{}

Maxime Drouet

Né en 1980 - France

BIOGRAPHIE

Biographie en cours de finition

Graffeur depuis l’an 2000, Maxime Drouet a, pendant toutes ces années, exclusivement exercé son art sur les trains.
Son nom ne vous dira peut être rien mais vous l’avez croisé des milliers de fois, notamment en prenant la ligne H, de Gare du Nord à Persan Beaumont, Pontoise, Montsoult ou Creil, ou l’inverse, en passant par Saint- Denis, Sarcelles, Enghien-les -Bains ou Epinay-Sur-Seine.
Vous les avez également croisés, ses collègues et lui, pas seulement sur cette ligne mais dans toute la France, dans toute l’Europe et à travers le monde.
La carrière de l’artiste a connu un coup de frein brutal lorsque, un petit matin de 2011, le groupe tag de la police des transports a fait irruption chez lui pour lui reprocher d’avoir ainsi peint, sous le pseudonyme de Mank, des trains, beaucoup de trains et même des trains peints par d’autres, une pratique habituelle de ce service spécialisé qui laisse généralement indifférents les bonnes gens.
Concomitamment, les trains gris de la ligne Paris Nord ont été mis à la casse. Depuis ses premières peintures, Maxime Drouet a fort heureusement pris le temps de photographier abondamment, documentant une pratique décriée mais pourtant consubstantielle au graffiti moderne. De ses épopées, il a fait un premier livre, Matière Grise, dédié aux défunts Petits Gris, publié en 2012 à un millier d’exemplaires, rapidement épuisé et figurant déjà au rang des classiques du genre.
Au fil de ses pérégrinations, il a surtout eu le temps de s’interroger sur la beauté et la portée de tout ceci. De ses virées dans ces lieux de relégation que sont les dépôts et les cimetières de trains, Maxime Drouet s’est fait le révélateur d’une autre réalité. Après son arrestation, ses photographies, dont certaines furent prises il y a fort longtemps, ont pris un sens nouveau.

« J’étais un acteur de ce mouvement. On m’a empêché de continuer à exister en son sein. Je suis alors devenu comme un fantôme. Je suis passé de l’autre côté. Errant. Pour essayer de participer différemment à celui-ci. Pour avoir ce sentiment de toujours exister...
Tout comme un spectre, je tente, dans les cimetières de trains, de revivre ce que j’ai aimé. J’ai hanté ces lieux pour capturer ces derniers moments où leurs âmes mécaniques mélangés aux derniers hommages colorés s’étreignent et s’éteignent.?J’ai commencé par peindre, fini par m’éteindre.
J’étais heureux, vivant, plein d’énergie. Mais la mise à mort de mes partenaires engendra de fait la mienne. Je me suis retrouvé sans terrain de jeux et avec le glaive de la « Justice » au dessus de la main.?J’ai voulu me mettre à la place des gens, leur faire aimer ce qu’ils n’approuvent pas et parfois condamnent.
Je tente aussi égoïstement de pouvoir parler encore de mes anciens camarades, de faire comme s’ils étaient encore présents. Quand il n’y a plus rien, il ne reste que les souvenirs. La vie est courte et on meurt longtemps ».

Lire plus
Nos Garanties

Livraisons garantiespar des transporteurs spécialisés
En savoir plus

Paiements securisés par carte bleue, paypal ou virement bancaire
En savoir plus

Retours gratuitsjusqu'à 14 jours
En savoir plus

Prix négociés auprès de nos galeries
En savoir plus

Leurs Expériences

"Artsper réunit le meilleur des galeries d’art du monde entier. Je peux ainsi faire mon choix depuis chez moi en toute sérénité."

Sébastien Robineau - Avocat

"Les conseillers sur Artsper m’ont guidé dans mon choix et ont été très réactifs à mes questions et dans le suivi de ma commande."

Vincent Dubois - Gestionnaire de fonds

"Artsper, c'est le choix le plus diversifié et le plus large d'oeuvres contemporaines accessibles. Mon JonOne, acheté sur Artsper, est un émerveillement quotidien."

Hubert de Brichambaut - Dirigeant d'entreprise