• € (EUR)
  • Besoin d'aide

Said Ouarzaz Amal, 2009

Demander plus de visuels

5 400 €

Entreprises: Leasing à partir de 160 € / mois

Faire une offre

Une question? Contactez nos experts
Comment Artsper protège vos achats ?
LOADING NOT DISPLAYED BLUR TEXT
Second NOT DISPLAYED BLUR TEXT

Essayez gratuitement l’oeuvre pendant 14 jours

L'oeuvre est disponible en retrait en galerie à Malaga, Espagne


Ajouter à ma wishlist
Le badge Top Seller

Top Seller

Galeria Samet

Malaga, France

Vendeur Artsper depuis 2017
41 commandes finalisées
Le logo Vetted de Artsper

Vendeur certifié Notre équipe d'experts du monde entier approuve chaque vendeur.

Said Ouarzaz, Amal
Imaginez-la chez vous

simulator

simulator

Tout savoir sur l’œuvre
  • Technique

    Peinture : huile

  • Dimensions cm | inch

    180 x 120 x 3 cm

  • Support

    Peinture sur bois

  • Encadrement

    Caisse américaine en bois noir

  • Dimension de l'oeuvre encadrée

    188 x 128 x 5 cm

  • Tirage

    Oeuvre Unique

  • Authentification

    Oeuvre vendue avec facture de la galerie
    et certificat d’authenticité

  • Signature

    Oeuvre signée à la main

  • A propos de l'oeuvre

    Oeuvre vendue en parfait état

    Sélectionné parmi les illustres et talentueux artistes représentant le Maroc lors de la grande exposition internationale de 2014 à l'Institut du monde arabe à Paris, "Le Maroc Contemporain", Said Ouarzaz est un génial analphabète. Ses œuvres racontent des histoires sans mots. Des histoires peuplées d'animaux, d'hommes et de créatures imaginaires.

    Le génie de Ouarzaz est dans cet alphabet qui n'appartient qu'à lui. Sous la couleur et l'esthétique se cachent fractures et enchantements. Regardez un tableau de Ouarzaz et découvrez son histoire. Regardez-le encore, et encore, et découvrez, chaque fois, de nouveaux détails. Jamais vous n'en ferez le tour...
    Lire plus
Livraison
Artsper livre les oeuvres dans le monde entier via des transporteurs spécialisés. L'oeuvre est disponible en retrait en galerie à Malaga, Espagne ou peut être livrée à l'adresse de votre choix dans moins d'une semaine après validation de votre commande. L'oeuvre est assurée pendant le transport, il n'y a donc aucun risque pour vous.
Provenance de l’oeuvre: Espagne
En savoir plus sur la livraison
Retour gratuit
Profitez de 14 jours d’essai pour trouver la place idéale de votre œuvre d’art. Et si vous changez d’avis, les frais de retours sont gratuits et nous vous remboursons intégralement.
En savoir plus sur les retours gratuits
Paiement
Vous pouvez régler par carte bancaire, Paypal ou virement uniquement en Euros. Sachez que nous prenons les fraudes et le respect de vos informations confidentielles très au sérieux, c'est pourquoi tous les paiements sont sujets à une validation 3D Secure.
En savoir plus sur le paiement
Garantie
Artsper travaille uniquement avec des galeries professionnelles et vous garantit l'authenticité et la provenance des oeuvres.
En savoir plus sur la garantie Artsper
Envie d’aller plus loin ?

Said Ouarzaz

Maroc Né(e) en: 1965
Le génie de Said Ouarzaz

En 1996, Frédéric Damgaard, ce grand découvreur des talents souïris, avait exposé Saïd Ouarzaz. Il parlait à son propos d’une «peinture fulgurante, gestuelle», dans «l’immédiateté». Aujourd’hui, nous retrouvons cette force originelle. Ce peintre autodidacte a créé, à partir de représentations ancestrales, quasi animistes, un univers unique. Ouarzaz n’est pas dans le fil de l’histoire, il est en-deçà ou au-delà de l’histoire, tout comme ses pairs Tabal, Baki, Maimoun ou Ben Ali, mais avec quelque chose de bien à lui. Il n’est pas possible de parler d’art brut ou naïf.

Une école d’Essaouira ou des artistes singuliers ?

