai ensuite rejoint l'industrie automobile en Grande-Bretagne. La Ford Motor Company regroupait des marques haut de gamme de différents pays, par exemple Jaguar, Land Rover et Aston Martin d'Angleterre, Volvo de Suède et Lincoln des États-Unis. Cet ensemble exigeait une compréhension claire des différents noyaux de la marque, des compétences interculturelles et le fait de savoir que le progrès et l'innovation sont les éléments essentiels du succès de demain.  

Ensuite, j'ai pu diriger la communication globale de la marque Mercedes-Benz au siège social de Stuttgart. Une tâche exigeante qui demandait, outre la connaissance de différents marchés, de se concentrer sur des segments de clientèle jusqu'alors négligés : comment accéder aux plus jeunes sans perdre les « best agers » ? Comment rendre une marque plus attrayante pour les femmes ? Quels canaux de communication utiliser pour susciter la convoitise du groupe cible ? Ces questions portent également sur des thèmes aussi importants que la durabilité et la diversité. Plus tard, j'ai dirigé ma propre entreprise de conseil à Zurich et j'y ai appris ce que cela signifiait d'individualiser l'offre en fonction du client, de placer ses besoins au centre et d'adapter la façon de vendre en conséquence.  

2. Quel sont vos liens avec le secteur culturel ?

J'ai grandi dans une famille qui aime la culture, et dès mon enfance, j'ai assisté à d'innombrables représentations d'opéras, de salles de concert et de théâtres, en Suisse et à l'étranger. Je n'étais pas seulement intéressée par la découverte avec les œuvres, les mises en scène et les performances des artistes, sur scène et dans l'orchestre. Non, ce qui m'a toujours fascinée, c'est la machine qui se trouve derrière. En bref, tout ce qu'il faut pour qu'une maison comme celle-ci puisse fonctionner. Je pense à la multitude d'activités, dont chacune repose sur le savoir-faire, l'artisanat, l'habileté artistique et l'inspiration - et qui ne rendent possible une œuvre vraiment artistique de grande qualité que lorsqu'elles sont parfaitement coordonnées. 

L'une des expériences les plus intéressantes de ma vie a été de pouvoir vivre personnellement pour la première fois cette collaboration créative dans le cadre de mon activité au sein du comité directeur des Amis de l'Opéra de Zurich. En faire partie, pouvoir y contribuer - c'est devenu pour moi un accomplissement ici, au Festival de Salzbourg.  

3. Comment décririez-vous le festival de Salzbourg en 3 mots ?

La plus haute qualité artistique, un cadre unique au cœur de l'Europe, et les valeurs confiance et passion.

À gauche Don Giovanni, 2021 / À droite : Orfeo ed Euridice, 2023 © SF/Monika Rittershaus 

4. Qu'est-ce qui rend le festival si spécial et quels sont les points forts de l'édition 2023 à ne pas manquer ?

Le Festival de Salzbourg a été fondé il y a 100 ans, après les terribles expériences de la Première Guerre mondiale, à une époque de pandémie, de détresse, de pauvreté extrême, mais aussi de radicalité politique. L'objectif était de mettre en avant la force de l'esprit et de la créativité humaine comme étant ce qui unit les personnes de nationalités, d'identités, de religions et d'appartenances ethniques différentes. Ainsi, depuis le tout début, l'idée de réconciliation et de paix est au cœur de la programmation du festival. 

La guerre en Ukraine, la première guerre sur le sol européen depuis longtemps, a bouleversé le monde dans lequel nous vivons. Un monde traversé depuis longtemps par une déchirure : une déchirure entre l'Est et l'Ouest, entre les nationalités et les groupes de population, entre les cultures et les genres. Un monde qui semble désormais dessiné en noir et blanc, qui devient de plus en plus mystérieux et dont les nuances se perdent. Que peuvent faire l'art, la musique et le théâtre en de telles circonstances ? L'art ne peut pas sauver le monde et il ne peut pas non plus mettre fin à une guerre. Mais il peut nous aider à faire une pause, à y voir clair et à reprendre espoir dans des moments comme celui-ci. Le festival de Salzbourg en est un brillant exemple depuis plus de 100 ans. 

En tant que présidente, je suis évidemment convaincue que vous ne devriez manquer aucune des 213 représentations du prochain été du festival. L'intrigue de l'opéra « La Passion grecque » de Bohuslav Martinů est d'une actualité intemporelle, et les références aux événements actuels sont indéniables : des réfugiés démunis et ayant besoin d'aide demandent l'asile à une communauté villageoise aisée, ce qui déclenche des conflits implacables. Qui prend parti pour ou contre les personnes chassées de leur pays ? Un destin biographique que le compositeur tchèque Martinů a lui-même partagé. 

Au théâtre, je me réjouis de la version scénique du film culte « Liebe » (Amour) de Michael Haneke. Karin Henkel, qui a récemment mis en scène « Richard the Kid & the King » de manière spectaculaire à Salzbourg, met en scène ce grand discours, pour une approche autodéterminée de la vieillesse, de la maladie et de la mort. 

