{}

Joël Andrianomearisoa

présentation

A l'occasion de sa carte blanche pour le Vendôme Luxury Show #21, Artsper a rencontré l'artiste Joël Andrianomearisoa au Meurice.

1) Artsper : Quelle image avais tu de Vendôme Luxury avant ta rencontre avec Carole Bona, qui porte cet évènement ?

Joël Andrianomearisoa: Pour moi, la mode fonctionne à deux vitesses : d’un côté, des choses poussées, branchées, réfléchies, et de l’autre des choses plus convenables et aussi plus accessibles. Je voulais savoir dans quel camp Carole se positionnait.
Ce salon est intéressant parce qu’il a vécu ( ndlr : 21e édition ), et qu’il est incarné par Carole. Il est en pleine remise en question, et c’est pour ça que Carole m’a proposé cette carte blanche. L’intérêt est d’emmener les gens ailleurs, de faire bouger les lignes. Je n’avais aucune répulsion ou attraction pour ce projet, mais il m’a tout de suite interpelé par rapport à sa nature et son possible contenu.

2) A: Comment s’est passé le laps de temps entre ta rencontre avec Carole sur SLICK et l’aboutissement du projet?

J.A: Comme tu le dis, on s’est rencontrés sur la foire SLICK. Elle a acheté plusieurs de mes œuvres, des vases de Vallauris, que je repeins totalement en noir. Ca m’a intrigué, car ce ne sont pas des œuvres faciles à appréhender. Acheter une œuvre comme celle la, c’est un acte engagé. Elle voulait aussi s’offrir une nature morte que je ne voulais pas vendre, un travail en rapport avec Morandi. En fait, d’une manière différente, on s’est rendus compte qu’on s’intéressait tous les deux à l’objet. Plus tard, elle a appelé ma galerie, et nous nous sommes retrouvés autour d’un thé. Le projet s’est construit simplement. Tout était fluide dans nos deux cheminements de pensée. Il faut savoir que derrière, Carole mets tous les moyens en œuvre pour faire aboutir son projet, qui est totalement privé. C’est elle qui le porte. J’ai été totalement libre de mes choix, sur les installations que je voulais présenter. Par exemple, le container que je présente a été une plaie logistique, mais on a réussi. L’engagement de ce projet est très fort, et va bien au delà des contingences techniques.

3)A: Pourquoi le Meurice ?

J.A: En fait, Carole reste très fidèle à ces trois endroits, qui sont toujours les mêmes : Le Meurice, l’Hotel D’Evreux et Le Park Hyatt. Cette année, le Park Hyatt ne fera pas parti de l’évènement. Carole a l’habitude de ces lieux, qui ont une politique d’art contemporain. Par exemple, c’est la volonté du Meurice de prolonger l’évènement de 4 jours, et de s’engager à proposer un gâteau en rapport avec mes installations à la carte du Meurice pendant toute la durée de Vendôme Luxury.

4) A: Un gâteau, des installations, du mobilier… Une œuvre d’art total !

J.A: Oui exact ! Le gâteau est un élément assez fort visuellement, et j’y tenais beaucoup. J’ai aussi participé au design d’une étiquette de champagne, édité à 125 bouteilles et 5 magnums qui seront à vendre. Le titre de cette œuvre est "Soupçon d’Ivresse". Pour moi, être ivre est devenu un délit. Il y a aussi du mobilier, une chaise en lames de bois réalisée en collaboration avec deux architectes, spécialement pour l’événement. Mme le catalogue est une œuvre d’art, avec des dépliants, des affiches… J’aime ce côté chasse au trésor, où il faut réunir tous les éléments pour comprendre le processus artistique dans sa globalité.

5)A: As-tu toujours eu envie de collaborer avec la mode ?

J.A: Pour moi, la mode et l’art contemporain sont deux mondes qui se valent, qui ont les mêmes codes, qui parlent le même langage, qui baignent dans le showbizz. La puissance qui émane qui luxe rend l’art puissant à son tour Du coup les collaborations et les glissements de terrain sont possibles et faciles. Ce que j’aime dans la mode, c’est cette énergie sans cesse renouvelée. Tout change très vite. Dans l’art tout prend plus de temps. Pour moi, qui ait une formation d’architecte, il n’y a rien qui ressemble plus à un plan d’architecte qu’un patron de vêtement. Il y a une idée que j’adore dans la mode, celle que la mort d’une collection entraine nécessairement la naissance de la prochaine. En art, la pérennité est plus importante, et on peut souvent se retrouver bloquer.
En ce qui concerne l’idée de collaboration, la plupart n’ont aucun impact. Par exemple, dessiner un sweat ne m’intéresse pas. Avec Carole, on est au delà de la collaboration, on fait bouger un milieu. Je ne conçois de collaboration entre l’art et la mode que sous la forme d’art total.

6)A: Tu es architecte de formation, et cela se sent bien dans la construction de tes œuvres. Quel rapport entretiens-tu aujourd’hui avec l’architecture?

J.A: Comme tu l’as précisé j’ai effectivement une formation d’architecte. Le rapport que j’entretiens avec cette formation n’est pas clair. Elle existe, mais je ne la raconte pas. Si elle transparait, c’est de manière involontaire. C’est pas pour rien que la plupart de mes œuvres sont des installations d’envergure, des vraies constructions. En architecture, tu pars d’une base pour aller vers les ramifications. Tu dois penser à tout : le batiment, l’intérieur, l’extérieur, les gens qui vont y vivre, la société… Tu n’as aucune limite à ton cheminement. Tu as le monde à tes pieds. Et ce sentiment ne m’a jamais quitté.

7)A: Que penses tu d’Artsper ?

J.A: Artsper est un ovni dans le monde de l’art, dans le bon sens du terme. Vous êtes étrange, non institutionnel, entre une galerie, un communicant, totalement immatériel. Ca m’a fait penser à une conciergerie d’art au début. Ce serait pas mal de monter une soirée Artsper pendant l’évènement d’ailleurs !


8)A: Une découverte artistique récente ?

J.A: J’ai vu une super exposition au Hamburger Bahnhof de Berlin, Wallworks. Sinon, j’ai toujours la même fascination pour la Neue Nationalgalerie de Mies Van der Rohe, que j’ai découvert quand j’étais encore étudiant, il y a 10 ans.
Ah, et j’ai aussi acheté aussi une oeuvre de Christian Haas. En fait, il collectionne des feuilles, et il a fait édité un carnet à 200 exemplaires, où chaque feuille est différente. Je trouve la démarche assez belle.

Lire plus
Nos Garanties

Livraisons garantiespar des transporteurs spécialisés
En savoir plus

Paiements securisés par carte bleue, paypal ou virement bancaire
En savoir plus

Retours gratuitsjusqu'à 14 jours
En savoir plus

Prix négociés auprès de nos galeries
En savoir plus

Leurs Expériences

"Artsper réunit le meilleur des galeries d’art du monde entier. Je peux ainsi faire mon choix depuis chez moi en toute sérénité."

Sébastien Robineau - Avocat

"Les conseillers sur Artsper m’ont guidé dans mon choix et ont été très réactifs à mes questions et dans le suivi de ma commande."

Vincent Dubois - Gestionnaire de fonds

"Artsper, c'est le choix le plus diversifié et le plus large d'oeuvres contemporaines accessibles. Mon JonOne, acheté sur Artsper, est un émerveillement quotidien."

Hubert de Brichambaut - Dirigeant d'entreprise