Ouarzaz est rattaché à un phénomène qui laisse perplexe nommé parfois l’école d’Essaouira. Selon Mickaël Faure, il n’y a pas d’école d’Essaouira mais « une communauté artistique d’Essaouira – celle des artistes qualifiés de « singuliers » : communauté informelle de créateurs étranges – insolites et fortement individués – et étrangers aux circuits habituels de l’art, comme à ses codes, arcanes et acteurs multiples ». Le même critique relève « quelques dénominateurs communs, par-delà une logique diversité des formes. Ainsi, par exemple, du point coloré, si caractéristique d’une manière picturale forte à Essaouira {…} une manière de peindre le point plus conforme, bien sûr, à l’art africain (ou aborigène) {…}, la couleur, aussi, si présente, variée, maîtresse {et les formes}, les rythmes et leurs motifs souvent répétés et audacieux : comme des entrelacs interrompus de courbes, de lignes ou de superpositions de figures qui se distordent ou s’enchevêtrent ». La peinture de Ouarzaz s’affirme bien dans ce mouvement avec ses figures animales et végétales inspirées par un univers paysan mais ne s’y réduit pas.

« L’art, c’est la terre ! »

Ouarzaz vient bien d’une terre au sud du Maroc et appartient à notre époque. Cependant il échappe à nos classifications. D’ailleurs, pour rejoindre la famille de Ouarzaz, il a fallu entrer dans l’arrière-pays d’Essaouira, là où les alizés ne parviennent pas. On a même quitté les arganiers pour rouler dans des paysages semi-arides. Les oueds sont à sec. La terre est ravinée. Au bout du chemin, sur ces confins berbères, nous sommes finalement allés à pied. La chaleur y était écrasante. Un âne est apparu. Il nous a montré le chemin, le balancement de sa queue, rythmait un temps qui n’était plus le nôtre. Du coup est tombée de nos épaules la contrainte de nos agendas, de nos rendez-vous.

Nous devions abandonner la ligne droite au profit d’un parcours sinueux et entrer dans un autre espace-temps. La maison de Ouarzaz est simple et âpre. Pour se protéger du climat, accueillir la famille, les amis et travailler. L’hospitalité y est infinie. Cette simplicité, la puissance des liens sociaux, la proximité d’avec la terre, l’absence d’éducation scolaire et artistique, en particulier, le rapprochent des aborigènes australiens auxquels on doit la formule « L’art, c’est la terre ! ».

Le temps du rêve

« À propos du peuple aborigène, Marcia Langton a dit que c’était un « peuple artiste ». « L’art pour {eux} est essentiel. Il fonde {leur} identité, {leur} relation à la terre : là est le secret de {leur} survie. {Leur} monde symbolique a toujours structuré {leur} société ». Le même auteur ajoute « La terre c’est les beaux-arts. Plus l’humanité en sera consciente, mieux elle maintiendra la société vivante en harmonie ». Ces oeuvres relèvent du « temps du rêve ». « Un « rêve » en terre aborigène, c’est le nom générique des peintures, des sculptures. Car tout « rêve est régulièrement peint ou sculpté ». Les objets qui accompagnent certaines expositions d’oeuvres aborigènes –boucliers, propulseurs, couteaux de pierre, coiffes et pendentifs en coquille de nacre- illustrent « le continuum entre passé, présent et futur, concept central à l’art et à la culture du désert de l’Ouest ainsi qu’au Tjukurrpa (le temps du rêve) ». Paysan-peintre, Ouarzaz peint aussi des rêves comme des transes et vit dans le temps de la terre. Seulement là où les aborigènes s’approprient un espace avec des codes partagés par les initiés, – leurs peintures valent titres de propriété et sont reconnues en justice au nom d’une tradition pluriséculaire -, Ouarzaz affirme une oeuvre personnelle.

Le daimôn de Ouarzaz

Dans les tableaux de Ouarzaz, on distingue souvent des figures de démons, au sens d’un génie familier, mi-homme mi-animal, un esprit qui nous accompagne. Socrate avait son daimôn qui lui soufflait des réponses. Platon, dans Le Banquet, revient sur ces êtres intermédiaires entre les hommes et les dieux grâce auxquels la divination et la magie sont possibles. On voit certains de ces êtres danser chez Tabal. Le daimôn de Ouarzaz est plus grand, plus fort. Il peut envahir toute une toile et entraîner le spectateur avec lui. La force de l’oeuvre de Ouarzaz tient à ce génie tellurique. C’est lui qui nous conduit vers un monde que l’on dirait proche de celui de Jackson Pollock. Quand Pollock part de l’art occidental pour rejoindre la cosmogonie des Amérindiens, Ouarzaz part de sa terre pour rejoindre une abstraction qui joue du dripping et de techniques renouvelées (dilutions, taches et superpositions).

Dans sa cosmogonie, il y a de la place pour les génies et une certaine modernité. Les traces d’une tradition s’estompent et se noient dans un tourbillon vertigineux de couleurs mais l’énergie initiale ne se défait pas. Ce génie dionysiaque est parfois figuré mais toujours présent.

C’est le génie de Ouarzaz qui mène la danse.

- Alexandre Pajon
Lire plus


Said Ouarzaz, Amal
Said Ouarzaz, Amal Said Ouarzaz, Amal Said Ouarzaz, Amal Said Ouarzaz, Amal