Et parmi les nombreux concerts phares, il est bien sûr particulièrement difficile d'en choisir un, mais le concert Notturno dans le cadre de l'Ouverture spirituelle à la Kollegienkirche avec le court opéra mystique « Infinito Nero » de Salvatore Sciarrino promet d'être une expérience de festival très particulière.

5. Depuis que vous êtes présidente, avez-vous un moment fort personnel ou une anecdote à partager avec nous, qui représente le quotidien du festival ? 

Le moment qui m'enchante le plus est celui où les artistes arrivent et commencent à répéter. Imaginez par exemple l'arrivée de l'orchestre philharmonique de Vienne... Rien que tous les instruments nécessitent déjà un énorme camion et ensuite se crée cet orchestre unique. Leur souhaiter la bienvenue pour la première fois l'été dernier au nom du festival de Salzbourg a représenté pour moi quelque chose d'infiniment grand. Je les ai entendus jouer tant de fois au cours de ma vie, mais c'est tout à fait différent quand on dit tout à coup : « Bienvenue à Salzbourg pour le festival 2023 », parce que c'est tout simplement vrai : sans l'Orchestre philharmonique de Vienne, c'est un festival - avec eux, c'est le Festival de Salzbourg.

6. Artsper et le Festival de Salzbourg sont liés par un mot-clé : « Jedermann » (tout le monde). L'objectif d'Artsper est de rendre l'art accessible à tous, et cette valeur est perceptible chaque année sur la place de la cathédrale de Salzbourg, 100 ans après la première représentation. Indépendamment du spectacle « Jedermann », comment vous assurez-vous que le festival soit accessible à tous ? Quels projets pour le jeune public avez-vous prévus pour l'édition 2023 ? 

Nous animons la ville de Salzbourg avec deux productions mobiles. Avec 53 représentations ainsi que de nombreux ateliers scolaires, le Festival de Salzbourg propose de mars à fin août une large offre pour les enfants et les jeunes dans les écoles de Salzbourg et dans les centres culturels des environs. De plus, les classes peuvent travailler elles-mêmes de manière créative et approfondie sur une production du Festival dans le cadre de semaines de projet. Elles sont soutenues par des artistes et des pédagogues dans le cadre d'ateliers et d'entretiens.  

Maurice Ravel a écrit l'opéra pour enfants « L'enfant et les choses magiques », qui ravira le jeune public. Giulia Giammona mettra en scène la pièce traduite en allemand par Egon Bloch. La jeune chef d'orchestre allemande Anna Handler assurera la direction musicale. Comme toujours, les participantes du Young Singers Project 2023 chanteront. Les représentations seront précédées d'ateliers d'introduction intitulés Wir spielen Oper.  

Le modèle de parrainage du festival a déjà fait ses preuves l'année dernière : des invités expérimentés du festival partagent leur passion, leur enthousiasme et leurs expériences au festival de Salzbourg avec un jeune public. Ils parrainent des adolescents et des jeunes adultes âgés de 16 à 26 ans qui n'ont encore jamais assisté à une représentation du festival de Salzbourg. Une réception avec présentation de l'œuvre avant la représentation offre un espace pour faire connaissance et pour discuter. Le fait d'assister ensemble à des représentations et d'échanger crée pour les deux parties un accès particulier au monde du festival.  

Lors des quatre camps d'opéra, des enfants de 9 à 17 ans passionnés de musique se plongent dans cet univers lyrique et passent une semaine au château d'Arenberg avec des artistes et des pédagogues expérimentés. Ils se penchent sur des sujets d'opéra et présentent leur propre réinterprétation lors d'une représentation finale publique avec la participation de membres de l'Orchestre philharmonique de Vienne. En 2023, il y aura un camp Jedermann, un camp Figaro, un camp Orfeo et un camp Falstaff. 

De plus, nous vendons 6 000 billets à prix réduit pour les jeunes ; pour l'opéra, le théâtre et le concert ! La réduction va jusqu'à 90% et s'applique aux adolescents et jeunes adultes de moins de 27 ans.

À gauche : Le foyer de la Haus für Mozart © SF/Andreas Kolarik / À droite : Vue extérieure de la Haus für Mozart © SF/Karl Forster

7. Depuis 1920, cet événement est profondément ancré dans la ville de Salzbourg et dans le calendrier culturel des mélomanes du monde entier. Pensez-vous que le festival changera ? Quels changements sont déjà perceptibles et comment pensez-vous que le festival aura évolué lors de son prochain centenaire ?  

Pour maintenir l'idée que l'on se fait du plus beau, du meilleur et du plus important des festivals, il faut faire preuve d'un grand engagement et d'une grande passion pour la cause. Il faut constamment prendre le pouls de l'époque et être souvent en avance sur elle. Il faut changer en permanence sans que le noyau interne, l'idée de base de l'événement ne se fonde. Et tout cela avec un rayon d'action dans le monde entier. 

Il s'agit d'être pertinent pour la société actuelle. Chaque année est placée sous un thème général. Des matières anciennes et nouvelles se rencontrent. Des compositeurs et compositrices dont les œuvres sont à découvrir sont donnés à entendre sous une forme concentrée. Les opéras qui ont établi des normes sont examinés pour voir s'ils sont adaptés à notre époque : un projet ouvert sur le monde qui cherche à explorer les fondements de notre société par des moyens artistiques. Ce faisant, l'art doit aussi nager à contre-courant du courant dominant - l'art n'est pas le courant dominant ! C'est l'essence même de l'art. Le festival a rempli cette mission de manière impressionnante au cours des 100 dernières années et continuera à le faire à l'avenir. Leur rôle social est un rôle de responsabilité, mais aussi d'espace d'expérimentation. 

Il est de notre devoir de maintenir le dialogue avec les 225 000 personnes de plus de 70 nations qui visitent chaque année notre festival - de relier les peuples au lieu de les diviser. Jamais le Festival de Salzbourg n'exclura quelqu'un en raison de sa nationalité ou de son origine.

8. Dans votre travail, vous êtes quotidiennement entourée d'esprits créatifs et d'artistes. Outre votre amour de la musique classique, quels sont les artistes visuels qui vous inspirent ? 

L'année dernière, j'ai pu passer une heure seule dans la « forêt de pixels », mon installation préférée de l'artiste vidéo Pipilotti Rist au Kunsthaus de Zurich. C'était formidable de découvrir cette œuvre tridimensionnelle de manière si intime. Découvrir les changements de couleurs, les sons sphériques, et plus généralement l'interaction entre la lumière, la couleur et le son sous des angles toujours nouveaux. Cette œuvre provoque quelque chose en vous, si vous vous y laissez prendre. Comme une forêt enchantée, mais aussi comme la vraie vie, qui ouvre toujours de nouvelles possibilités selon la perspective. La première fois que j'ai rencontré cette artiste suisse, qui s'appelle en réalité Elisabeth Charlotte Rist, c'était en 1997 à la Biennale de Venise. Cette œuvre s'est gravée dans ma mémoire pour son jeu inattendu de nombreuses contradictions. Cette œuvre de jeunesse s'appelle « Ever is Over all » et elle a ensuite été acquise par le Museum of Modern Art. 

9. Le Grand Festspielhaus est mis en valeur par le peintre et sculpteur new-yorkais Robert Longo, qui est également représenté sur Artsper. Où dans le monde trouvez-vous votre inspiration ? 

Partout dans le monde. J'aime conquérir les villes à pied et les explorer - même les quartiers peu connus. Lors de mes voyages, j'essaie toujours d'avoir assez de temps pour voir une pièce de théâtre intéressante, une nouvelle mise en scène d'opéra ou un concert passionnant. Il est important de savoir et d'apprendre ce qui se crée de nouveau et de passionnant au niveau national et international. De même, il est important pour moi de visiter un musée ou une galerie d'art, cela me donne de la force et de la sérénité. 


Sélection d'œuvres d'art

Photographie, Gabriel's Wing, Robert Longo

Gabriel's Wing

Robert Longo

Photographie - 81 x 132 x 1 cm Photographie - 31.9 x 52 x 0.4 inch

Vendue

Peinture, Petite coupure, Jérémie Iordanoff

Petite coupure

Jérémie Iordanoff

Peinture - 41 x 33 cm Peinture - 16.1 x 13 inch

1 110 €

Peinture, Untitled 707 (Abstract Painting), Jérémie Iordanoff

Untitled 707 (Abstract Painting)

Jérémie Iordanoff

Peinture - 92 x 73 cm Peinture - 36.2 x 28.7 inch

2 466 €

Peinture, Ponds edge, Berit Louise Sara-Grønn

Ponds edge

Berit Louise Sara-Grønn

Peinture - 250 x 200 x 4 cm Peinture - 98.4 x 78.7 x 1.6 inch

12 084 €

Peinture, The dandelion has it's own will, Berit Louise Sara-Grønn

The dandelion has it's own will

Berit Louise Sara-Grønn

Peinture - 197 x 237 x 4 cm Peinture - 77.6 x 93.3 x 1.6 inch

12 146 €

Peinture, Mr.Spoon bender, Berit Louise Sara-Grønn

Mr.Spoon bender

Berit Louise Sara-Grønn

Peinture - 237 x 197 x 4 cm Peinture - 93.3 x 77.6 x 1.6 inch

12 084 €

Peinture, Chaud, Jérémie Iordanoff

Chaud

Jérémie Iordanoff

Peinture - 92 x 73 cm Peinture - 36.2 x 28.7 inch

2 466 €

Dessin, Weinenmüssen, Miriam Cahn

Weinenmüssen

Miriam Cahn

Dessin - 57 x 42 cm Dessin - 22.4 x 16.5 inch

Vendue

Édition, Couple enlacé / Couple embracing, 1901, Gustav Klimt

Couple enlacé / Couple embracing, 1901

Gustav Klimt

Édition - 64 x 48 x 1 cm Édition - 25.2 x 18.9 x 0.4 inch

595 €

Édition, Untitled, Antoni Tapies

Untitled

Antoni Tapies

Édition - 77 x 57 cm Édition - 30.3 x 22.4 inch

2 500 €